Archives de catégorie : photothèque

ISRAEL – PALESTINE

     
ISRAEL – PALESTINE Imprimer cette page

ISRAEL –PALESTINE

LES LIEUX SAINTS


JERUSALEM


LE MONT DES OLIVIERS

Le « Mont des Oliviers » (808 m) qui s’élève à l’est de Jérusalem sépare la Ville Sainte du désert de Juda, lequel commence ici sa descente en direction de la Mer Morte.
La vallée du torrent Cédron, encerclant Jérusalem à l’est, sépare le Mont de la ville et du Mont Sion situé à proximité, plus au sud, le point de départ du cheminement de Jésus qui, après le dernier Repas, traversa la Vallée avant de rejoindre le Gethsémani

Le sommet du Mont des Oliviers offre un magnifique panorama sur toute la Ville Sainte.

phot-israel-1


LE SAINT SEPULCRE

Le Saint-Sépulcre est, selon la tradition chrétienne, le tombeau du Christ, c’est-à-dire la grotte (maintenant englobée dans l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem) où le corps de Jésus de Nazareth fut déposé au soir de sa mort sur la Croix.

phot-israel-2


LA VIA DOLOROSA

La Via Dolorosa : Chemin de la Souffrance  est une rue de la Vieille Ville de Jérusalem. Selon la tradition religieuse, elle est le chemin que Jésus a emprunté avant sa crucifixion. Ce chemin s’étend sur environ 500 mètres et est marqué par neuf des quatorze Stations du chemin de Croix. Les cinq dernières stations sont à l’intérieur de l’église du Saint-Sépulcre. Il s’agit d’un lieu de pèlerinage très important pour les catholiques.

Station 9 of the Cross


L’EGLISE DU PATER NOSTER

L’Église du Pater Noster est un édifice religieux catholique sis sur le mont de l’Ascension, à Jérusalem-Est, en Terre sainte. Elle est aussi appelée Eleona (du grec eliaon, qui signifie oliveraie). Cette église est construite sur le site où, d’après la tradition, Jésus enseigna à ses disciples le Notre Père (Luc 11:1-4) (en latin Pater Noster).

phot-israel-4


LE DOME DE L’ASCENSION

L’église de l’Ascension à Jérusalem commémore le souvenir de la montée au ciel du Christ quarante jours après sa Résurrection C’est un édicule qui faisait partie d’un complexe plus vaste comprenant une église et un monastère chrétiens à l’époque des croisades et qui aujourd’hui est intégré à la « Mosquée de l’ascension », construite au sommet du Mont des Oliviers en mémoire de l’ascension de Jésus –Isa

Elle se trouve au sommet Mont des oliviers, à 818 m au-dessus du niveau de la mer

Selon la Tradition, elle contient la dernière empreinte du pied de Jésus sur terre avant son ascension vers les cieux. Elle fait partie des Lieux de station de la liturgie de Jérusalem.

phot-israel-5


LE DOMINUS FLEVIT

L’église Dominus flevit est une église catholique de Jérusalem, située sur le Mont des Oliviers. Les franciscains de la Custodie de Terre Sainte en assurent les offices.

L’édifice actuel a été construit récemment au XXe siècle (1955), mais il est situé sur un site très ancien, comme l’ont prouvé les fouilles archéologiques menées lors de la construction avec la découverte d’une tombe cananéenne et d’une nécropole utilisée entre 136 av. J.C. et 300 ap. J.C. Ce lieu est censé être celui où Jésus, lorsqu’il revient à Jérusalem avec ses disciples, pleure en entrant dans la ville. Ainsi, la locution latine Dominus flevit se traduit par « le Seigneur a pleuré ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


LE JARDIN DE GETHSEMANI ET L’EGLISE DES NATIONS

Dans les évangiles synoptiques (Marc, Matthieu, Luc), Gethsémani « le pressoir à huile ») est le lieu où Jésus et les apôtres ont prié avant la Crucifixion. Dans l’évangile attribué à Jean, l’épisode de la prière des disciples de Jésus n’est pas rapporté et Jésus est arrêté dans un jardin dont le nom n’est pas donné, mais qui est mentionné après que Jésus et ses disciples sont allés « de l’autre côté du torrent du Cédron »

Sur la base de ces informations de l’évangile de Jean, il a été supposé qu’il s’agissait d’une oliveraie située au pied du mont des Oliviers à Jérusalem identifiée au IVe siècle sous l’impulsion de la mère de l’empereur Constantin et qui aujourd’hui porte ce nom.

Dans l’évangile attribué à Jean, Jésus et ses disciples franchissent le torrent du Cédron et gagnent un jardin où sans doute il venait habituellement bivouaquer avec ses disciples. Judas Iscariote, qui le savait, y conduisit ceux qui venaient l’arrêter.

phot-israel-7

phot-israel-8


LE TOMBEAU DE DAVID

Le Tombeau de David « tombe du roi David ») est un site considéré comme le lieu de sépulture de David, roi d’Israël, d’après une tradition datant du XIIe siècle. Il est situé sur le Mont Sion à Jérusalem. La tombe est située dans un coin de l’ancienne Hagia Sion, une église byzantine.

phot-israel-9


L’EGLISE DE LA DORMITION

L’abbaye de la Dormition est un monastère de moines bénédictins se trouvant sur le Mont Sion, à Jérusalem. Construite pour des moines allemands de 1900 à 1910 l’abbaye rétablit la tradition monastique d’un monastère du v siècle  C’est l’empereur Guillaume II lui-même qui acheta au sultan Abdul-Hamid pour 120 000 marks-or un terrain sur le mont Sion pour le compte de l’Association allemande de la Terre sainte en 1898, lors d’un pèlerinage officiel

D’après la tradition locale, c’est ici, au voisinage du Cénacle, que Marie , la mère de Jésus, serait entrée dans le sommeil éternel, ce que l’on appelle la Dormition. De là vient le nom du monastère; l’église elle-même porte le nom de basilique de l’Assomption (ou de la Dormition)

phot-israel-10


LE CENACLE

Le Cénacle de Jérusalem serait la « chambre haute » dont parlent les Évangiles et les Actes des Apôtres (Ac. 1:13), où auraient eu lieu le dernier repas de Jésus avec ses apôtres (la Sainte cène) , la Pentecôte et d’autres événements importants des premiers temps de l’Église.

Un bâtiment de deux étages (englobé dans un ensemble plus important) situé au sommet du Mont Sion à proximité de l’abbaye de la Dormition est présenté comme le Cénacle. La pièce peut se visiter mais tout culte y est interdit. Elle fut restaurée par les Franciscains en 1335 puis, après leur expulsion et l’intégration un temps d’une mosquée puis, plus récemment et jusqu’à nos jours, d’une synagogue dans le bâtiment, reste revendiqué par l’église catholique  romaine.

phot-israel-11


LE MUR DES LAMENTATIONS

Le Mur des Lamentations, appelé aussi Mur occidental est un mur de soutènement de l’esplanade du Temple de Jérusalem situé dans le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem datant du Ier siècle, durant l’achèvement de la construction du Temple d’Hérode. Il a été intégré au VIIe siècle aux murs d’enceinte de l’Esplanade des mosquées, ou Mont du Temple, lors de la construction du Dôme du Rocher et de la mosquee Al Aqsa

Il est révéré par les juifs pour sa proximité avec le Saint des Saints, situé sur le mont du Temple et est de ce fait considéré comme l’endroit le plus saint (généralement accessible) aux juifs pour la prière.

phot-israel-12


SAINT PIERRE EN GALLICANTE

Saint-Pierre est un des lieux saints de Jérusalem où les pèlerins désireux de mettre leurs pas dans ceux du Christ viennent évoquer trois moments importants de la Passion : la comparution de Jésus devant le Grand Prêtre Caïphe, la condamnation à mort de Jésus par le Sanhédrin, le triple reniement de Pierre et son repentir au chant du coq. Ce qui a valu au sanctuaire, depuis le Moyen-âge, d’être appelé Saint-Pierre en Gallicante.

phot-israel-13


LA PISCINE DE BETHESDA

La piscine de Bethesda, située sur le chemin de la valle de Beth Zeta, est mentionnée dans l’évangile de Jean , au chapitre 5, comme le lieu d’un miracle de Jésus sur un paralytique. La description qui en est faite signale qu’elle était entourée de cinq portiques
À la suite de restaurations entreprises sur L’église sainte Anne en 1888, deux grandes piscines avec cinq portiques et de nombreux fragments de l’époque romaine ont été exhumées. Une fresque située sur l’un des murs représente un ange remuant l’eau (cet évènement est signalé dans le texte de l’évangile).

phot-israel-14


L’EGLISE SAINTE ANNE

Selon une tradition chrétienne orientale, la crypte est située sur le lieu de la maison d’Anne  et Joachim, les parents de la vierge Marie à Jérusalem, dans laquelle elle serait née Une église byzantine y a été construite du temps de l’impératrice Eudocie dédiée à la vierge Marie. Elle a été détruite par l’invasion perse de 614, puis reconstruite et de nouveau détruite en 1009 par AL Hakim L’église actuelle, de style roman, a été construite par les Croisés en 1140 et a tout de suite été dédiée à sainte Anne. Après la conquête de Jérusalem par Saladin, l’église est transformée en 1192 en école de droit coranique, puis tombe en ruines au cours des siècles

En 1856, après la guerre de Crimée, la France reçut l’église du Sultan Abd el Maji en remerciement de son aide à la Turquie

Sainte-Anne fut donc restaurée et l’État français la confia en 1877 à Monseigneur Lavigerie et à sa Société des Missionnaires d’Afrique.

phot-israel-15


LE DOME DU ROCHER

Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher  appelé parfois mosquée d’Omar à tort « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l’Islam », est un sanctuaire érigé sur ordre du calife sur le « Haram al-Charif », troisième lieu saint musulman après la Mecque et Médine où s’élève également la mosquée al-Aqsa

Le Dôme du Rocher abrite le « rocher de la fondation  », endroit où, selon la tradition musulmane, Mahomet serait arrivé depuis La Mecquee, lors de l’Israa, ou voyage nocturne et d’où il serait monté au paradis, lors du Miraj en chevauchant sa monture Bouraq La tradition biblique y situe également le mont Moriah, nom donné au massif montagneux sur lequel Abraham monta avec son fils afin de l’offrir à Dieu en sacrifice, puis sur lequel ensuite Salomonn bâtit l’ancien Temple de Jérusalem

Achevé en l’an 691 ou dans la seconde partie de l’année 692 (an 72 de l’hégire, il ne possède pas de minaret.

On retrouve les influences byzantine et perse sassanide qui sont les deux grandes sources d’inspiration de l’art islamique.

phot-israel-16


LA MOSQUEE EL AQSA

La mosquée al-Aqsa ou al-Aksaa été construite au VIIe siècle à Jérusalem

Elle fait partie, avec le Dôme du rocher , d’un ensemble de bâtiments religieux construit sur l’esplanade des mosquées  (Haram al-Sharif) qui est le troisième lieu saint de l’islam, après la Mecque et Médine . Il s’agit de la plus grande mosquée de Jérusalem, où 5 000 fidèles peuvent prier, le site dans sa totalité peut accueillir plusieurs centaines de milliers de personnes

Selon la tradition musulmane, la mosquée a commencé à être bâtie en 637 par le deuxième calife Omar ibn al-Khattâb à l’emplacement sacré d’où le prophète Mahomet s’était élevé au ciel lors du voyage nocturne.

phot-israel-17


LA PISCINE DE SILOE

Le problème majeur de Jérusalem aujourd’hui comme autrefois a toujours été la conduite de l’eau dans la ville. Perchée sur un rocher, la cité dépend entièrement de la source qui coule plus bas.
Le canal de Siloé part de cette source et il conduit l’eau jusqu’à l’intérieur de la ville grâce aux travaux souterrains du roi Ezéchias qui, au VIII siècle avant Jésus Christ, voulait assurer l’alimentation en eau de la ville en cas de siège assyrien. Cet exploit technique correspond à l’importance de l’eau pour une population qui ne pouvait survivre que grâce à elle. Le percement de la roche par deux équipes partie des deux points opposés, la source de Gihon et le bas de la ville, a représenté une prouesse technique extraordinaire qui impressionne
aujourd’hui encore.
Une copie de la stèle de l’époque, qui est au musée archéologique d’Istanbul, commémore la rencontre des ouvriers qui se dirigeaient au son.
L’émotion de cet événement nous touche encore, puisqu’il est encore possible de parcourir ce tunnel dans toute sa longueur à condition de progresser à travers l’eau dans l’obscurité.
La sortie à la lumière coïncidait avec la joie de cette piscine d’où partait la célébration de la fête des Tentes.

phot-israel-18


LES  SOUKS DE JERUSALEM

Le souk, marché de la vieille ville très pittoresque plein de couleurs et d’odeurs sous les voûtes antiques chaotique comme il se doit, avec ses centaines de petites boutiques, et ces gens qui achètent et négocient.

Toutes ces marchandises étalées parfois à même le sol, avec ici quelques vendeurs de falafels et shawarma (fast-food arabe), là quelques bédouines accroupies vendant fruits et légumes; l’odeur d’épices qui flotte dans l’air, et le son des musiques arabes qui se confond avec celui des vendeurs criant à tue-tête leurs spéciaux du jour…

phot-israel-19


LE MUSEE D’ISRAEL

Le musée national d’Israël est situé à Jérusalem sur la colline de Guivat Ram.
 Il est composé de différents bâtiments, mais aussi de jardins où l’on peut découvrir les oeuvres d’artistes exceptionnels.
Parmi les incontournables on notera le Sanctuaire du Livre qui abrite les manuscrits de Qumran (de la mer morte), la maquette géante de Jérusalem à l’époque du second Temple. On y trouve également beaucoup d’objets sur l’art juif, décliné à toutes les époques et dans de nombreux pays, ce qui permet de faire un tour d’horizon sur l’histoire du judaïsme et sa diversité.

phot-israel-20


LE JARDIN DE LA  TOMBE
Evangéliques

Le Calvaire de Gordon est situé à Jérusalem, en dehors des murs de la ville antique  et à proximité de la Porte de Damas au-dessus de la « falaise du crâne ». Depuis la fin du XIXe siècle ce lieu est considéré par certains comme celui où Jésus fut crucifié, en opposition au site traditionnel du Golgotha  dont la légende dit qu’il a été identifié au IVe siècle à la demande d’Hélène  la mère de l’empereur Constantin Ier

Juste à côté de la « falaise du crâne » un lieu appelé Tombe du jardin est beaucoup plus célèbre grâce notamment aux guides touristiques. Depuis 1894 et l’achat juste à côté de ce terrain, la tombe antique qui s’y trouve est en effet présentée comme la tombe de Joseph d’Arimathée dans laquelle, selon les évangiles, il aurait mis Jésus après sa crucifixion  avant que celui-ci ne « ressuscite » moins de deux jours après. ce site dont l’atmosphère calme et apaisante contraste avec celle de l’Église du Saint-Sépulcre

phot-israel-22


LE MEMORIAL YAD VASHEM

Le mémorial de Yad Vashem est un mémorial israélien situé à Jérusalem construit en mémoire des victimes juives de la Shoah perpétrée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Parlement israélien, la Knesset, a décidé sa construction en 1953 en votant la loi du mémorial.

« Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs une place (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés », Isaïe 56, 5.

Le mémorial se trouve dans la forêt de Jérusalem, sur le versant ouest du mont Herzl (mont du Souvenir) à 804 mètres d’altitude.

phot-israel-23
phot-israel-24


LE PLAN DE LA VIEILLE VILLE DE JERUSALEM

phot-israel-25


VUE GENERALE DU MONT DU TEMPLE OU DE L’ESPLANADE DES MOSQUEES

phot-israel-26


BETHLEEM


LA BASILIQUE DE LA NATIVITE

La Basilique de la Nativité à Bethléem est l’une des plus vieilles églises du monde, bâtie selon la tradition, sur le lieu présumé de la naissance du Jésus de Nazareth Elle a été érigée au IVe siècle par l’empereur romain Constantin Ier  le Grand et restaurée sous Justinien au VIe siècle

phot-israel-27
phot-israel-28


BETH SAHOUR – LE CHAMP DES BERGERS

Des bergers, personnes parmi les plus méprisées du peuple juif, se rendirent à la crèche pour adorer Jésus. Enveloppés par les lueurs d’une grande lumière, ils avaient appris d’un ange la joyeuse nouvelle selon laquelle celui qui était attendu pour apporter le salut était né.

Le sanctuaire, conçu par Barluzzi, se dresse sur un rocher qui domine les ruines. Il a la forme de dodécagone comprenant cinq absides à plan incliné afin de rappeler la structure d’une tente, comme les bergers de l’époque. La lumière qui pénètre dans le dôme de béton et de verre, illuminant l’intérieur évoque la lumière divine qui apparut aux bergers

phot-israel-29
phot-israel-30


LA GROTTE DU LAIT

Hors de la ville de Bethléem, non loin de l’église de la Nativité se trouve la « Grotte du Lait » (Grotte de Notre-Dame), appelée aussi « Grotte de la Vierge » ou encore jadis « église Saint-Nicolass » du nom de la chapelle au-dessus anciennement un monastère tenu par des Orthodoxes grecs

Depuis des siècles, toutes les femmes des environs, juives, chrétiennes et musulmanes, avaient une grande dévotion pour cette grotte, et il y en avait toujours quelques-unes qui venaient y faire leurs prières et recueillir les reliques dites autrefois « du saint-lait ». Aujourd’hui encore chacun peut la visiter

phot-israel-31
phot-israel-32


NAZARETH


LA BASILIQUE DE L’ANNONCIATION

La basilique de l’Annonciation est une basilique catholique  érigée au milieu du XXe siècle à Nazareth au nord d’Israël, sur le site que la tradition chrétienne catholique, depuis l’époque byzantine  a associé à celui de l’apparition de l’archange Gabriel à Marie (Lc 1,26-38). La tradition chrétienne orthodoxe a situé l’événement dans l’église Saint-Gabriel de Nazareth.

La cathédrale est rasée en 1263 par le sultan mamelouk Baybars. Lorsque la custodie franciscaine de Terre sainte s’établit définitivement à Nazareth en 1620, les moines franciscains sont autorisés à bâtir un monastère et une église à proximité de la grotte de l’Annonciation. En 1730  l’ordre des Franciscains obtient du sultan ottoman un firman afin de reconstruire un nouveau lieu de culte, qui survit jusqu’en 1954, date à laquelle ils décident de reconstruire une église plus grande

La nouvelle basilique est inaugurée en 1964 par le pape Paul VI  et consacrée en 1969. La basilique de l’Annonciation qui fait partie du domaine des Franciscains est désormais la plus grande des églises du Moyen-Orient et l’un des hauts lieux de la chrétienté.

phot-israel-33
phot-israel-34


LE  MONT DU PRECIPICE

L’évangéliste Luc nous raconte qu’après avoir adressé son sermon à la synagogue de Nazareth, Jésus fut conduit par ses concitoyens vers un précipice pour le jeter dans le vide (Lc 4, 29). Sur le plan géographique, la tradition médiévale situe ce passage au sommet d’un mont haut de 397 mètres, situé à environ 2 km au sud-est de Nazareth.
Une communauté de moines érigea à cet endroit un monastère dédié à la Vierge Marie

phot-israel-35


L’EGLISE SAINT GABRIEL ET LA FONTAINE  DE MARIE

L’Église Saint-Gabriel à Nazareth marque l’endroit où selon l’église orthodoxe, Gabriel avait annoncé  à Marie son immaculée conception, la naissance imminente du fils de Dieu. Tout comme son homologue catholique à la Basilique de l’Annonciation, à quelques miles de là, ce bâtiment est également relié avec le puits où Mary venait tous les jours puiser de l’eau, d’après le récit biblique.

Aujourd’hui, l’Église Saint-Gabriel dispose d’un espace de prière décoré de sculptures faites à la main, un podium et des symboles religieux peints.

phot-israel-36

La fontaine de la Vierge » particulièrement appréciée des Nazaréens. Pendant de nombreux siècles, les femmes du village, munies de jarres, venaient y puiser de l’eau, comme le fit également Marie selon la tradition.

Cette fontaine monumentale recevait l’eau provenant d’une source jaillissant à 160 mètres plus au nord

phot-israel-37


LA SYNAGOGUE  DE JESUS

Il vint à Nazareth où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit:

L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction,
pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur.

Il replia le livre, le rendit au servant et s’assit.  Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire: “Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Ecriture.”  Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche.

Et ils disaient: “N’est-il pas le fils de Joseph, celui-là ?”

phot-israel-38
phot-israel-39


CANA


L’EGLISE DES NOCES  DE CANA

Galilée est identifié comme la Cana galiléenne selon la tradition chrétienne. C’est là que Jésus accomplit le miracle du vin, au cours du mariage d’un humble couple, où il transforma l’eau en vin. Au 17ème siècle, le Vatican reconnut le site, et le pape confirma officiellement que  Kafr Cana était bien le lieu saint, qui fut alors ajouté aux autres sanctuaires chrétiens
phot-israel-40


AUTOUR DU LAC DE TIBERIADE


CAPHARNAUM

Le nom sémitique originaire de la ville était Kfar Nahum, à savoir le village kefar de Nahum (nom de personne) comme en témoignent les sources rabbiniques et une inscription trouvée dans la synagogue d’Hammat Gader.
Aussi bien dans les évangiles que dans les écrits de Joseph Flavius, le nom est traduit en grec Village situé sur les rives du Lac de Galilée, Capharnaüm a été choisie par Jésus pour son ministère public en Galilée. A partir de ce moment, son importance croît et son histoire se trame en fonction des événements de la première communauté chrétienne.



phot-israel-42


LE MONT DES BEATITUDES

L église se trouve sur une colline (le mont Eremos, ou mont des Béatitudes) entre Tabgha et Capharnaüm avec une vue remarquable sur le lac de Tibériade et la plaine de Génézareth . Les pèlerins reconnaissent depuis au moins le IVe siècle (après l’acte de tolérance de Constantin) cet endroit comme celui du Sermon sur la montagne.

Le Bienheureux Paul VI y a célébré la messe en 1964  et Saint Jean-Paul II  en mars 2000, au cours de leurs voyages pastoraux en Terre sainte -L’église a été construite en style néo-byzantin  en 1939 par Antonio Barluzzi selon un plan octogonal pour rappeler les huit béatitudes qui sont décrites dans l’Évangile selon saint Matthieu Leurs paroles sont inscrites sur chacun des huit vitraux se trouvant sur le tambour  qui soutient la coupole.

phot-israel-43


LA PRIMAUTE DE PIERRE


L’église de la primauté de Pierre est une église catholique sise à Tabgha , sur le versant nord-ouest du lac de Tibériade , à 3 km au sud des ruines de capharnaüm , en Terre sainte. Construite en 193 »  à l’endroit où selon la tradition le Christ confia à l’apôtre Pierre la garde de son église, elle remplace une chapelle du IVe ou Ve siècle dont il reste des traces. Les franciscains assurent les services religieux et pastoraux.

phot-israel-44
phot-israel-45


TABGHA


Tabgha est un site situé sur la rive nord-ouest de la mer de Galilée  (ou Lac de Tibériade), en Israël. La tradition biblique  y localise le miracle de la multiplication des pains  (Mc .6:30-44) et l’apparition du Christ ressuscité à Pierre et six autres disciples tel que raconté en Jn.21:1-23. Jusqu’en 1948 il s’y trouvait un village palestinien.

phot-israel-46
phot-israel-47


LE LAC DE TIBERIADE


LA CROISIERE

Un merveilleux moment de détente  sur le lac de Tibériade avec cette belle croisière
Le lac de Tibériade (mer de Galilée ou Kinneret en hébreu), d’une superficie de 166 km², avec ses 13 km de large, 21 km de long, ses 53 km de périmètre, ses 48 mètres de profondeur (Profondeur moyenne : 25,6 m ), est le plus grand lac du pays et c’est son réservoir d’eau douce le plus important.
Situé dans le nord-est d’Israël, à 213 mètres au-dessous du niveau de la mer, c’est le lac d’eau douce le plus bas de la terre et également le deuxième endroit le plus bas du globe terrestre après la mer Morte. Son débit annuel est de 700 000 000 m³ en entrée et 500 000 000 m³ en sortie.

phot-israel-48
phot-israel-49


LE BON POISSON DE  SAINT PIERRE

Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. »

Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.

Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.

Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois.

phot-israel-50  


BANIAS  -CESAREE DE PHILIPPE


Banias ou Panéas est un site archéologique qui s’est appelé Césarée de Philippe pendant la période romaine. Le site est situé sur le mont Hermon à la source de la rivière Baniyas, près d’une des sources du Jourdain. Il a donné son nom à la seigneurie de Banias un des fiefs du royaume de Jérusalem pendant les croisades. Le site est à l’est de la frontière internationale entre Israël et la Syrie

Le site a été un lieu de culte du dieu Pan  – Une caverne au nord du site s’appelle la « grotte de Pan ». Un temple dédié au dieu Pan se trouve proche de l’entrée de la grotte.

phot-israel-51


LE MONT THABOR


Du haut de ses 588 mètres, le mont Tabor domine les vallées alentour. « Le Tabor ressemble à un autel surélevé, que Dieu aurait construit en son propre honneur. De par sa forme particulière et sa situation, il semble déclamer de toute sa puissance un chant pétri de sensibilité. Tous ceux qui s’en approchent sont soudain envoûtés.

Du fait de son isolement des autres montagnes de Galilée, le mont Tabor semble, et ce de tout temps, beaucoup plus élevé qu’il ne l’est en réalité.  Le mont Tabor est mentionné dans les trois principales religions monothéistes

Tradition juive : Dans la bénédiction que prodigue Moïse à Zabulon et Issachar (Deutéronome 33/19), allusion est faite au mont Tabor, qui représente aux yeux des tribus alentours un lieu saint Il semblerait que le mont Tabor soit déjà vénéré par les Cananéens . À l’époque du Second Temple, on allumait des feux sur le sommet du mont, afin d’annoncer les débuts de mois et les jours de fêtes. Dans la tradition rabbinique, le mont Tabor a été épargné du Déluge.

Tradition chrétienne : Dans la tradition chrétienne (depuis le IV siècle), le mont Tabor est lié à l’événement de la Transfiguration. Bien qu’il ne soit pas explicitement mentionné dans le Nouveau Testament. le mont Tabor est lié à l’évènement depuis les temps anciens, et l’on trouve, en son sommet, plusieurs vestiges d’églises. Le mont Tabor fut occupé par un nombre non négligeable de moines et d’ermites. On vient se rappeler la Transfiguration de Jésus de Nazareth devant ses trois apôtres Pierre, Jacques et Jean. Des frères franciscains prennent possession des lieux, où ils construisent un monastère, auquel, en 1919, s’ajoutera la construction de la basilique actuelle.de Antonio Barluzzi

phot-israel-52
phot-israel-53


QUMRAM


Qumrân est un site archéologique  en surplomb de la rive ouest de la mer Morte, sur le territoire de la province romaine de Judée au moment où le site a été attaqué et détruit par les Romains (vers 68 /70 ). L’implantation a eu lieu pendant l’époque hellénistique

Le site est surtout connu comme étant le plus proche des grottes dans lesquelles les Manuscrits de la mer Morte ont été cachés dans des grottes situées sur des falaises abruptes et désertiques ou en dessous, dans la terrasse marneuse. Dans le « modèle standard » au sujet de la « secte de Qumrân », le site aurait été un centre essénien dès la création de ce mouvement dans la première partie du IIe siècle av. J.-C. où aurait été écrits les Manuscrits de la mer Morte retrouvés dans onze grottes à proximité

phot-israel-54


YARDENIT


Yardenit, le a rivière le Jourdain pour bon nombre de fidèles, est à la croisée des chemins qui mènent à d’autres lieux saints situés autour de la Mer de Galilée comme Capharnaüm, Tabgha et le Mont des Béatitudes.
Le bassin de baptêmes proprement dit  est situé au bord du Jourdain, niché au milieu de grands eucalyptus  et de la magnifique végétation des rives du fleuve.

C’est un lieu idéal pour se recueillir, en toute sérénité et dans le calme total. De confortables  aménagements spéciaux  sont disponibles pour les cérémonies religieuses, au bord du Jourdain. La visite de Yardenit sera pour chacun un des moments privilégiés et parmi les plus marquants d’un pèlerinage.

phot-israel-55


JERICHO  ET
LA MONTAGNE DE LA TENTATION


Jéricho est, selon le livre de Josué  la première ville du pays de Canaan  conquise par Josué et les Hébreux en 1493 av. J.-C . Le livre de Josué relate la prise de Jéricho et comment, le septième jour après l’arrivée des Hébreux, les murailles de Jéricho s’effondrèrent par la volonté de Dieu après le défilé sept fois autour de la cité pendant sept jours, de l’Arche d’alliance et de sept prêtres sonnant sept chofars (trompettes).

Dans le Nouveau Testament  Jésus-Christ guérit deux aveugles aux portes de Jéricho (Matthieu, 20). Une fois dans la ville, il y fait une surprenante rencontre avec Zachée  (Luc 19).

C’est sur la route de Jérusalem à Jéricho que Luc situe la “Parabole du bon samaritain “.

La tentation du Christ (ou les tentations, au pluriel) est un épisode de la vie de Jésus de Nazareth, telle que décrite dans les trois Évangiles synoptiques, qui relate le séjour de Jésus au désert et sa tentation par le Diable.

phot-israel-56
phot-israel-57


QASR EL YAHUD


Dès les premiers jours du christianisme, les pèlerins se rendant en Terre sainte ont visité le site où, selon le Nouveau testament, Jésus avait été baptisé. Pendant des siècles, des pèlerins ont aspiré à se plonger dans la même eau pour commémorer cet événement.

De nombreuses églises ont été construites au cours des siècles derniers, montrant l’importance du site, situé sur la route allant de Jéricho à Jérusalem. Le site est également important dans la tradition juive, puisqu’il est considéré comme le lieu où les enfants d’Israël ont traversé le Jourdain quand ils sont entrés en terre de Canaan.

phot-israel-58


MONASTERE SAINT GEORGES


Le Monastère Saint-Georges, un site méconnu, et pourtant extraordinaire qui vaut vraiment le détour. Le Monastère St Georges nommé d’après le moine célèbre Gorgias de Coziba qui vivait là, fut érigé au V° siècle à la période byzantine. A l’époque, des milliers de moines s’y étaient établis, rejoints lors de la période des fêtes et parfois aussi pour partager leurs repas, par les ermites vivant dans les grottes environnantes.

Ce monastère fut détruit en 614 par les Perses et dut attendre 1878 pour être reconstruit par les chrétiens orthodoxes avec à leur tête le moine grec Kalinikos.

Cette rénovation prit fin en 1901. Saint Georges fait partie des nombreux monastères d’origine byzantine qui sont éparpillés dans ces collines rocheuses
Vous emprunterez le  chemin que les pèlerins suivaient pour se rendre à Jérusalem
Marcher sur les pas de jésus

phot-israel-59


LE BON SAMARITAIN


La parabole du Bon Samaritain met en scène un voyageur, attaqué et laissé pour mort par des bandits.
Un prêtre et un Lévite, tous deux juifs, représentant l’orthodoxie religieuse de l’époque, passent à côté de lui et ne s’en préoccupent pas.
Or un Samaritain, représentant d’une population que les Juifs tiennent pour impie se montre capable de compassion envers cet inconnu grièvement blessé, qui n’est pas de sa religion.
Ce samaritain donnera du temps, prodiguera des soins et donnera de son argent pour sauver ce malheureux

phot-israel-60


TIMNA PARK


Le Parc est un site touristique situé à 25 Km au Nord d’Eilat. Il se trouve au centre de la Vallée d’Edom aux confins de la Vallée de l’Arava. Il s’étend sur 60 km carrés de surface en forme de demi-cercle et a été créé il y a une dizaine de millions d’années à la suite de l’activité tectonique qui est à l’origine de la dépression Syro-Africaine.

Le Parc offre aux visiteurs une ouverture géologique particulière et des perspectives rocheuses qui lient les sommets granitiques aigus aux collines tendres de sables colorés allant du blanc au rouge.

La visite du Parc peut se faire entièrement en voiture sur des pistes ou à pied avec des parcours de 3 à 8 heures. Vous trouverez également une copie du tabernacle lieu de prières pour les évangéliques

phot-israel-61
phot-israel-62


HAIFA  OU LE MONT  CARMEL


Le mont Carmel a été considéré comme un lieu offrant un accès vers YHWH, comme le suggère le livre d’Amos

Selon la Bible, le prophète Élie y résidait, d’où son autre nom de « mont Saint-Élie . C’est sur le mont Carmel, qu’affrontant les prêtres de Baal au nom du Dieu  d’Israël, il accomplit les miracles destinés à prouver aux Israélites l’inanité de leurs croyances idolâtres ou syncrétistes  Après sa victoire, les prêtres de Baal ont été mis à mort.

Le mont Carmel, littéralement en français « le vignoble de Dieu », est une montagne côtière d’Israël surplombant la mer Méditerranée. La ville de Haifa  se trouve en partie sur le flanc du mont Carmel . Le Mont Carmel est un lieu sacré pour les juifs et chrétiens. Il l’est également pour la foi Baha’i qui y a établi son centre mondial, administratif et spirituel.

Depuis des temps ancestraux, le Mont Carmel a été qualifié par les Baha’is, de « Montagne du Seigneur ». Il abrite le Mausolée du Báb à la coupole dorée, ainsi que la Maison universelle de justice. Tout autour de la Maison universelle de justice, sont construits, un centre d’études des textes, un bâtiment des archives et le Centre international d’enseignement.  Le Mausolée du Báb est l’un des symboles les plus particuliers de Haïfa. Il est entouré de spectaculaires jardins en terrasses sculptées dans la montagne.

phot-israel-63


CESAREE MARITIME


Lorsque l’empereur Auguste lui remet le territoire de ce havre côtier, Hérode entreprend d’y construire un port et une ville. Dédiée à l’empereur, la ville portera le nom de Césarée. Entre 22 et 9 av. J.-C.

Après la mort d’Hérode le Grand, la ville continua à prospérer . La Judée passa alors sous l’autorité de préfets romains,  La ville devint ensuite le lieu de résidence des procurateurs romains.

Césarée et le christianisme naissant : Le christianisme est implanté très tôt à Césarée. Le livre des Actes la mentionne à plusieurs reprises. Le diacre Philippe finit par en faire sa résidence permanente

C’est à Césarée qu’on assiste à la conversion et au baptême du premier païen, le centurion romain Corneille (Ac 10). Paul, victime de persécutions, séjourna deux ans à Césarée comme prisonnier après son arrestation dans le Temple de Jérusalem et sa comparution devant le Sanhédrin

phot-israel-64


JAFFA


Jaffa citée dans les tablettes de Tell al Amarna  de 1350 av. J.-C., Yapu) est la partie sud, ancienne de la ville de Tel Aviv-Jaffa en Israël .
C’est un des ports les plus anciens du monde sur la côte orientale de la mer Méditerranée

Dans le Nouveau Testament  et dans les Actes des Apôtres , Jaffa apparaît dans le récit sur l’apôtre Pierre  qui y a ressuscité la veuve juive Tabitha(ou Dorcas) et qui y a eu, dans la maison de Simon le Corroyer , la vision de l’égalité aux yeux de Dieu entre Juifs  et Gentils

phot-israel-65


EMMAUS NICOPOLIS


Emmaüs (encore appelée Nicopolis est un site archéologique en Israël situé à environ 30 km à l’ouest de Jérusalem. Le nom d’Emmaüs provient très probablement du mot hébreu « ḥamāt » (à l’état construit) ou « ḥamāta » en araméen, qui signifie «source chaude

On mit au jour les ruines des fortifications d’Emmaüs de l’époque hasmonéenne, des tombeaux juifs du Ier siècle et une belle église byzantine  : on peut visiter les  tombeaux et beaucoup apprendre sur le tombeau de jésus

Depuis 1993 la Communauté Catholique des Béatitudes habite sur place et est chargée de l’animation spirituelle du lieu saint d’Emmaüs.

phot-israel-66


EIN KAREM


Village natal de Saint Jean Baptiste et lieu de la Visitation

Le charmant village d’Ein Karem, situé sur les versants ouest de Jérusalem, est un site populaire pour les pèlerins, avec ses églises et ses monastères, ses cafés et ses restaurants romantiques, et les collines verdoyantes, idéales pour la randonnée.  Ein Karem a une signification particulière pour les pèlerins chrétiens. Elle est connue comme la ville natale de Zacharie et d’Élisabeth, les parents de Jean-Baptiste, et la place de la Visitation, où Marie, la mère de Jésus, visita sa cousine Élisabeth, avant la naissance de Jean.

La fontaine qui a donné son nom à l’ancien village (Ein Karem signifie la vigne). Elle est également connue comme la Source de Marie car, selon la tradition chrétienne, la Vierge s’est arrêtée ici pour boire, en allant visiter sa cousine

L’église franciscaine de la Visitation, qui commémore la visite de Marie à Élisabeth. Cette belle église de deux étages, achevée en 1955, a été bâtie sur des ruines de l’époque byzantine et des Croisés.

Au pied de la colline, de l’autre côté du village, vous arrivez à l’autre église des Franciscains, Saint-Jean baptiste À l’intérieur de l’église, se trouve une grotte qui est traditionnellement identifiée comme étant le berceau de Jean. Sur le mur de la cour de l’église, presque comme un miroir de l’église de la Visitation, on retrouve la chanson de l’action de grâce que Zacharie chanta à la naissance de John, le Benedictus

phot-israel-67
phot-israel-68


HEBRON


À la mort de Sara, le vieil Abraham, encore nomade doit faire l’achat d’une grotte funéraire pour y enterrer sa femme, Cette grotte, connue sous le nom de Makpéla, était située à la proximité de la ville d’Hébron. L’auteur biblique nous laisse bien voir qu’il s’agit ici de la première « conquête », en quelque sorte, d’un premier coin du pays que Dieu avait promis au patriarche.
C’est auprès de Sara qu’Isaac et Israël enterreront, plus tard, leur père Abraham

Jacob, vers la fin de son séjour en Égypte, nous apprend qu’Isaac et Rébecca, et Léah, une de ses femmes, y avaient aussi reçu leurs propres sépultures il demande donc, à ses fils de ramener ses os en Canaan et de les déposer à côté de ceux de ses pères. De tous les ancêtres de cette première période de l’histoire du peuple hébreu, seule Rachel, épouse bien-aimée de Jacob, fut enterrée à Bethléem et Joseph, à Sichem.

Trois grandes religions actuelles, soit le Judaïsme, l’Islam et le Christianisme, vont prier sur ces tombes patriarcales dans un sanctuaire bien connu sous le nom de « Haram el-Khalil », « lieu sacré de l’ami (de Dieu) » (Abraham), situé maintenant en plein cœur de la ville d’Hébron, au sud de Juda.

phot-israel-69


BEERSHEVA OU LE PUITS D’ABRAHAM


Le Puits d’Abraham est situé à côté de la rivière de Beersheba à l’entrée de la vieille ville. Il a été creusé par Abraham comme il est écrit dans la Genèse.

Le puits est situé dans le centre d’une cour. Il est de 3 mètres de diamètre et 26 mètres de profondeur. La partie supérieure est bordée de pierres que l’on croit être de l’époque byzantine. Après qu’Abraham ait construit le puits, les serviteurs d’Abimélec saisirent le puits et pour le lui rendre, Abraham a donné 7 brebis à Abimélec. Les deux hommes ont prêté serment à la place nommée Beer Sheba.

phot-israel-70


MEGGIDO


Megiddo est un des plus importants sites archéologiques d’Israël  Le site de Megiddo est situé à environ 90 km au nord de Jérusalem et à 31 km au sud-est de la ville de Haïfa. Le tel domine la vallée de Jezreel  au nord.

L’ancienne ville de Megiddo a été construite sur un tertre qui se dresse maintenant, à la suite de l’empilement de nombreuses couches archéologiques, à presque 21 mètres au-dessus de la plaine. Aujourd’hui, Megiddo est une importante jonction sur la route principale reliant le centre d’Israël avec la basse Galilée et les régions du nord. Le site fut habité de 7000 à 500 av. J.-C.
phot-israel-71


EIN GEDI


Ein Gedi se trouve sur la rive occidentale de la Mer Morte. Cet oasis nous offre un spectacle flamboyant de faune et de flore unique au monde.

On peut y faire des excursions en famille ou entre amis, et y découvrir des paysages à couper le souffle! Vous pourrez aussi vous promener entre les bouquetins semi-sauvages de cette réserve naturelle mondiale classée par les Nations Unis.  l’un des plus merveilleux sites d’Israël.

Ein Gedi signifie littéralement : “la source du bouquetin”. Les jeunes bouquetins de Nubie vécurent de tous temps près des sources d’Ein Gedi.  L’histoire du roi David se cachant dans les grottes pour échapper a Saul

phot-israel-72


MASSADA


Massada  « forteresse » est un site constitué de plusieurs palais et de fortifications antiques perchés sur un socle de granit, situé en Israël  au sommet d’une montagne isolée sur la pente est du désert de Judée.

Les falaises du côté est, surplombant la mer Morte, sont hautes d’environ 450 mètres ; à l’ouest elles atteignent une hauteur d’environ 100 mètres. L’accès au sommet du piton est très difficile.

Hérode le Grand aménagea la forteresse en trois vagues successives de travaux, entre 37 et 15 av. J.-C. comme refuge contre d’éventuelles révoltes intérieures et menaces d’une invasion égyptienne.

En 66, au début de la Grande Révolte contre les Romains, un groupe de rebelles juifs, les Sicaires du parti nommé zélotes, prirent Massada à la garnison romaine qui y était stationnée. En 70, ils furent rejoints par d’autres Juifs et leurs familles expulsés de Jérusalem lorsque la ville fut prise par les Romains.

Pendant les trois années suivantes, ils utilisèrent Massada comme base pour se défendre contre les Romains. Ils se suicidèrent en masse plutôt que de risquer une capture ou une défaite certaine. Les entrepôts avaient probablement été préservés pour montrer que les défenseurs avaient gardé la capacité de vivre et de choisir l’heure de leur mort. Le récit du suicide collectif semble avoir été rapporté à Flavius Josèphe par deux femmes qui ont échappé au suicide en se cachant dans une citerne avec leurs cinq enfants.

phot-israel-73


EILAT


Moïse étendit sa main sur la mer. Et l’Éternel refoula la mer par un vent d’orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les enfants d’Israël entrèrent au milieu de la mer à sec, et les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche. » (Exode 14, 21 – 22 )
Eilat  ville balnéaire  où il est agréable de passer ses vacances

phot-israel-74
phot-israel-75


TEL AVIV:LA VILLE QUI NE DORT JAMAIS

TEL AVIV  signifie « colline du printemps », bien qu’il n’y ait pas de colline dans cette ville.
Métropole jeune et moderne avec une population variée, Tel-Aviv ne fut fondée qu’en 1909. Les clubs, les bars, la communauté artistique dynamique, le milieu gay et les plages qui représentent le côté séculaire de Tel-Aviv attirent les artistes, les musiciens et les jeunes travailleurs.
 Son architecture Bauhaus classée au patrimoine l’UNESCO lui a valu son surnom de « ville blanche ». Marchez ou prenez une voiture ou un taxi pour vous rendre aux expositions culturelles du Musée Haaretz, du Musée d’Histoire où se trouve la salle où l’indépendance fut proclamée, au marché animé de Carmel et sur la promenade du front de mer du quartier historique de Jaffa

phot-israel-76

JORDANIE

     
JORDANIE Imprimer cette page

JORDANIE

Autant le dire tout de suite… La Jordanie va vous éblouir. On ne s’attend pas à une telle déferlante de sites et paysages aussi magnifiques les uns que les autres, le tout avec une histoire et une culture fascinantes, une hospitalité sincère et honnête, une gastronomie incroyablement variée et délicieuse…
Petit pays de sept millions d’habitants, coincé entre Israël, Palestine, Syrie, Irak et Arabie Saoudite, la Jordanie recèle tout ce qu’un voyageur rêve de découvrir. A l’écart des tensions qui agitent cette partie du monde, c’est une terre de paix.
Un pays qu’on ne peut pas ne pas découvrir, au moins une fois dans sa vie. La Jordanie marque de manière indélébile ceux qui ont la chance d’y aller… Attention coup de foudre!

photo-jordanie-1


PETRA


Avec ses gigantesques falaises rouges et les vastes sanctuaires de la cité perdue, cela n’a rien en commun avec la civilisation moderne telle que nous la connaissons. L’une des plus grandes merveilles jamais érigées par l’Homme et la Nature, Pétra est un véritable joyau qui mérite d’être apprécié à sa juste valeur.

Rien de ce qui a été écrit sur Pétra ne prépare vraiment à la beauté de ce site étonnant. Il faut la voir pour y croire.
Souvent décrite comme la huitième merveille du monde, Pétra est sans conteste le plus précieux fleuron de la Jordanie et son site touristique le plus fréquenté.

Vaste cité taillée dans la pierre par les Nabatéens, peuple arabe ingénieux qui s’est établi en Jordanie il y a plus de 2 000 ans, elle constituait un carrefour stratégique à la jonction des routes du commerce de la soie et des épices, reliant la Chine, l’Inde et l’Arabie méridionale à l’Egypte, la Syrie, la Grèce et Rome.

Pour pénétrer dans la cité, le promeneur emprunte le « siq », une gorge étroite de plus d’1 kilomètre de long, délimitée de part et d’autre par d’abruptes falaises qui s’élèvent à plus de 80 mètres. Le siq offre à lui seul une expérience unique au voyageur. Des couleurs étonnantes se succèdent sur ses formations rocheuses. Et lorsque le promeneur atteint l’extrémité du défilé, il découvre Al-Khazneh (« le Trésor »). Cette expérience est à couper le souffle.
Vous vous sentirez minuscule à côté de cette imposante façade rose de 30 m de large et 43 m de haut, taillée à même le roc.

Tombeau d’un roi nabatéen, elle a été taillée au début du 1er siècle et témoigne du génie de ce peuple ancien pour la construction

photo-jordanie-2
photo-jordanie-3
photo-jordanie-4
photo-jordanie-5 


BETHANIE : LIEU DE BAPTEME DE JESUS


Situé sur les rives orientales du Jourdain, à neuf kilomètres au nord de la Mer morte, le site archéologique inclut deux zones archéologiques principales, Tell Al-Kharrar, également connue sous le nom de Jabal Mar Elias (la colline d’Élie), et la zone des églises Saint-Jean-Baptiste près du Jourdain.
Ce lieu, au cœur d’une nature sauvage, est considéré selon la tradition chrétienne comme le site probable du baptême de Jésus de Nazareth par Jean-Baptiste.
Des vestiges d’origine romaine et byzantine, tels que des églises et des chapelles, un monastère, des grottes ayant servi de refuges à des ermites et des bassins baptismaux, témoignent de la valeur religieuse du lieu. Le site est une destination de pèlerinage pour les chrétiens.

photo-jordanie-6
photo-jordanie-7


LE MONT NEBO


Dans le livre du Deutéronome (chapitre 34) qui fait partie de la Bible, Moïse est interdit d’entrer sur la Terre promise vers laquelle il a conduit les Hébreux sortis d’Égypte, observe le Pays de Canaan du haut de cette montagne, et y meurt à 120 ans (Deutéronome 34,5–6 )

Le lieu biblique du mont Nébo n’est pas connu précisément car les passages bibliques qui s’y réfèrent sont l’objet de différentes interprétations : si pour certains, le lieu décrit dans la Bible est le mont Sinaï , il se trouve pour d’autres dans les monts Abarim à l’est de l’embouchure du Jourdain dans la mer Morte. Ces hauteurs dans l’ouest de la Jordanie permettent d’observer le cours du Jourdain, et les terres de l’autre rive jusqu’à Jéricho, voire Jérusalem par temps dégagé. Le site actuel qui se visite est le ras Siyagha, qui se traduit de l’araméen d’origine par « colline du monastère »

Si la tradition chrétienne fixe la tombe de Moïse sur ce mont, les musulmans l’honorent de l’autre côté du Jourdain, près de Jéricho, dans le sanctuaire de Nabi Musa . le pèlerinage étant mentionné pour la première fois en 1924

photo-jordanie-8
photo-jordanie-9


LA MOSQUEE NABI MOUSSA A JERICHO


Un peu au sud de la route de Jéricho, il y a un endroit appelé Nabi Mousa d’où on peut voir, de loin, le mont Nébo (dans l’actuelle Jordanie) où Moïse mourut, selon la Bible (Dt 34,1-6).

C’est à cet endroit que depuis le XIIIe siècle les musulmans commémorent la mort de Moïse et qu’une mosquée et un cénotaphe y ont été érigés. Nabi Mousa (signifiant « Prophète Moïse  ») a longtemps constitué la première halte du pèlerinage de La Mecque par les musulmans de la région

photo-jordanie-10


MADABA


A Madaba, près d’Amman, il est possible d’observer un plan de Jérusalem et de la Terre sainte datant du 6ème siècle, considéré par les archéologues comme la plus ancienne mosaïque géographique connue.

photo-jordanie-11


JERASH


L’un des sites les plus spectaculaire…
L’un des sites les plus spectaculaires de Jordanie est cette ville d’origine romaine, l’une des mieux conservée au monde. Elle dispose d’un impressionnant théâtre romain et du temple de Zeus avec ses hautes colonnes qui vous font vous sentir minuscule

photo-jordanie-13
photo-jordanie-12


Le désert du Wadi Rum : Une « cathédrale à ciel ouvert


Décrit comme une « cathédrale à ciel ouvert » par Lawrence d’Arabie, le Wadi Rum est un des plus beaux déserts du monde . Ses paysages de falaises de grès rouge et de dunes de sable ont été rendus célèbres par le très beau film Lawrence d’Arabie.

Ici, la nature est un artiste.

Les roches ont été patiemment sculptées par l’eau et le vent. Le sable prend mille teintes différentes, de l’or au rouge. Quelques tapis de végétation dans des oasis illuminent de vert le paysage.

photo-jordanie-14
photo-jordanie-15


LA MER ROUGE ET SES JARDINS DE CORAIL


AQABA

Aqaba est le site d’un peuplement habité depuis 4000 avant JC , notamment en raison de sa position stratégique au carrefour des routes commerciales entre l’Asie l’Afrique / ville pleine d’histoire et surtout lieu de villégiature

photo-jordanie-16


AMMAN

Une ville immense (plus de 2 millions d’habitants) dont l’intérêt se concentre dans les quartiers historiques : les souks, les vestiges des anciennes civilisations romaine et byzantine, la forteresse et quelques mosquées remarquables.

photo-jordanie-17
photo-jordanie-18
photo-jordanie-19

 

VILLES MARIALES FRANCE

     
VILLES MARIALES FRANCE Imprimer cette page

 


LOURDES


Basilique de l’Immaculée-Conception de Lourdes

« Allez dire aux prêtres de faire bâtir ici une chapelle. »

La basilique de l’Immaculée-Conception est la première en date des basiliques de Lourdes , plus important centre de pèlerinage de France.

Consacrée en 1876 elle est dite « basilique supérieure » pour la distinguer des basiliques « inférieure » (Basilique notre Dame du rosaire ) et « souterraine » (Basilique saint Pie X ), toutes trois faisant partie du complexe des sanctuaires  

Située au-dessus de la Basilique notre dame du rosaire  qui fut édifiée plus tard, l’ensemble surplombant la Grotte de Massabielle où est  apparue la Vierge Marie  à Sainte Bernadette Soubirous  , 

la Basilique  a été construite de 1866  à 1871 et consacrée en 1876.

lourdes-pmf


LA GROTTE DE MASSABIELLE 

Le rocher dans lequel la Grotte est creusée s’appelle Massabielle, ce qui signifie «vieille roche». Dans cette masse de 27 mètres de haut, la Grotte mesure 3,80 mètres de hauteur, 9,50 mètres de profondeur et 9,85 mètres de largeur.

Elle se compose de trois ouvertures inégales : la plus grande est devenue un lieu de célébration de la messe. Au-dessus, un peu à droite, se situe une niche ogivale de deux mètres de hauteur. C’est l’endroit où la Vierge Marie apparut à Bernadette entre le 11 février et le 16 juillet 1858. La statue, de 1,88 mètres de hauteur, représente l’Apparition dans l’attitude qu’elle a prise lorsqu’elle a dit : «Je suis l’Immaculée Conception». Elle fut installée dans cette niche le 4 avril 1864. Don de deux lyonnaises, elle fut réalisée par Joseph Fabisch, professeur à l’école des Beaux Arts de Lyon.

Sur le sol, à gauche face à la Grotte, l’emplacement exact où se trouvait Bernadette est matérialisé par une plaque : «Ici priait Bernadette le 11 février 1858». Au fond de la Grotte, à gauche de l’autel, on peut voir jaillir la source que Bernadette mit au jour sur les indications de la Vierge le 25 février 1858. Cette eau est aujourd’hui canalisée vers les fontaines, les piscines et le chemin de l’eau. Derrière l’autel, se trouve une urne où chacun peut déposer ses intentions de prière. Devant l’autel, une plaque rappelle la venue du pape le 15 août 1983.

lourdes-grotte-1228641800


HEUREUX NOS PELERINS A LOURDES : NOMBREUX GROUPES  TOUTES  LES ANNEES DEPUIS 1986 

cepce-burkina-faso-lourdes

lourdes-oct-2016-guinee-1


BARTRES : VILLAGE DE LA NOURRICE DE BERNADETTE – Marie Aravant, née en 1824 a épousé Basile Laguës, né en 1810.

C’est dans ce petit village, que Bernadette Soubirous, à peine âgée de sept mois, fut confiée en octobre 1845 à une nourrice. Cette dernière, Marie Lagües, venait de perdre son petit garçon et recherchait un nourrisson.

Bernadette y passa d’abord neuf mois puis fit un court séjour à Lourdes chez ses parents et fut ramenée à Bartrès jusqu’à son 21ème mois. Par la suite, deux à trois fois par an elle venait passer quelques jours chez sa nourrice.

En septembre 1857, elle a 13 ans lorsque sa nourrice ayant besoin d’aide la fait revenir près d’elle pour garder ses jeunes enfants et lui confier le soin de quelques brebis et de quelques vaches.

 Bernadette est ensuite rentrée dans sa famille à Lourdes en 1858, l’année des apparitions de la vierge.

eglisestjeanweb


SAINTE BERNADETTE

bernadette_soubirous

TOUT SAVOIR SUR  SAINTE BERNADETTE   :  https://fr.lourdes-france.org/approfondir/bernadette-soubirous

TOUT SAVOIR SUR LOURDES  :   http://fr.lourdes-france.org


ROCAMADOUR


Premier choc, la cité, qui est en fait un minuscule village à la réputation mondiale, vue depuis l’Hospitalet ! Bâtie en paliers successifs à flanc de falaise, elle s’accroche sur 120 mètres au-dessus d’un canyon où coule l’Alzou.

 Ses maisons, ses toits et ses églises semblent faire partie du rocher.

Quel génie a donc imaginé et construit Rocamadour ? Votre visite vous le révèlera peut-être. Déjà, au Moyen Age, Rocamadour suscitait l’admiration. Au XIIème siècle, les pèlerins parcouraient l’Europe entière pour venir prier ici. Le village détenait les reliques de Saint-Amadour (fameux ermite qui a trouvé la solitude à Rocamadour). Il était également le sanctuaire vénéré de la Vierge Noire.

Vous entrez dans la cité par la porte du Figuier avant de suivre la rue de la Couronnerie : l’unique rue de Rocamadour, très animée avec ses boutiques et ses restaurants. Vous parvenez ensuite devant un escalier monumental (233 marches !) qui vous amène au parvis où se pressent sous la roche 8 églises et chapelles.

A voir absolument : la chapelle Notre-Dame. Vous y découvrirez la Vierge Noire, frêle silhouette de bois. Enfin, dominant les sanctuaires et le village, le Château dont les remparts se visitent, offre un panorama vertigineux sur la cité.

rocamadour-vue-ensemble2


LA CHAPELLE  NOTRE DAME 

C’est le cœur du Sanctuaire. Sous le rocher, aux pieds de Notre-Dame, le pèlerin atteint son but. 

La statue de Notre-Dame, sculptée dans un bois de noyer, date du XIIème siècle. Vierge romane, « en majesté », Marie est le « trône de la Sagesse ».

 Elle présente l’enfant Jésus sur son genou gauche, et l’offre sans le retenir.

Au sommet de la voûte, la cloche miraculeuse est l’objet le plus ancien du Sanctuaire. Elle sonne toute seule lorsque Notre-Dame de Rocamadour intercède pour quelque marin en détresse

notre-dame-de-rocamadour

TOUT SAVOIR SUR ROCAMADOUR  :   http://www.visitesanctuairerocamadour.fr/


LE PUY EN VELAY


 Le visiteur qui, arrivant par la rue des Tables, se trouve aux pieds des grandes marches, est d’emblée saisi par la beauté de la cathédrale qui semble lui ouvrir ses bras comme le ferait une mère accueillant son enfant. Elle l’attend et vient vers lui, passant aussitôt du statut de monument qu’on visite à celui de personne qui se met à vivre. Le visiteur, sans même s’en apercevoir, passe, quant à lui su statut de touriste à celui de pèlerin. Il n’est plus là par hasard

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de saint Jacques de Compostelle, la cathédrale Notre Dame du Puy est fascinante à plus d’un titre :

  • Suspendue dans le vide, elle ressemble à un gigantesque vaisseau dont la prou l’élance vers les pèlerins pour les accueillir en son cœur, par un escalier qui suit le rocher, passe sous la nef et permet d’arriver devant le chœur.
  • De style roman, construite à la période gothique, elle accueille harmonieusement des éléments baroques, en particulier dans le chœur marial. Elle est riche de plusieurs influences : byzantines, italiennes, mozarabes, et pourtant son harmonie est apaisante et réconfortante.
  • L’un des plus hauts lieux marial d’Europe au moyen âge et conçue comme un immense reliquaire, elle est le sanctuaire de la Vierge Noire. La statue la plus connue, de facture très « éthiopienne », offerte, parait-il,  par Saint Louis, a été brûlée à la révolution française puis remplacée par la statue actuelle, du XVIIème siècle.

Le sanctuaire d’origine, remplacée par cette cathédrale romane, avait été érigée parce qu’une femme, veuve, puis un paralytique, s’étant couchés sur la pierre dite « des fièvres » et qui se trouve dans une petite chapelle qui jouxte le chœur marial, se sont relevés…guéris ! L’évêque du Puy, saint Vosy, secondé par l’architecte saint Scutaire ont alors érigé ce sanctuaire sur les ruines d’un ancien temple païen. 

1-le-puy-en-velay-261


LA CATHEDRALE DU PUY EN VELAY

gr-65-chemin-saint-jacques-cathedrale-le-puy-en-velay

TOUT SAVOIR  SUR LE PUY EN VELAY : http://www.catholique-lepuy.fr/Le-sanctuaire-cathedrale-de-Notre.html


ARS SUR  FORMANS : LE SAINT CURE D’ARS


«Si nous n’avions pas le sacrement de l’Ordre, nous n’aurions pas Notre Seigneur. Qui est-ce qui l’a mis là, dans le tabernacle ? Le prêtre. 

Qui est-ce qui a reçu notre âme à son entrée dans la vie ? Le prêtre.

 Qui la nourrit pour lui donner la force de faire son pèlerinage ? Le prêtre.

 Qui la préparera à paraître devant Dieu, en lavant cette âme pour la dernière fois dans le sang de Jésus-Christ ? Le prêtre, toujours le prêtre.

 Et si cette âme vient à mourir [à cause du péché], qui la ressuscitera, qui lui rendra le calme et la paix ? Encore le prêtre… Après Dieu, le prêtre c’est tout… Le prêtre ne se comprendra bien que dans le ciel»*.

 Ainsi parlait Jean-Marie Vianney, chargé par son évêque de rétablir dans le village d’Ars, une situation religieuse précaire. 

Il s’y employa tout au long de sa vie avec humilité. Sa foi dans le ministère du prêtre fut totale.

Né en 1786, saint Jean-Marie Vianney a réveillé la foi dans le petit village d’Ars où il avait été envoyé. Saint patron des prêtres, il est une immense figure de simplicité et de foi.

Le curé d’Ars meurt d’épuisement le 4 août 1859. Il repose dans sa chère église qu’il ne cessa d’embellir, «parce que rien n’est trop beau pour Dieu »


LE SAINT CURE D’ARS

5897471


L’EGLISE D’ARS

L’ancienne église, dite du Saint Curé. C’est une église d’époque romane (chœur, base du clocher et murs de la nef) remaniée au XVIIe. Le Curé d’Ars engagera de nombreux travaux durant ses 41 ans de présence à Ars.

 Elle est aujourd’hui pratiquement dans l’état où elle se trouvait à la mort du saint Curé.

1517880-2024006


SAINT JEAN MARIE VIANNEY : CURE D’ARS

111aa10

TOUT SAVOIR  SUR LE CURE D’ARS  :   http://www.arsnet.org/


PARAY LE MONIAL


LA BASILIQUE

En 971, le Comte Lambert demande à Saint Mayeul d’implanter un monastère. Édifice majeur de Paray-le-Monial, cette église romane, restaurée au XIXème siècle, est un fleuron de l’art roman bourguignon, édifié pour la Gloire et la louange de Dieu. 

Dès l’extérieur, la façade arbore une remarquable simplicité. Le narthex et la tour de droite datent de la première église. Le chevet présente un harmonieux étagement d’arrondis. Le cercle est un symbole céleste ; il marque l’espace sacré des édifices religieux,en contraste avec les parties angulaires, symboles d’unification.

paray-le-monial-28573-25_w800


LA CHAPELLE DE LA COLOMBIERE : une chapelle jésuite

La chapelle fut construite par les jésuites dont la présence à Paray-le-Monial remonte à 1619, peu de temps après la béatification de Claude La Colombière en 1929. 

Directeur spirituel de Marguerite-Marie, Claude La Colombière fut canonisé en 1992, après la venue du pape Jean-Paul II.

paray-le-monial-28573-64_w800


SAINTE MARGUERITE-MARIE ET LE PERE CLAUDE

portrait_marguerite_marie  st_claude-tableaucolombiere

TOUT SAVOIR  SUR  CES SAINTS :  http://www.sacrecoeur-paray.org/decouvrir-paray-le-monial/sainte-marguerite-marie/


NEVERS


LE COUVENT SAINT GILDARD

Devant le nombre croissant de vocations et l’exiguïté des locaux, Monseigneur Dufrête, évêque de Nevers fait l’acquisition du plateau Saint-Gildard, hors les murs de Nevers. C’est là que l’on va construire un noviciat , sur l’emplacement d’une ancienne abbaye , connue au XII siecle , Saint Gildard de Nevers . Il n’en subsiste alors que la chapelle Saint-Gildard, mais en ruine : le chœur renferme un pressoir, l’enclos est envahi par la vigne, le tout est noyé dans la végétation.

 La première pierre est posée en juin 1853  Trois ans plus tard, le 15 juillet 1856 , les religieuses entrent dans le couvent Saint-Gildard. La chapelle a été reconstruite.

102875192


LA CHASSE DE BERNADETTE  A NEVERS 

Depuis le 3 août 1925, le corps de Bernadette repose  dans une châsse de verre située dans la chapelle de l’ancien couvent Saint-Gildard, à Nevers. 

Le site est celui de la maison-mère des Soeurs de la Charité, appelée maintenant “Espace-Bernadette-Soubirous-Nevers”. Sur le visage et sur les mains de Bernadette ont été déposés de très fins masques de cire.

 «Les pèlerins qui défilent à Nevers devant la châsse où demeure ce corps en attente de la résurrection perçoivent là un témoignage de cette destinée : la lumière y a jailli de la nuit, et le bonheur, du malheur, comme la Gloire de la Croix du Christ».

1280px-bernadette_soubirous-sarcophagus-2

TOUT SAVOIR SUR LE SANCTUAIRE  DE NEVERS  :  http://www.sainte-bernadette-soubirous-nevers.com/


LISIEUX


LA BASILIQUE  SAINTE THERESE DE LISIEUX 

Sainte Thérèse  de Lisieux  ayant été béatifiée en 1923  et canonisée en 1925 , il fut décidé de construire une grande Basilique  vouée au pèlerinage dans la ville où elle avait vécu et où elle était morte. 

En effet, la dévotion à la nouvelle sainte attirait rapidement des foules de plus en plus importantes.

Ce projet, lancé par l’évêque de Bayeux et Lisieux , Mgr Lemonnier , reçut le soutien total du pape Pie XI  qui avait placé son pontificat sous le signe de sainte Thérèse. 

Il a été entièrement financé par des dons et souscriptions spécifiques venus du monde entier.

Les travaux ont commencé le 30 septembre 1929 , la première pierre étant posée ce jour par le cardinal Charost , légat du pape. Ils furent supervisés par deux architectes de père en fils, les Cordonnier

. Les travaux continuèrent au ralenti entre 1939 et 1944 à cause de la Seconde guerre mondiale . Rendu au culte à la fête de l’Ascension en 1951, le monument ne fut terminé qu’après la guerre.

La basilique a été bénite le 11 juillet 1937 , par le cardinal Pacelli, légat du pape et futur Pie XII puis consacrée le 11 juillet 1954  par l’archevêque de Rouen, Mgr Martin Michel

7008745323_8a65637243_b


LE CARMEL DE LISIEUX

Le Carmel de Lisieux fut fondé en 1838. Lorsque Thérèse Martin y entra le 9 avril 1888, il s’y trouvait vingt-six sœurs (âge moyen 47 ans).

On y priait 6 h 30 dans le chœur des religieuses (dont 2 h d’oraison), on y travaillant pour gagner sa vie (pauvrement), 2 heures de récréation commune.

 Les jeûnes y étaient sévères. On se levait à 5h45 même en hiver. On se couchait vers 23 heures.

la chasse de Sainte Thérèse se trouve dans la petite chapelle

photo_carmel_villes_sanctuaires-com


LA CHASSE  DE SAINTE THERESE DE LISIEUX AU CARMEL

lisieux-ste-therese


LES RELIQUES DES PARENTS DE SAINTE THERESE DE LISIEUX  DANS LA CRYPTE DE LA BASILIQUE : LOUIS ET ZELIE MARTIN

1512_1


SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS ET SES PARENTS SAINTS LOUIS ET ZELIE MARTIN

sainte-therese-lisieux

47144983

TOUT SAVOIR  SUR NOS  SAINTS   :   http://www.therese-de-lisieux.catholique.fr/-Bienheureux-Louis-et-Zelie-.html


PARIS


LA CHAPELLE NOTRE DAME DE LA MEDAILLE MIRACULEUSE

un haut lieu de prière et de pèlerinage qui attire de nombreux fidèles  venus du monde entier,  désireux de se recueillir et demander la protection de la Vierge Marie. Ce sanctuaire est situé à Paris  au 140  rue du bac 

En plein cœur de la ville, luit une lumière « d’un éclat ravissant ». Marie est là, les bras grands ouverts, les mains rayonnantes de grâces.   

entrons  au cœur de la Chapelle du 140 rue du Bac pour entendre une parole que Dieu veut nous adresser à travers l’expérience spirituelle privilégiée de Sainte Catherine Labouré.

001chapelle-rue-du-bac


LA CHASSE DE CATHERINE LABOURE

chasse_de_ste_catherine


SAINTE CATHERINE LABOURE

catherine-laboure

TOUT SAVOIR   SUR SAINTE  CATHERINE LABOURE  : http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com/histoire-dune-famille/catherine-laboure/


LE SACRE COEUR

Depuis la nuit des temps, Montmartre a été un lieu de culte : les Druides gaulois, les Romains avec les temples dédiés à Mars et Mercure, l’Église Saint-Pierre, la plus ancienne de Paris, reconstruite près de l’Abbaye Royale de Montmartre au XIIè siècle par le roi Louis VI et sa femme Adélaïde de Savoie… Enfin, le Sacré-Cœur, érigé à la fin du XIXè siècle. Aujourd’hui, ce haut-lieu de prière demeure fidèle à sa tradition : Dieu y est bien présent !

SITE :  http://www.sacre-coeur-montmartre.com/francais/histoire-et-visite/article/histoire

sacre-coeur


LA CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS 

La cathédrale Notre-Dame de Paris, en forme courte 

Notre-Dame, est la cathédrale de l’archidiocèse , en France. Elle est située dans l’est de l’ile de la cité . 

Sa construction, commencée sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully , s’est étendue sur plus de deux siècles, de 1163 au milieu du XIVe siècle. 

Le style n’est donc pas d’une uniformité totale : la cathédrale possède ainsi des caractères du gothique 

. Les deux rosaces qui ornent chacun des bras du transept sont parmi les plus grandes d’Europe , et mesurent chacune 13 mètres de diamètre. Elle fut lors de son achèvement l’une des plus grandes cathédrales d’Occident. 

Après la tourmente révolutionnaire, la cathédrale a subi de 1844 à 1864 une restauration importante et parfois controversée dirigée par l’architecte Viollet le Duc , qui y a incorporé des éléments et des motifs inédits.

La cathédrale est depuis sa construction un des monuments les plus emblématiques de Paris. Longtemps plus haute construction de la ville, elle tient une place symbolique de premier rang dans son image. 

À la fois édifice religieux et culturel, elle a souvent été au cœur de l’histoire de France. Elle fut église paroissiale royale au Moyen Âge, et c’est d

ans la cathédrale que se sont notamment déroulés l’arrivée de la Sainte couronne en 1239, 

le sacre de napoleon le 2 décembre  1804 ou encore que fut chanté un Magnificat  lors de la liberation de paris  le 26 août 1944 en présence du General  De Gaulle . 

L’église accueille aujourd’hui plus de vingt millions de visiteurs par an (dont quatorze qui entrent dans la cathédrale), ce qui en fait le monument le plus visité de Paris et de toute l’Europe.

 Bénéficiant d’un dynamisme nouveau et vivace, elle a fêté en 2013 le 850 eme  anniversaire de  sa construction

cathedrale-notre-dame-seine-630x405-c-thinkstock

LA FACADE  DE LA CATHEDRALE  NOTRE DAME DE PARIS

800px-notre_dame_de_paris_dsc_0846w


D’AUTRES LIEUX SAINTS EN FRANCE A VISITER : Vous pouvez les découvrir  sur le site internet  des villes sanctuaires  :  http://www.villes-sanctuaires.com/

indexvilles-sanctuaires

ALENCON | CHARTRES | COTIGNAC | LA SALETTE | LE MONT SAINT MICHEL | PONTMAIN | SAINT MAXIMIN ET LA SAINTE BAUME | SAINTE ANNE D’AURAY | THIERENBACH | VEZELAY

 

VILLES MARIALES ITALIE

     
VILLES MARIALES ITALIE Imprimer cette page

 


ROME  / LES PRINCIPAUX LIEUX DE VISITE POUR LES PELERINS


LES  4 BASILIQUES MAJEURES


BASILIQUE  SAINT PIERRE DE ROME = VATICAN

Elle est construite à l’emplacement du tombeau de Saint Pierre, apôtre du Christ, à proximité de l’ancien cirque de Néron dans lequel Saint Pierre fut supplicié ainsi que de nombreux chrétiens.

L’obélisque ornant la place Saint Pierre provient d’ailleurs de ce cirque.

Un petit édifice semble avoir existé dès le IIème siècle, en l’honneur de Saint Pierre.

Mais c’est l’Empereur Constantin qui fait construire à cet emplacement une grande basilique à cinq nefs à partir de l’an 319.

Cette basilique était déjà richement décorée et a été restaurée et agrandie à plusieurs reprises.

basilique-saint-pierre

 

TOUT SAVOIR  SUR LA BASILIQUE SAINT PIERRE DE ROME  : http://www.rome-passion.com/basilique-saint-pierre.html


BASILIQUE  SAINT PAUL HORS LES MURS

La basilique Saint Paul est construite à l’emplacement de la tombe du saint, décapité à l’époque de Néron.

Un petit édifice était déjà présent lorsque l’empereur Theodosius, à la fin du IVème siècle, ordonne la construction d’une vaste basilique à 5 nefs. Elle a été la plus grande église du monde jusqu’à la construction de la basilique Saint Pierre.

Embellie et enrichie au fil des siècles elle est presque totalement détruite en 1823 par un terrible incendie.

Elle est reconstruite selon le plan d’origine mais l’essentiel de la décoration est de style néoclassique avec quelques éléments de l’ancienne basilique qui ont pu être réutilisés.

portique-saint-paul

TOUT SAVOIR  SUR LA BASILIQUE SAINT PAUL HORS LES MURS  :  http://www.rome-passion.com/basilique-saint-paul.html


BASILIQUE  SAINTE MARIE MAJEURE

En août 356 la Vierge apparaît au Pape Libère et lui demande de construire une église, qui lui sera dédiée, à l’endroit où il aura neigé durant la nuit.

Le 5 août, au matin, une procession se dirige vers la colline de l’Esquilin indiquée par la Vierge pour y découvrir un espace recouvert de neige. Le Pape Libère construisit un premier édifice à cet emplacement…

Sainte Marie Majeure, est l’une des 4 basiliques majeures de Rome, faisant partie des 7 églises de pèlerinage.

1024px-rom_basilika_santa_maria_maggiore_ausenansicht

TOUT SAVOIR  SUR LA BASILIQUE SAINTE MARIE MAJEURE : http://www.rome-passion.com/sainte-marie-majeure.html


BASILIQUE  SAINT JEAN DE LATRAN

La basilique Saint Jean de Latran est située au Sud-Est de Rome, à proximité des remparts. Saint Jean de Latran est la cathédrale de Rome, le Pape en est l’évêque.     Il s’agit de la plus ancienne église, elle est de ce fait la “mère et tête de toutes les églises”. Elle est l’une des 4 basilique majeure.

saint-jean-latran-facade

TOUT SAVOIR SUR LA BASILIQUE SAINT JEAN  DE LATRAN  : http://www.rome-passion.com/saint-jean-latran.html


L’EGLISE  DE SCALA SANTA

L’origine de la dévotion de la Scala Santa également appelée “Saint Escalier” provient de l’escalier que Jésus monta au cours de Sa Passion pour se rendre au prétoire de Ponce Pilate. L’on peut encore voir aujourd’hui les vestiges de cet escalier, qui ont été sanctifiés par le passage de notre Seigneur.  L’on perpétue cette dévotion à Rome, et on peut y honorer des vestiges et des reliques de ce Saint Escalier, près de la Basilique Saint Jean de Latran.

scala_santa_rome-st_jean_de_latran

TOUT SAVOIR SUR SCALA SANTA  : http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-la-sainte-devotion-de-la-scala-santa-78200859.html    


LES CATACOMBES DE SAN SEBASTIAN

Réparties sur quatre niveaux, ces catacombes se trouvaient dans une dépression, étaient utilisées comme carrière de pouzzolane, et désignées comme “ad catacumbas”, un nom qui avec le temps est devenu synonyme de cimetière souterrain.
Elles étaient déjà utilisées comme lieu de sépulture païen, avant de devenir une nécropole chrétienne près de la fin du deuxième siècle de notre ère, dédiée aux saints Pierre et Paul.
Selon la tradition, des restes des deux saints y auraient été cachés avant la construction des deux basiliques, sur la colline du Vatican (basilique Saint-Pierre), et sur la Via Ostiense (basilique Saint-Paul).

C’est au quatrième siècle que les catacombes prirent leur nom actuel, venant du saint qui y fut enterré vers 298. Le jeune Sébastien avait préféré subir le châtiment des flèches plutôt que de renier sa foi chrétienne, mais n’en étant pas mort, il défia l’empereur Dioclétien après avoir recouvré ses forces. Il fut mené à l’hippodrome du Palatin, pour y être tué à coups de bâton et son corps fut jeté dans le Cloaca Maxima, le grand égout. Apparu miraculeusement en songe à la matrone Lucina, sa dépouille y a été ramassée et transportée dans les catacombes.

La visite de ces catacombes comprend l’accès à quelques zones. Dans la plus profonde, on voit la chambre de Jonas, qui prit son nom des fresques du quatrième siècle qui la décorent et représentent des scènes de la vie du personnage biblique. Puis la visite passe par la crypte de Saint-Sébastien et une place où trois mausolées païens fut réutilisés par les chrétiens. On y trouve des peintures, des ornements de stucs, des inscriptions et des graffitis. Enfin, la troisième du mausolée est appelé «hache» pour l’outil représenté sur le tympan du fronton. En remontant, on passe par la « triclia » où se tenaient des repas funèbres, et au dessus de laquelle fut construite la basilique

st-sebastian-300-dpi001

TOUT SAVOIR  SUR LES CATACOMBES DE SAN SEBASTIAN : http://www.rome-roma.net/catacombes-de-saint-sebastien.php


LA ROME ANTIQUE  _ LA ROME MODERNE  :

Ce site est entièrement consacré à la ville de Rome et au Vatican. Vous pourrez découvrir Rome en photos, ses monuments les plus célèbres et connaître leur histoire. La ville éternelle, saura conquérir votre cœur.

TOUT SAVOIR SUR LA ROME ANTIQUE ET MODERNE  : CONSULTER LE SITE  : http://www.rome-passion.com/index.html 


ASSISE


Assise est une ville typique, située à un peu plus de 400 mètres en altitude . Située dans la Province de Pérouse, dans la région Ombrie, elle s’ouvre sur des paysages ponctués de cyprès et d’oliviers.    Dans le centre, le patrimoine médiéval révèle le caractère intemporel et décalé des ruelles escarpées. Incontestablement, le charme de cette ville mythique provient de ses styles architecturaux diversifiés.

assise


LA BASILIQUE  SAINTE CLAIRE D’ASSISE

Santa Chiara, disciple de San Francesco, est la fondatrice de l’ordre des clarisses.

Une Basilique Sainte Claire à Assise lui est consacrée depuis le XIIIe siècle. C’est une église romane en pierres blanches et roses, dont les seules décorations de façade sont une belle et grande rosace 

A l’intérieur, les fresques datent du XIIe siècle, réalisées par des artistes de l’école de Giotto.

Le crucifix de la Basilique Sainte Claire à Assise

On y trouve également un crucifix ancien, auréolé d’une belle histoire, puisque c’est ce crucifix qui aurait incité François à rebâtir l’église de Saint Damien en ruine (1km au sud d’Assise). 

Cette église et le couvent furent d’ailleurs le premier refuge des soeurs Clarisses, de Saint Claire.

p1000502-8859a


Les reliques de la Basilique Sainte Claire à Assise

Dans la crypte sont conservées quelques reliques, comme le corps de Saint Claire, un vêtement du saint, etc. Ces témoignages datent du XIIIe siècle.

gglxnxa6g1dz9xsvszbbohl36pg


SAINTE CLAIRE  

Née en 1193, Claire d’Assise est issue de la riche aristocratie italienne qu’elle quitte pour adopter le mode de vie de François d’Assise. Pour cela, elle renonce à épouser l’homme important que ses parents lui destinent. Et quitte le foyer familial à l’âge de 18 ans pour se consacrer à sa vocation.

Elle rejoint en secret les frères mineurs dans la petite église de Portioncule, le soir des Rameaux, en 1211. Sainte Claire laisse François d’Assise lui couper les cheveux.

 Elle revêt l’habit  de pénitence de toile rêche. C’est à cet instant qu’elle devient l’épouse du Christ et lui consacre entièrement sa vie

sainte-claire-d-assise_theme_image

 


LA BASILIQUE SAINT FRANCOIS D’ASSISE

En 1228  , Gregoire IX est à Assise et procède à la canonisation  de Saint François en l’église Saint-Georges, où repose son corps. À la demande du Pape  le frère Elie de Cortone , ministre général de l’Ordre franciscain  de 1232 à 1239, entreprend bientôt la construction de la basilique où doit reposer le corps du saint, dans la Crypte 

L’église inférieure inscrite dans la roche même (Collis Inferni ) étant achevée, c’est le 25 mai 1230 que le corps de saint François est transféré secrètement et si bien caché dans la crypte que ce n’est qu’en 1818 qu’il est redécouvert.

La deuxième église (Colle del Paradiso) est élevée au-dessus de la première sans interruption des travaux d’édification, jusqu’en 1253. Cette dernière comporte, dans toute la nef , les fresques de Giotto , retraçant la vie de Saint François  en 28 fresques .

En 1253 , innocent IV consacre la basilique complètement édifiée et appelée désormais Tête et Mère de l’Ordre des Frères Mineurs. Benoit IXV l’élève au rang de basilique patriarcale et de chapelle papale en 1754 .

7509


TOUT SAVOIR  SUR LE SAINT : SAINT FRANCOIS D’ASSISE

François d’Assise est né en 1182. Sa mère voulait l’appeler Jean mais son père, de retour d’un voyage en France lui donna le nom de François. Sa notoriété, de son vivant même, lui fit perdre son nom de famille, « Bernardone ». Il devint François d’Assise, donnant ainsi un renom à la ville de l’Italie centrale qui l’avait vu naître.

Aujourd’hui encore son nom évoque un art de vivre et une manière d’être chrétien. Cet homme a favorisé la renaissance de la vie évangélique dans la dure histoire des hommes.

LA SUITE  :  http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/temoigner/figures-de-saintete/371168-saint-francois-dassise-1182-1226/

saint-francois-dassise


LA BASILIQUE SAINTE MARIE DES ANGES
Sainte Marie des anges, écrin de la Portioncule :

Le grand sanctuaire que nous voyons en arrivant fut construit au cours du XVI° siècle (et a façade au XX°.

A l’intérieur, comme dans un écrin, nous trouvons l’humble petite église de la Portioncule, berceau de l’ordre franciscain.

En effet, après avoir réparé deux églises, il répara l’église sainte Marie des anges et commença l’ordre des frères mineurs en ce lieu.
C’est ici qu’ont été tenus les premiers « chapitres » ou assemblées de frères.  C’est ici que le saint est mort, en 1226.

santa-maria-degli-angeli-assisi-umbria-autore-e-copyright-marco-ramerini1

VOIR AUSSI A  ASSISE  :  http://www.monnuage.fr/a-voir/italie/ombrie/assisi


CASCIA – ROCAPPORENA


La ville de Cascia surgit à 563 mètres au-dessus du niveau de la mer, à proximité de la rivière Corno. Cascia naît pendant l’époque romaine, 

Comme une grande partie des villes ombriennes, c’est au cours du Moyen-âge que Cascia connaît sa période de plus grande splendeur. 

C’est seulement au seuil de 1500 qu’elle se rend à l’Etat Pontifical sous la domination duquel elle reste moins de trente ans; à partir de là, elle maintient toujours sa propre indépendance.  Si on parle de Cascia, on ne peut pas ne pas citer Sainte  rita ; la soeur, béatifiée en 1900, y vécut entre 1381 et 1457.

Rita de Cascia, née en mai 1381 a  Roccaporena près de Cascia ( 6 km )  ou elle vécut jusqu’a 36 ans  avant de rentrer chez les augustines a Cascia

cascia24

3829ce14ff93ce7401391f58058ca0a4


ROCCAPORENA

slidehome00


LA SAINTE : SAINTE  RITA

47042862

3nwvxt9ql9zwnizeqzlby_ndqto500x334

Petite vie de Sainte Rita de Cascia

Rita naquit au mois de mai 1381, à Roccaporena, près de Cascia (Ombrie). Sa naissance porte déjà le cachet du surnaturel : des abeilles mystérieuses, voltigeant autour de son berceau, pénétraient dans sa bouche entr’ouverte et en ressortaient sans lui faire aucun mal. Par ce miracle, Dieu voulut sans doute préconiser en Rita cette vertu de douceur dont elle devait être par la suite le vivant et sublime modèle. En effet, mariée par ses parents à un jeune homme du pays, sa vie conjugale fut un vrai martyre à cause du caractère violent et brutal de son mari. Mais avec une douceur et une patience héroïques, Rita parvient à le convertir.

En 1416, son mari fut tué. Rita pardonna généreusement, et s’efforça encore d’éloigner de ses deux enfants tout sentiment de vengeance jusqu’à demander à Dieu le sacrifice de leur vie plutôt que de les voir un jour homicides. L’héroïque prière fut exaucée.

Restée seule, Rita se consacra entièrement à Dieu qui, d’une façon miraculeuse, la fit entrer dans le couvent des Augustines de Cascia, où elle passa 40 ans dans l’exercice héroïque de toutes les vertus. Le Jeudi Saint de 1441, pendant une extase, Rita fut miraculeusement blessée au front par une épine du Christ devant lequel elle priait.

Le 22 mai 1457, comblée de mérites, Dieu l’appela à Lui. A sa mort, une lumière merveilleuse inonda sa cellule, une odeur ineffable se répandit dans le couvent, et son âme fut vue, auréolée de gloire, monter au Ciel. Elle fut proclamée Bienheureuse en 1737, et canonisée au mois de mai 1900. Aujourd’hui, la dévotion à Sainte Rita est universelle et ses grâces sont innombrables. Elle est invoquée surtout dans les cas désespérés. Son corps, miraculeusement conservé, repose dans son Sanctuaire de Cascia, en Italie.

TOUT SAVOIR SUR  SAINTE  RITA  : http://apotres.amour.free.fr/page4/rita.htm


PADOUE


Padoue offre une grande variété de ressources touristiques. Choisir de visiter la ville de Padoue signifie croiser des voies classiques avec les fresques de Giotto, musées historiques, la vieille ville avec ses beaux palais, les sièges institutionnels.

Églises et monuments exsudent le sens de l’histoire et de la culture ; boutiques, marchés et les gens du pays, une vitalité pétillante et une vie moderne très animée.

Proche de Venise sans pour autant se laisser éclipser par l’aura de la Sérénissime, Padoue s’étire autour d’un charmant coeur médiéval semé de petites places et de palais.

On y vient pour la chapelle des Scrovegni, ornée des plus belles fresques de Giotto, et la basilique Saint-Antoine, où repose le saint protecteur de la ville.

En fin de journée, les flots d’étudiants qui animent les rues et les cafés rappellent la prestigieuse histoire intellectuelle et scientifique de cette cité universitaire, l’une des plus anciennes d’Europe.

basilica_santo_da_prato_della_valle_rid_dd29f0


TOUT SAVOIR SUR LE SAINT :  SAINT ANTOINE DE PADOUE

Né à Lisbonne, ce contemporain de saint François d’Assise s’appelait en réalité Fernando. De famille noble aux traditions militaires, il entra tout jeune chez les Chanoines Réguliers de Saint Augustin à Coïmbra où il fut ordonné prêtre.

En 1220, quand les restes des premiers martyrs franciscains furent ramenés du Maroc au Portugal, il entra chez les Frères Mineurs et prit le prénom d’Antoine. Il désirait lui aussi aller au Maroc afin d’y mourir martyr.  Tombé malade pendant le voyage, il dut rentrer en Europe.
En 1221, il est à Assise au chapitre de l’Ordre et ses frères découvrent alors ses talents de prédicateur et de théologien. Ayant remplacé ‘au pied levé’ un prédicateur empêché, il étonne ses frères qui, désormais, l’envoient prêcher plutôt que de balayer. Avec la permission de saint François, il enseigne à Bologne, Toulouse, Montpellier et Limoges. A Brive-la-Gaillarde, on conserve même le souvenir des grottes où il se retira quelque temps dans la prière solitaire. C’est aussi dans cette ville qu’il retrouva miraculeusement un manuscrit dérobé, y gagnant du même coup sa spécialité posthume pour lui faire retrouver les objets perdus. En 1229, il est élu provincial de l’Italie du Nord.

La fin de sa vie est dominée par la prédication où il excelle. Il se trouve à Padoue pour prêcher le Carême en 1231. C’est là qu’il meurt d’épuisement à 36 ans, dans cette ville qui le vénère et qui lui donne son deuxième nom, saint Antoine de Padoue. Il est “Docteur de l’Église”, mais la piété populaire préfère en lui l’intercesseur efficace.

Il a été nommé saint patron du Portugal en 1934 par le pape Pie XI.

st-antoine-de-padoue

TOUT SAVOIR SUR SAINT ANTOINE DE PADOUE  :  http://www.santantonio.org/fr/sa-category-archive/vie


TURIN  ET LE SAINT SUAIRE


Pourquoi si peu de monuments d’envergure dans une ville majeure de l’Italie du nord? Sans doute parce que ce n’est qu’au XVIème siècle que Turin devint un centre urbain de premier plan avec le transfert de Chambéry à Turin de la capitale des Ducs de Savoie.

C’est à ce moment qu’une relique majeure pour le monde catholique sera déposée dans la cathédrale de Turin, objet de tous les fantasmes et de toutes les théories : le Saint Suaire, transformant du jour au lendemain cette grande église pratiquement sans histoire en un centre de pèlerinage

cathedrale saint jean baptiste, Turin, Italie


LE SAINT SUAIRE

L’expression « Saint-Suaire » désigne, pour les chrétiens, le linge qui recouvrit le visage de Jesus de Nazareth  ou bien le linceul qui servit à envelopper son corps après la mort –    conformément au mode de sépulture en usage chez les Juifs  – avant de le déposer au tombeau selon le Nouveau testament.

Le suaire n’est pas une donnée de foi. Chacun est libre de se former une opinion. L’Eglise appelle à vénérer un signe, une image, une icône qui, justement parce qu’elle ravive en nous la Passion et la mort du Christ, conserve sa valeur comme objet de piété et mérite donc le respect. La vénération catholique envers le suaire n’est pas du tout déterminée par le problème de l’authentification.

La bonne attitude face au suaire est de ne pas s’arrêter à l’image gravée sur la toile, mais de remonter par l’esprit et par le coeur vers la Personne que l’image rappelle.

suaire

TOUT SAVOIR SUR LE SAINT SUAIRE :  http://www.1000questions.net/fr/suaire/histoire.html


SAN GIOVANNI ROTONDO


Fondée au XIe siècle par les pèlerins qui se dirigeaient à la Grotte de l’ Archange-Saint-Michel, la ville de San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles , est connue dans le monde entier comme la ville où vit Padre Pio de Pietralcina  ,  le capucin des miracles, devenu Saint en 2002.

Il institua un Sanctuaire à côté de l’ancienne église conventuelle de Santa Maria delle Grazie (Sainte Marie des Grâces), où se trouve également le grand Sanctuaire  inauguré le 1er juillet 2004 qui a été conçu par le célèbre architecte Renzo Piano.

Construit à l’origine en 1540, le couvent des Capucins est le lieu où le Saint vit du 4 septembre 1916 au 23 septembre 1968, date de sa mort. C’est ici qu’en 1918 Padre Pio reçut les stigmates et que se vérifièrent tous ces phénomènes  surnaturels qui ont mené à sa béatification et, successivement à sa canonisation.

Visiter ce couvent et les cellules où Padre Pio mena son existence équivaut à faire un saut dans des lieux riches de spiritualité et de mysticisme: une étape obligée pour les dévots et les touristes.

13761301703_de2e62af2a_o


LE SAINT  : PADRE PIO

Padre Pio est le nom d’un capucin  et prêtre italien né Francesco Forgione, le 25 mai 1887  à Pietrelcina , mort le  23 décembre 1968 à San Giovanni rotondo  (province de Foggia dans les Pouilles  en Italie).

Il avait pris le nom de Pie (en italien Pio), en hommage au pape Pie V, quand il rejoignit l’ordre des frères  capucins

Il fut connu pour être le premier prêtre et l’un des rares hommes à qui la tradition attribue les stigmates du christ , il a été canonisé par l’Eglise catholique romaine le 16 juin 2002 sous le nom de Saint Pio de Pietrelcina.

ppio-7

LE CORPS DE PADRE PIO

1280px-sanpioriesumato-2

TOUT SAVOIR SUR PADRE PIO  :  http://saint.padre.pio.free.fr/vie.htm


LANCIANO  OU LE MIRACLE DE L’EUCHARISTIE


Le miracle de Lanciano est un MIRACLE EUCHARISTIQUE  qui serait survenu en la ville de Lanciano , dans les Abruzzes , en Italie  vers l’an 700 , dans l’église Saints-Légontien-et-Domitien.

La chapelle où aurait eu lieu le miracle, se trouvait à environ trois kilomètres de la ville d’Ansanum, qui prit au début du XIII em siècle le nom de Lanzanum : une lance figurait dans les armes de la ville pour rappeler la croisade qui libéra le tombeau du Christ, 

mais aussi et surtout par allusion à Longin , le centurion qui perça de sa lance le côté du Christ après sa mort, car Longin, d’après la tradition était originaire de Lanciano . 

 La ville ayant été détruite, fut reconstruite un peu plus loin, autour de cette ancienne chapelle et de son monastère. Cette chapelle fut remplacée au même endroit pas une église dédiée à saint François. 

Mais au VII  siècle, la chapelle des saints Légontien et Domitien était desservie par des moines grecs basiliens, célébrant dans le rite latin, donc avec des hosties de pain azyme et de forme ronde

Au cours d’une messe, au moment de la consecration , le prêtre la célébrant aurait été pris d’un doute sur la presence reelle  de Jesus Christ  dans les espèces eucharistiques . Il aurait alors vu l’hostie  se transformer en chair et le vin en sang . 

Après un moment de frayeur, il se résolut à montrer le miracle à ses fidèles, et depuis lors, ce morceau de chair en forme d’hostie et ce sang, coagulé en cinq petit caillots, sont toujours vénérés à Lanciano

lanciano-flesh_and_blood

 

VILLES SAINTES ESPAGNE PORTUGAL

     
VILLES SAINTES ESPAGNE PORTUGAL  Imprimer cette page

 


ESPAGNE


SAINT JACQUES DE  COMPOSTELLE


La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle est une cathedrale  située dans le centre historique de la ville de Saint Jacques de Compostelle (galice ), but de l’un des plus grands pèlerinages  de l’Europe  médiévale. En 2014, c’est l’un des plus vivants foyers de la dévotion catholique.

La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle a été le facteur déterminant pour que la Galice et l’Espagne  entrent dans les cercles culturels médiévaux grâce au chemin de Saint Jacques  route initiatique dans laquelle des personnes suivaient le sillage de la Voie lactee .

Elle est consacrée à l’apôtre Jacques de Zebédee , saint patron et protecteur de l’Espagne

espagne-chemins-de-compostelle-pelerinage-santiago-1


La légende de la découverte du tombeau de l’apôtre Jacques

C’est l’année de la mort de Charlemagne, en 814, qu’une découverte majeure pour la chrétienté eu lieu dans ce coin reculé de l’Europe : le tombeau de Saint-Jacques, l’apôtre qui évangélisa la péninsule ibérique. 

Cette découverte était telle, qu’encore aujourd’hui, elle marque les esprits. Nous ne saurons probablement jamais qui était véritablement dans ce tombeau. 

Bien sûr, cette découverte était « politique », le tombeau d’un personnage si important ne pouvant que servir les besoins d’une chrétienté asturienne, en lutte contre les musulmans tout puissants en Espagne.

Malheureusement, la probabilité que ce soit effectivement le tombeau du saint est infime, pour ne pas dire nulle : Jacques est mort décapité à Jérusalem ! 

Des fouilles archéologiques ont tout de même révélé que la cathédrale actuelle est bâtie sur un ancien cimetière romain…

chatellerault_statue_st_jacques


AVILA


 Fondée au XIe siècle pour protéger les territoires espagnols contre les Maures, cette « Ville des saints et des pierres », berceau de sainte Thérèse et lieu de sépulture du Grand Inquisiteur Torquemada, a conservé son austérité médiévale. 

On retrouve cette pureté de lignes dans sa cathédrale gothique et ses fortifications qui, avec leurs 82 tours de plan semi-circulaire et leurs neuf portes monumentales, sont les plus complètes d’Espagne

Ávila est un exemple éminent de ville fortifiée du Moyen Âge ayant intégralement conservé son enceinte de murailles. La densité des monuments civils et religieux intra-muros et extra-muros en fait un ensemble urbain de valeur exceptionnelle.

avila-1112x630


SAINTE THERESE  D’AVILA

Sainte Thérèse d’Ávila (en religion : Teresa de Jesús), née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Vieille-Castille) et morte dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582 à Alba de Tormes en Espagne, est une religieuse espagnole, réformatrice de l’Ordre du Carmel au XVIe siècle

sainte et docteur de l’Église. Profondément mystique, elle laisse des écrits sur son expérience spirituelle qui la font considérer comme une figure majeure de la spiritualité chrétienne.

Thérèse est canonisée en 1622, sa fête liturgique est fixée le 15 octobre. Au XXe siècle elle est déclarée docteur de l’Église catholique : elle est la première femme à obtenir ce titre.

 Si son influence spirituelle, associée à celle de saint Jean de la Croix, a été très forte au XVIIe siècle, de nos jours, elle reste une référence au-delà de sa famille monastique et même à l’extérieur de l’Église catholique.

 Elle repose désormais dans un tombeau de marbre placé dans l’église du couvent d’Alba de Tormes en 1760. Plusieurs reliques ont été extraites de sa dépouille et sont présentes dans différentes églises d’Espagne.

280px-peter_paul_rubens_138

TOUT SAVOIR SUR  SAINTE THERESE D’AVILA  :  http://www.touteslespropheties.net/sainte-therese-d-avila/


SAINT JEAN DE LA CROIX


Juan de Yepes Álvarez (en religion Jean de la Croix ou Juan de la Cruz), né à Fontiveros (Espagne) le 24 juin 1542 et mort au couvent d’Úbeda le 14 décembre 1591, est un prêtre carme, saint mystique espagnol, souvent appelé le réformateur et « Saint du Carmel ». 

Ses écrits mystiques, toujours populaires, font qu’il fut déclaré Docteur de l’Église en 1926. Liturgiquement il est commémoré le 14 décembre.

jean_lacroix_ph4

TOUT SAVOIR SUR SAINT JEAN DE LA CROIX  : http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/temoigner/figures-de-saintete/370044-saint-jean-de-la-croix-1542-1591/


TOLEDE


A Tolède, les journées passent toujours trop vite. Tout près de la capitale de l’Espagne, à seulement 70 kilomètres de Madrid, nous attend la fameuse « ville des trois cultures ». 

Son passionnant centre historique, classé au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, conserve le même tracé qu’au Moyen Age. 

Une promenade au gré de ses ruelles étroites nous fera découvrir un site extraordinaire et débordant de vie, dehors comme dedans.

1280px-vista_general_de_toledo_espana_01

LA SUPERBE CATHÉDRALE : Grandiose, elle nous offre tant à voir que nous pourrions y rester des heures : la chapelle des Rois, le fameux ostensoir en or, les magnifiques tableaux de la sacristie, le coro… 
Une curieuse tradition veut que tous les 15 août, à l’occasion de la fête de la vierge du Sagrario, les fidèles boivent l’eau du puits du cloître qui serait, dit-on, miraculeuse.
 Des cruches, jarres et verres remplis sont disposés à cet effet dans la cathédrale. Vous en aurez peut-être l’occasion à votre prochaine visite.

toledealcazar1


LOYOLA


Situé dans la vallée de la rivière Urola, c’est un complexe architectural qui fut construit autour de la maison fortifiée de la famille Loyola.

Deux événements font de Loyola un centre de pèlerinage permanent : la naissance d’Inigo Lopez de Loyola en 1491 et sa conversion en 1521

C’est la partie centrale du bâtiment conçu par l’architecte italien Carlo Maria Fontana. De l’extérieur, on peut contempler un impressionnant dôme de 65 mètres de hauteur, qui apporte de l’équilibre à la façade de 150 mètres de longueur.

La première pierre a été posée le 28 mars 1689 et le bâtiment a été inauguré le 31 juillet 1738, en la fête de Saint Ignace. L’ensemble des travaux, dans lesquels ont travaillé jusqu’à 600 tailleurs de pierre, a été fait sur la base de grands blocs de marbre extraits du mont Izarraitz.

1280px-santuario_de_loyola-_vista_general


SAINT IGNACE DE LOYOLA 

Il est né en 1491 à Azpeitia, au Pays basque espagnol, dernier de treize enfants. Page à la Cour puis gentilhomme, il mène une vie « adonnée, dit-il, aux vanités […], principalement à l’exercice des armes. »

 En 1517, durant le siège de Pampelune, un boulet brise sa jambe droite, qui restera trop courte. 

Il lit alors beaucoup de livres religieux et voit en songe « Notre-Dame avec le Saint Enfant Jésus ». 

Rejetant sa vie passée, vêtu d’un simple habit noir, il veut se vouer à la conversion des musulmans. Il passe plusieurs mois en ascète dans une grotte, à ­Manrèse (en Catalogne). 

De là naîtra le chef-d’œuvre des Exercices spirituels. Renvoyé de Jérusalem, il comprend qu’il est appelé à servir grâce à l’étude. Il s’y consacre pendant onze ans. Attaqué par l’Inquisition et les Dominicains, il connaît la prison. À Barcelone, son compagnon est tué, et lui, violemment battu. À Paris il éprouve pauvreté et maladie ; mais il  trouve aussi ses premiers compagnons, notamment les saints Pierre Favres et François Xavier. Le 15 août 1534, après une messe à Montmartre à Paris, sept compagnons prononcent leurs vœux.

Près de Rome, à La Storta, Ignace a une vision de Dieu lui disant : « Je vous serai propice à Rome. » Le pape Paul III se réjouit de voir cette nouvelle société de prêtres, savants, intègres et ardents à réformer. Rome sera leur Jérusalem. C’est l’ébauche de la Compagnie de Jésus (ou ordre des Jésuites). Quand Ignace meurt, le 31 juillet 1556, elle compte plus de mille membres

ignatius_loyola

TOUT SAVOIR SUR SAINT IGNACE DE LOYOLA :  http://www.jesuites.com/2011/10/biographie-ignace-de-loyola/


BURGOS


La cathédrale de Burgos est située dans le centre historique de la ville espagnole éponyme, dans la Communauté autonome de Castille et León, dans le Nord de la Péninsule ibérique. Le bien inscrit couvre 1,03 ha.

La construction de la cathédrale a commencé en 1221 et s’est achevée en 1567. C’est un exemple complet de l’évolution du style gothique présentant toute l’histoire de l’art gothique dans sa superbe architecture et sa collection unique de chefs-d’œuvre – peintures, stalles du chœur, retables, tombeaux et vitraux

burgos-cathedrale-de-burgos

TOUT SAVOIR SUR LA CATHEDRALE DE BURGOS :  http://whc.unesco.org/fr/list/316/


SARAGOSSE


Basilique de Nuestra Señora del Pilar de Saragosse

La basilique de Nuestra Señora del Pilar, ou basilique Notre-Dame du Pilier, est un édifice religieux situé à Saragosse . On y conserve et vénère la colonne Pilar sur laquelle la Vierge Marie  serait apparue à l’apôtre saint Jacques en 40 apr. J.-C.

La basilique est consacrée à une image de la Vierge  fort vénérée en Espagne , à tel point que de nombreuses Espagnoles portent le prénom de Pilar. La vierge du Pilar est patronne de la Garde civile , et surtout de l’hispanité  (et ce, depuis Pie XII ), fêtée, 

tout comme cette Vierge, le 12 octobre, donnant lieu à Saragosse à une longue semaine de festivités. La basilique est par ailleurs le centre d’un pèlerinage réputé.

espagne-saragosse-basilique_du_pilar-01


PORTUGAL


FATIMA


Un nom typiquement arabe : celle de Fatima. D’après la légende, ce village dont la Vierge apparaîtra en 1917, doit son nom à une histoire d’amour : Pendant cette lutte de reconquête, un croisé espagnol, Gonzalo Hermingues captura la fille du puissant seigneur musulman d’Alacer do Sol. Cette captive, belle à ravir, s’appelait Fatima, comme la fille de Mahomet. Gonzalo Hermingues et sa captive furent bientôt amoureux l’un de l’autre. 

Fatima se convertit librement au catholicisme, fut baptisée sous le prénom d’Ouranea (ce qui donne l’étymologie de la ville d’Ourem : Vila Nova de Qurem, où fut soignée la petite Jacinthe pendant la grippe espagnole de 1919) et le mariage fut célébré.

Fatima mourut à la fleur de l’âge. Gonzalo Hermingues, inconsolable, se fit moine à l’abbaye cistercienne d’Alcobaca, fondée par saint Bernard, à la demande du premier roi du Portugal — d’origine française — qui voulait ainsi remercier d’une grande victoire remportée sur les musulmans pour reprendre Santarem. 

 Rapidement, l’Abbaye d’Alcobaca eut un petit prieuré dans la montagne voisine et le Frère Hermingues y fut envoyé. Il s’empressa de faire venir auprès de lui les restes de sa chère Fatima ; le lieu prit son nom et s’appelle toujours Fatima.

TOUT SAVOIR SUR LE PORTUGAL ET FATIMA  : http://www.fatima.be/fr/fatima/portugal/index.php


LA BASILIQUE DE NOTRE DAME DE FATIMA

fatima

TOUT SAVOIR SUR LE SANCTUAIRE DE FATIMA  : http://www.fatima.pt/fr


Basilique de Notre-Dame du Rosaire de Fatima

La Basilique de Notre-Dame du Rosaire de Fatima est édifiée à l’endroit même où les trois petits bergers jouaient à construire un petit mur en pierres quand ils virent un éclair soudain qui les a surpris et les a poussés à réunir le troupeau pour rentrer à la maison craignant la pluie.

Le projet a été conçu par l’architecte Gerardus Samuel van Krieken et poursuivi par João Antunes.

 La première pierre a été bénie le 13 mai 1928 par l’archevêque d’Évora et sa consécration a eu lieu le 7 octobre 1953. Le titre de basilique lui a été accordé par Pie XII dans Luce Superna, du 11 novembre 1954.

L’édifice mesure 70,5 mètres de long et 37 de large et a été construit entièrement avec de la pierre calcaire de la région, branco do mar.

800px-basilica_fatima


Basilique de la Très Sainte Trinité

L’idée de construire une nouvelle église dans le Sanctuaire de Fatima remonte à 1973. La Basilique de Notre-Dame du Rosaire n’avait plus la capacité d’accueillir tous les pèlerins, surtout les dimanches et les jours de moyenne affluence. En 1997, le Sanctuaire a organisé un concours international duquel a été sélectionné l’architecte grec Alexandros Tombazis avec un projet qui prévoyait la construction d’une nouvelle église au fond de l’Esplanade de Prière, sur la place Pie XII.

La pose de la première pierre a eu lieu le 6 juin 2004, Solennité de la Très Sainte Trinité. Plusieurs raisons sont à l’origine du nom de l’église dédiée à la Sainte Trinité: les apparitions de l’Ange, qui invitait constamment à adorer Dieu, la Sainte-Trinité ; les paroles proclamées par Jean-Paul II, à la Chapelle des Apparitions, en action de grâce à la Sainte Trinité, en mai 1982; le Grand Jubilé de l’an 2000, dédié lui aussi à la Sainte Trinité.

n4-mon32471_0


La Petite Chapelle des Apparitions

La Petite Chapelle des Apparitions est le cœur du Sanctuaire de Fatima.

C’est à l’endroit, où se trouve la Petite Chapelle, que Notre Dame a parlé aux petits bergers. 

Des six apparitions de la Vierge Marie, cinq (mai, juin, juillet, septembre et octobre) ont eu lieu à cet endroit, où, sur la recommandation de la Dame, devrait être construite une chapelle en son honneur.

 Erigée entre le 28 avril et le 15 juin 1919, elle a été plus tard bénie, et le 13 octobre 1921, on y a célébré la messe pour la première fois. Ayant été dynamitée au petit matin du 6 mars 1922, elle a été restaurée et ré-inaugurée le 13 janvier 1923

capela-das-aparicoes


LE CHEMIN DE CROIX

Entre la 8e et la 9e station du Chemin de Croix, en suivant le Chemin des Petits Bergers, on trouve l’endroit où a eu lieu la quatrième apparition de Notre Dame, le 19 août 1917.

valinhos


LES TROIS PETITS BERGERS

Lucie est née le 28 Mars 1907 et fut baptisé le 30. Ses parents, Antonio et Maria dos Santos, vivent de la terre et ont six enfants.

Olimpia Marto, mère de François et de Jacinthe, était la sœur d’Antonio dos Santos.

Mariée pour la première fois en 1888, elle eut deux fils. Elle devint veuve après sept ans de mariage, et elle épousa en 1897 en secondes noces Manuel Pedro Marto.

La famille compta alors sept autres enfants dont François (né le 11 juin 1908, et baptisé le 20) et Jacinthe (née le 10 mars 1910, et baptisée le 19). Très catholiques, ils vivaient eux aussi très modestement de leur travail dans les champs et étaient très respectés de tous car c’était un couple extrêmement uni, humble, loyal et vertueux.

TOUT SAVOIR SUR LES TROIS PETITS BERGERS   : 

http://www.fatima.be/fr/fatima/pastor/

https://effondrements.wordpress.com/2012/07/01/les-incroyables-apparitions-de-fatima-en-1917/

bergers-fatima


AJUSTREL : LE PETIT VILLAGE OU HABITERENT LES TROIS PETITS BERGERS

fatima019


LES TOMBES DE JACINTHE ET FRANCOIS A L’INTERIEUR  DE LA BASILIQUE – LA TOMBE DE LUCIA EST A COTE

ob_55e639_fatima-1


NOTRE DAME DE FATIMA

d0039915


SANTAREM  :  LA CATHEDRALE


En 1647 les jésuites arrivent à Santarém et y ouvrent un collège dans l’ancien palais royal (inoccupé depuis l’époque de Jean II) qui leur est offert par Jean IV. La construction de l’église commence en 1676 et se termine en 1711. De style baroque méridional, parfois appelé ‘maniériste‘, elle exhibe sur sa façade les statues de quatre grands saints jésuites : Saint Ignace de Loyola, François Xavier , François Borgia et Louis de Gonzague.

Lorsque les jésuites sont expulsés du Portugal les bâtiments du collège sont occupés par le séminaire patriarcal de Lisbonne et l’église devient église du séminaire.

En 1975 Santarem est érigé en diocèse, tout en restant suffragant de l’Archidiocèse de Lisbonne

L’ancienne et vaste église baroque du XVIIe siècle, à la riche décoration intérieure et nombreux trésors artistiques, en devient la cathédrale.

catedral_de_santarem


LE MONASTERE  DE BATALHA


Édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d’Aljubarrota en 1385, le monastère des dominicains de Batalha fut pendant deux siècles le grand chantier de la monarchie portugaise où se développa un style gothique national original,

 profondément influencé par l’art manuélin, comme le montre le cloître royal, véritable chef-d’œuvre.

Monastère de Batalha

Monastère de Batalha

TOUT SAVOIR SUR LE MONASTERE DE BATALHA : http://whc.unesco.org/fr/list/264/


MONASTERE D’ ALCOBACA


L’abbaye de Santa Maria d’Alcobaça, au nord de Lisbonne, fut fondée au XIIe siècle par le roi Alphonse Ier. Par l’ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l’exécution, elle est un chef-d’œuvre de l’art gothique cistercien.

alcobaca-new

TOUT SAVOIR  SUR LE MONASTERE D’ALCOBACA  : http://whc.unesco.org/fr/list/505/


NAZARE ET SON EGLISE


L’église de Notre-Dame de Nazareth se trouve dans la partie supérieure de la ville, en face du Cuberai lookout  sur une grande place comprenant un kiosque en son centre.

Le point d’orgue de cette église, construite en 1377, est son clocher, composé de deux tours.

La Vierge à l’Enfant que l’on vénère dans le sanctuaire “Notre Dame de Nazaré”, sur un promontoire qui surplombe la station balnéaire de Nazaré, au bord de l’Atlantique, est certainement le plus ancien des lieux de pèlerinages portugais : selon la tradition, sa statue y est arrivée entre la fin du IVe siècle et le début du Ve.

photo-1388155-18

TOUT SAVOIR SUR NAZARE :  http://voyagerenphotos.com/2015/07/nazare-un-ancien-village-de-pecheurs-au-portugal/


BRAGA


Braga a été fondée par les romains il y a plus de 2000 ans avec le nom Bracara Augusta. C’est l’une des plus anciennes villes portugaises et une des plus anciennes villes chrétiennes du monde.

Situé au nord du Portugal , c’est la troisième ville du pays, après Lisbonne et Porto.

Elle fut la capitale européenne de la jeunesse en 2012. Braga est connue pour ses belles églises et monuments, gastronomie, artisanat, traditions et festivités.

03

TOUT SAVOIR SUR BRAGA  :  http://gotoportugal.eu/fr/endroits-a-visiter-braga/


PORTO


Parfois appelée Oporto par les Espagnols, Porto (qui a donné son nom au pays et au célèbre vin) est la deuxième plus grande métropole du Portugal après Lisbonne. 

Fondée dans l’Antiquité, elle est résolument moderne. Ribeira, le centre historique de Porto, a été érigé sur les collines qui surplombent le Douro. 

Ce quartier figure désormais sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Parmi les attractions principales, on compte l’église de São Francisco (datant du XIXe siècle), ainsi que les caves à vin de Porto principalement situées le long du fleuve à Vila Nova de Gaia.

header-porto

TOUT SAVOIR SUR PORTO:   http://www.viree-malin.fr/guide-porto-weekend-visite-bons-tuyaux/


LA CATHEDRALE DE PORTO

Cette cathédrale ressemble à une église fortifiée. Sa construction a commencé au XIIIéme siècle. Au fil des ans, elle fut réaménagé et remanié de sorte que l’on y trouve des éléments de style à la fois roman, gothique et baroque. De la grande place, appelée Terreiro da Sé, on a un superbe panorama sur la ville de Porto et Villa Nova de Gaia.

Sur cette esplanade de la Sé se trouve un magnifique pilori torsadé.

dsc_8382_fs

 

AUTRES LIEUX SAINTS DANS LE MONDE

     
AUTRES LIEUX SAINTS DANS LE MONDE 
Imprimer cette page

 


MEDUJGORJE


Medjugorje  est une paroisse catholique  de la municipalité de Citluck  en Bosnie Herzegovine . Marie de Nazareth y apparaîtrait à six personnes du village  depuis le 24 juin 1981   quotidiennement selon trois des voyant(e)s.

 Tout a commencé le mercredi 24 juin 1981.

C’est la Saint Jean, la fête de celui qui a précédé la Lumière.

Deux adolescentes, Ivanka Ivankovic (15 ans), et Mirjana Dragicevic (16 ans), décident de faire une ballade. Elles partent sur le chemin de Podbrdo, tapissé de roc et de ronces, au-dessus de leur village de Bijakovici. Soudain Ivanka voit une lumière vive à quelques centaines de mètres plus haut. La lumière évolue, prend une forme humaine : “C’est la Vierge !” s’écrie Ivanka. “Ca ne peut pas être la Vierge !” réplique vivement Mirjana, plus intellectuelle. Paniquées, les jeunes filles s’enfuient. Plus tard, elles retournent sur le chemin, accompagnées de Milka Pavlovic, d’Ivan Dragicevic (16 ans) et d’Ivan Ivankovic (20 ans).

Tous voient l’apparition s’élever, se diriger vers le Krizevac et se fondre dans la croix.

medjugorge-2

TOUT SAVOIR SUR MEDJGORJE  : 

http://www.medjugorje.ws/fr/

http://www.clubmedj.com/histoire.htm


LES 6 VOYANTS (E) 

Le 24.6.1981 vers 18 heures, six jeunes de la paroisse de Medjugorje, Ivanka Ivankovic, Mirjana Dragicevic, Vicka Ivankovic, Ivan Dragicevic , Ivan Ivankovic et Milka Pavlovic, 

ont vu, sur la colline Crnica, à l’endroit appelé Podbrdo, une apparition blanche avec un enfant dans les bras. Surpris et effrayés, ils ne se sont pas approchés d’elle

wayne-weible-medjugorje-the-last-apparition-mary-earth


Mirjana Dragicevic-Soldo

Mirjana est née le 18.3.1965 à Sarajevo. Elle a eu les apparitions quotidiennes du 24.6.1981 au 25.12.1982. Ce jour-là, lui confiant le dixième secret, la Vierge lui a dit que toute sa vie elle lui apparaîtrait une fois par an, le 18 mars. 

Depuis le 2.8.1987, selon son témoignage, le 2 de chaque mois, elle entend la voix de la Vierge, la voit parfois et prie avec elle pour les incroyants. Mirjana est mariée, elle a deux enfants, elle vit avec sa famille à Medjugorje.

L’intention de prière que la Vierge lui a confiée : les incroyants, ceux qui n’ont pas connu l’amour de Dieu.

mirjana2

TOUT SAVOIR SUR LES AUTRES VOYANTS  : http://www.medjugorje.ws/fr/apparitions/docs-medjugorje-visionaries/


LA CROIX

medjugorje-8

p1010045a


POLOGNE


AUTOUR DE JESUS SOEUR FAUSTINE ET SAINT JEAN PAUL II

ob_dea7e6_3-sr-faustine-j-c3-a9sus-jpii_cle84b7f2


SAINT JEAN PAUL II

SLOVENIA: VISIT OF POPE JOHN PAUL II "GALAZKA PHOTOGRAPHE" "VOYAGE OFFICIEL" SLOVENIE LJUBLIANA VISITE "PAPE FONCTION" "JEAN-PAUL II SEUL" CROIX EXTERIEUR 00252456 "SALUANT ATTITUDE" "IMAGE NUMERISEE"

Karol Józef Wojtyła  né près de Cracovie , en Pologne le 18 mai 1920  – décédé au vatican  le 02 avril 2005  : Élu le 16 octobre 1978, à cinquante-huit ans seulement, au cours d’un conclave  marqué par une contre-offensive de l’aile conservatrice

L’archevêque  de Cracovie, Karol Wojtyla, est le premier pape slave et le premier non italien depuis Adrien VI (1522-1523)

TOUT SAVOIR SUR SAINT JEAN PAUL II : http://www.vatican.va/news_services/press/documentazione/documents/santopadre_biografie/giovanni_paolo_ii_biografia_breve_fr.html


LA TOMBE DE SAINT JEAN PAUL II A  ROME  : A L’INTERIEUR DE LA BASILIQUE SAINT PIERRE DE ROME

photo11


CATHEDRALE DE WAWEL 

Le château royal de Wawel symbolise l’âge d’or de la Pologne ou plutôt du royaume polono-lituanien – alors l’un des plus étendu d’Europe.

La cathédrale de Wawel contient dans son mausolée des rois et des reines, des généraux, des artistes et même un président de la République : Un des jumeaux Kaczynski. Le château accueille un musée sur son histoire.

Wawel se trouve sur une colline de 228 mètres d’altitude surplombant le fleuve Wisla. Au sud de la Vielle ville 

La légende du Dragon de Cracovie a lieu aux pieds du chateau côté fleuve. Une croyance hindouiste veut que l’un des 7 chakras du monde se trouve dans une crypte sous le chateau.

voyages-55bb650690cad

voyages-55bb650777ff4


Czestochowa

6f937bea_large


SOEUR  FAUSTINE 

Helena Kowaslka (en religion Sœur Faustine) est née le 25 août 1905 à Glogowiec et elle est morte à Cracovie le 5 octobre 1938 en Pologne.

 Hélène Kowalska était la troisième des dix enfants d’une famille d’agriculteurs pauvres.

 Elle sentit un appel à la vie religieuse dès l’âge de 7 ans. À quinze ans, après seulement trois ans d’école, elle commença à travailler pour aider sa famille.

 Elle sentait la vocation et était persuadée que Dieu lui-même l’appelait à devenir religieuse. À cette époque, elle eut une première apparition de Jésus, sous la forme du Christ souffrant.

LE MESSADE DE SOEUR FAUSTINE  : http://www.faustine-message.com/sainte-faustine-biographie.htm

fc9085f7_large


LA VIERGE NOIRE DE Czestochowa

Au sommet de la colline de Jasna Gora, littéralement «la montagne lumineuse», le monastère des pères Paulins abrite l’icône de la Vierge noire offerte par le duc d’Opole, Ladislas Jagellon, en 1382. 

Vénérée par toute la nation, elle se reconnaît aux balafres sur la joue de la Vierge, souvenir du pillage du sanctuaire par les Hussites, en 1430.

En contemplant l’icône, le pèlerin peut voir que Marie indique de sa main l’Enfant-Jésus comme pour signifier que son rôle est de conduire au Christ. 

Jésus lui-même regarde le pèlerin ; il tient dans une main le livre et de l’autre, bénit d’un geste simple. Les Polonais attribuent à la Vierge noire de nombreux miracles et, dans les moments difficiles de leur histoire, ils se sont beaucoup confiés à elle.

blackmadonna


Auschwitz

A moins d’une centaine de kilomètres de Cracovie (Pologne) se trouve le camp nazi d’Auschwitz Birkenau. Une vision terrible de l’humanité.

auschwitz-entrance

TOUT SAVOIR SUR CE CAMP DE CONCENTRATION : http://www.vanupied.com/cracovie/autour-cracovie/auschwitz-birkenau-camp-de-concentration-nazi.html


MEXIQUE


LE LIEU LE PLUS VENERE D’AMERIQUE DU SUD ET LE DEUXIEME LE PLUS VISITE APRES SAINT PIERRE DU VATICAN : NOTRE DAME DE GUADALUPE 

En 1531, une “Dame du Ciel” apparut à un pauvre Indien à Tepeyac, une colline au Nord-Ouest de la Cité de Mexico; Elle se présenta comme la mère du Vrai Dieu, lui donna des instructions pour que l’évêque fit construire une église sur le lieu et laissa une image d’elle même imprimée miraculeusement sur son tilma. Le tilma est un vêtement de pauvre qualité fait à base de cactus qui aurait dû se déteriorer en 20 ans. 

Aujourd’hui, après 469 ans, il ne montre aucun signe de détérioration et défie toutes les explications scientifiques de son origine. 

Apparemment, l’image reflète même dans ses yeux ce qui était en face d’elle en 1531.

Chaque année, une foule, estimée à dix millions de personnes, la visite, faisant de l’église de la Cité de Mexico, le sanctuaire catholique le plus populaire dans le monde après le Vatican. Sa Sainteté le Pape Jean Paul II visita par deux fois le sanctuaire, se prosterna devant l’image, implora son assistance maternelle et l’invoqua comme la Mère des Amèriques. 

b_m11ldjom7wfgeyoxwhbvsp6-s

mexico-nouvelle-basilique-de-guadalupe-2

TOUT SAVOIR SUR NOTRE DAME DE GUADALUPE  :  

http://www.la-croix.com/Religion/Monde/Notre-Dame-Guadalupe-Mexique-2016-02-12-1200739584

https://www.youtube.com/watch?v=AIIXKROP8Zc

En 1531, une “Dame du Ciel” apparut à un pauvre Indien à Tepeyac

Chaque année, le 12 décembre, date anniversaire du jour où la Vierge est apparue à un paysan indien, Juan Diego, d’immenses foules (entre 4 à 5 millions de personnes ) se pressent dans les rues de Mexico,

 convergent en pèlerinage vers le nord-est de la ville, se rendant sur le mont Tepeyac, lieu de l’apparition en 1531. 

Après être venu une première fois au Mexique en janvier 1999, le Pape Jean Paul II, âgé de 82 ans et malgré son état de santé fragile s’est rendu à nouveau dans ce pays, le 30 juillet 2002.

 Le lendemain, il canonisait l’indien Juan Diego Cuauhtlatoatzin (Aigle-qui-Aime) devenu chrétien et à qui la Vierge de Guadalupe était apparue en décembre 1531.

nd-de-la-guadalupe1


QUEBEC -CANADA


L’ORATOIRE SAINT JOSEPH

L’oratoire Saint-Joseph est une église à Montreal . . L’élément secondaire du site est la basilique catholique. Structure unique, les dimensions de la basilique et de son dôme sont impressionnantes. 

Le dôme a 60 m de hauteur interne et 39 m de diamètre et sa croix, point culminant de Montréal, atteint 300 m

 Dans les jardins de l’oratoire , on peut suivre un chemin de croix  grandeur nature, inauguré en 1951, peuplé de sculptures  représentant la Passion du Christ 

Inauguré en 1904  à l’initiative du frère André , les travaux de l’ensemble du lieu se terminèrent en 1967 . L’oratoire a fêté en 2004 le 100e anniversaire de la chapelle initiale du frère André.

Le tout domine la ville de son imposante silhouette. Le dôme peut être vu de plusieurs endroits dans la ville . Il est le troisième plus grand oratoire au monde après celui de la basilique de la paix  et de la basilique Saint Pierre de rome 

C’est le lieu de pelerinage  le plus important dédié à Saint Joseph  à travers le monde. Il attire environ deux millions de visiteurs chaque année, provenant de toutes les parties du monde. C’est aussi la plus grande église du Canada .

L’Oratoire a été reconnu comme un lieu historique du canada  le 3 mai 2004.  

TOUT SAVOIR SUR L’ORATOIRE SAINT JOSEPH :  https://www.saint-joseph.org/


LE FRERE ANDRE : LE SAINT HOMME

Saint Frère André, ou Alfred Bessette à l’état civil, né le 9 aout 1845  à Saint Gregoire le Grand au Quebec et décédé le 6 janvier 1937 

Le frère André, né Alfred Bessette, demeure certainement l’un des Québécois les plus populaires du 20e siècle. Bien avant qu’il soit canonisé, en 2010, la réputation de sainteté du frère André avait franchi les frontières et marqué des générations.

D’abord, portier au collège Notre-Dame puis gardien du lieu de prière qui s’est développé sur le mont Royal, le religieux a accueilli des milliers de personnes souffrantes ou en quête d’espérance. Il les a écoutées, leur recommandant de prier saint Joseph en qui il mettait toute sa confiance. De nombreuses guérisons miraculeuses ont eu lieu et des cœurs se sont ouverts à Dieu. Aujourd’hui, saint frère André continue d’être une inspiration et un ami pour des femmes et des hommes de toutes religions.

81_big

TOUT SAVOIR SUR LE FRERE ANDRE  http://www.saint-joseph.org/fr/le-sanctuaire/saint-frere-andre


CATHEDRALE BASILIQUE MARIE REINE DU MONDE

D’inspiration néo-renaissance italienne, la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde a conservé l’apparence générale de la Basilique Saint-Pierre-de-Rome. 

L’intérieur de la Cathédrale ne reproduit pas, dans toute sa splendeur, la Basilique Saint-Pierre de Rome, mais l’agencement architectural de la nef, la voûte à caissons en bois blanc et doré, et le baldaquin aux colonnes torsadées demeurent intéressants. Les courbures des voûtes qui s’entrecoupent volent presque la vedette aux nombreux tableaux et aux dorures.

La construction de la Cathédrale connut deux grandes étapes: de 1870 à 1878 et de 1885 à 1894.

cropped-cmrdmface

TOUT SAVOIR SUR LA CATHEDRALE -BASILIQUE MARIE REINE  DU MONDE : http://diocesemontreal.org/leglise-a-montreal/nos-lieux-de-culte/notre-cathedrale.html


LA BASILIQUE NOTRE DAME 

On construit avec des moyens nouveaux une immense nouvelle église en pierre grise de Montréal. On doit sa conception à l’architecte James Odonell  de New York. Elle est de style néogothique . Sa construction débute en 1824 et l’achèvement se fera en 1829, date de l’inauguration officielle.

L’année suivante, on détruit la première église, ce qui dégage l’espace de la place d’arme que l’on connaît aujourd’hui avec son monument fondateur de Montreal  entourée d’immeubles élevés.

Les deux tours, dessinées par l’architecte john Ostell , sont ajoutées entre 1841 et 1843. La hauteur totale est de 69 m. La tour de l’ouest, nommée Persévérance, abrite le gros bourdon, pesant 10 900 kg. La tour de l’est, nommée Tempérance, abrite un carillon de 10 cloches.

Cette église est équipée d’un grand orgue symphonique (4 claviers, pédalier et 99 jeux), opus 26, installé en 1891. Le deuxième plus grand orgue dans une église en Amérique du Nord.

Elle a été pendant longtemps le temple le plus vaste en Amérique du Nord, toutes confessions confondues.

En 1984, lors de son voyage à Montréal Jean Paul II élèvera l’église au rang de basilique Mineure.

montreal-cathedrale-notre-dame

TOUT SAVOIR SUR LA BASILIQUE NOTRE DAME :  http://www.basiliquenotredame.ca/fr/basilique/


SANCTUAIRE NOTRE DAME DU CAP 

Deuxième plus grand sanctuaire marial en Amérique du Nord, le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap a été fondé en 1888 et il attire plus de 350 000 personnes par année.

Véritable oasis de paix et de verdure, on y découvre une immense basilique (1964) aux vitraux impressionnants, une chapelle historique inaugurée en 1720 et de magnifiques jardins sillonnés d’allées piétonnières qui surplombent le fleuve Saint-Laurent.

Outre les activités religieuses, spirituelles, culturelles et touristiques, le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap offre aux visiteurs et pèlerins une aire de pique-nique, un restaurant/terrasse avec vue sur le fleuve

29_big

TOUT SAVOIR  SUR NOTRE DAME  DU CAP :  https://www.sanctuaire-ndc.ca/fr/


BASILIQUE -CATHEDRALE NOTRE DAME DE QUEBEC 

Construite en 1647 , La basilique-cathédrale est classée monument historique du Québec et du Canada et fait partie de l’arrondissement historique du Vieux-Québec, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Notre-Dame de Québec se distingue comme étant la première cathédrale, le berceau de la civilisation française et de la foi catholique au Nord du Mexique.

 Elle est l’aïeule de toutes les paroisses catholiques qui ont essaimé à travers le Canada et les États-Unis.

Notre-Dame de Québec fut  déterminant dans le développement du Québec, du Canada et de l’Amérique du Nord.

 Elle a été l’un des piliers de la survivance du français en Amérique du Nord, dans cette grande évolution de notre nation, témoin actif de toutes les mutations culturelles qui ont modelé notre société.

L’histoire de Notre-Dame de Québec est un témoignage exceptionnel de la persévérance, de la détermination et la foi de nos pionniers.

À l’occasion du 350e anniversaire de la paroisse Notre-Dame de Québec, le Pape a donné  la permission d’avoir une Porte Sainte dans la basilique.

2

TOUT SAVOIR SUR BASILIQUE -CATHEDRALE  NOTRE DAME DE QUEBEC :  http://www.notre-dame-de-quebec.org/


LA CHAPELLE DES URSULINES ET SON MUSEE

Le décor de la chapelle des Ursulines de Québec est reconnu comme l’un des plus beaux ensembles de bois sculpté qui existent au Québec. Réalisé par Pierre-Noël Levasseur (1690- 1770) de 1726 à 1736, puis doré par les Ursulines de 1736 à 1739,

 le décor est réintégré à la nouvelle chapelle lors de sa reconstruction en 1901.

Les tableaux de la chapelle sont acquis après la Révolution française, aux environs de 1820.

ursulines_quebec_14

TOUT SAVOIR SUR LA CHAPELLE DES URSULINES ET SON MUSEE  : http://www.museedesursulines.com/fr/la_chapelle_des_ursulines0/


IL FAUT VOIR LES CHUTES DE MONTMORENCY AU COURS DE VOTRE PELERINAGE A QUEBEC

Entre fleuve et falaises, c’est un des sites les plus spectaculaires de la province. Avec ses 83 mètres de hauteur, soit 30 mètres de plus que les chutes du Niagara, l’imposante chute Montmorency domine le paysage

2007-05-21-chutes-montmorency

TOUT SAVOIR SUR LES CHUTES DE MONTMORENCY ET SON PARC  : http://www.sepaq.com/ct/pcm/