ISRAEL – PALESTINE Imprimer cette page

ISRAEL –PALESTINE

LES LIEUX SAINTS


JERUSALEM


LE MONT DES OLIVIERS

Le « Mont des Oliviers » (808 m) qui s’élève à l’est de Jérusalem sépare la Ville Sainte du désert de Juda, lequel commence ici sa descente en direction de la Mer Morte.
La vallée du torrent Cédron, encerclant Jérusalem à l’est, sépare le Mont de la ville et du Mont Sion situé à proximité, plus au sud, le point de départ du cheminement de Jésus qui, après le dernier Repas, traversa la Vallée avant de rejoindre le Gethsémani

Le sommet du Mont des Oliviers offre un magnifique panorama sur toute la Ville Sainte.

phot-israel-1


LE SAINT SEPULCRE

Le Saint-Sépulcre est, selon la tradition chrétienne, le tombeau du Christ, c’est-à-dire la grotte (maintenant englobée dans l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem) où le corps de Jésus de Nazareth fut déposé au soir de sa mort sur la Croix.

phot-israel-2


LA VIA DOLOROSA

La Via Dolorosa : Chemin de la Souffrance  est une rue de la Vieille Ville de Jérusalem. Selon la tradition religieuse, elle est le chemin que Jésus a emprunté avant sa crucifixion. Ce chemin s’étend sur environ 500 mètres et est marqué par neuf des quatorze Stations du chemin de Croix. Les cinq dernières stations sont à l’intérieur de l’église du Saint-Sépulcre. Il s’agit d’un lieu de pèlerinage très important pour les catholiques.

Station 9 of the Cross


L’EGLISE DU PATER NOSTER

L’Église du Pater Noster est un édifice religieux catholique sis sur le mont de l’Ascension, à Jérusalem-Est, en Terre sainte. Elle est aussi appelée Eleona (du grec eliaon, qui signifie oliveraie). Cette église est construite sur le site où, d’après la tradition, Jésus enseigna à ses disciples le Notre Père (Luc 11:1-4) (en latin Pater Noster).

phot-israel-4


LE DOME DE L’ASCENSION

L’église de l’Ascension à Jérusalem commémore le souvenir de la montée au ciel du Christ quarante jours après sa Résurrection C’est un édicule qui faisait partie d’un complexe plus vaste comprenant une église et un monastère chrétiens à l’époque des croisades et qui aujourd’hui est intégré à la « Mosquée de l’ascension », construite au sommet du Mont des Oliviers en mémoire de l’ascension de Jésus –Isa

Elle se trouve au sommet Mont des oliviers, à 818 m au-dessus du niveau de la mer

Selon la Tradition, elle contient la dernière empreinte du pied de Jésus sur terre avant son ascension vers les cieux. Elle fait partie des Lieux de station de la liturgie de Jérusalem.

phot-israel-5


LE DOMINUS FLEVIT

L’église Dominus flevit est une église catholique de Jérusalem, située sur le Mont des Oliviers. Les franciscains de la Custodie de Terre Sainte en assurent les offices.

L’édifice actuel a été construit récemment au XXe siècle (1955), mais il est situé sur un site très ancien, comme l’ont prouvé les fouilles archéologiques menées lors de la construction avec la découverte d’une tombe cananéenne et d’une nécropole utilisée entre 136 av. J.C. et 300 ap. J.C. Ce lieu est censé être celui où Jésus, lorsqu’il revient à Jérusalem avec ses disciples, pleure en entrant dans la ville. Ainsi, la locution latine Dominus flevit se traduit par « le Seigneur a pleuré ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


LE JARDIN DE GETHSEMANI ET L’EGLISE DES NATIONS

Dans les évangiles synoptiques (Marc, Matthieu, Luc), Gethsémani « le pressoir à huile ») est le lieu où Jésus et les apôtres ont prié avant la Crucifixion. Dans l’évangile attribué à Jean, l’épisode de la prière des disciples de Jésus n’est pas rapporté et Jésus est arrêté dans un jardin dont le nom n’est pas donné, mais qui est mentionné après que Jésus et ses disciples sont allés « de l’autre côté du torrent du Cédron »

Sur la base de ces informations de l’évangile de Jean, il a été supposé qu’il s’agissait d’une oliveraie située au pied du mont des Oliviers à Jérusalem identifiée au IVe siècle sous l’impulsion de la mère de l’empereur Constantin et qui aujourd’hui porte ce nom.

Dans l’évangile attribué à Jean, Jésus et ses disciples franchissent le torrent du Cédron et gagnent un jardin où sans doute il venait habituellement bivouaquer avec ses disciples. Judas Iscariote, qui le savait, y conduisit ceux qui venaient l’arrêter.

phot-israel-7

phot-israel-8


LE TOMBEAU DE DAVID

Le Tombeau de David « tombe du roi David ») est un site considéré comme le lieu de sépulture de David, roi d’Israël, d’après une tradition datant du XIIe siècle. Il est situé sur le Mont Sion à Jérusalem. La tombe est située dans un coin de l’ancienne Hagia Sion, une église byzantine.

phot-israel-9


L’EGLISE DE LA DORMITION

L’abbaye de la Dormition est un monastère de moines bénédictins se trouvant sur le Mont Sion, à Jérusalem. Construite pour des moines allemands de 1900 à 1910 l’abbaye rétablit la tradition monastique d’un monastère du v siècle  C’est l’empereur Guillaume II lui-même qui acheta au sultan Abdul-Hamid pour 120 000 marks-or un terrain sur le mont Sion pour le compte de l’Association allemande de la Terre sainte en 1898, lors d’un pèlerinage officiel

D’après la tradition locale, c’est ici, au voisinage du Cénacle, que Marie , la mère de Jésus, serait entrée dans le sommeil éternel, ce que l’on appelle la Dormition. De là vient le nom du monastère; l’église elle-même porte le nom de basilique de l’Assomption (ou de la Dormition)

phot-israel-10


LE CENACLE

Le Cénacle de Jérusalem serait la « chambre haute » dont parlent les Évangiles et les Actes des Apôtres (Ac. 1:13), où auraient eu lieu le dernier repas de Jésus avec ses apôtres (la Sainte cène) , la Pentecôte et d’autres événements importants des premiers temps de l’Église.

Un bâtiment de deux étages (englobé dans un ensemble plus important) situé au sommet du Mont Sion à proximité de l’abbaye de la Dormition est présenté comme le Cénacle. La pièce peut se visiter mais tout culte y est interdit. Elle fut restaurée par les Franciscains en 1335 puis, après leur expulsion et l’intégration un temps d’une mosquée puis, plus récemment et jusqu’à nos jours, d’une synagogue dans le bâtiment, reste revendiqué par l’église catholique  romaine.

phot-israel-11


LE MUR DES LAMENTATIONS

Le Mur des Lamentations, appelé aussi Mur occidental est un mur de soutènement de l’esplanade du Temple de Jérusalem situé dans le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem datant du Ier siècle, durant l’achèvement de la construction du Temple d’Hérode. Il a été intégré au VIIe siècle aux murs d’enceinte de l’Esplanade des mosquées, ou Mont du Temple, lors de la construction du Dôme du Rocher et de la mosquee Al Aqsa

Il est révéré par les juifs pour sa proximité avec le Saint des Saints, situé sur le mont du Temple et est de ce fait considéré comme l’endroit le plus saint (généralement accessible) aux juifs pour la prière.

phot-israel-12


SAINT PIERRE EN GALLICANTE

Saint-Pierre est un des lieux saints de Jérusalem où les pèlerins désireux de mettre leurs pas dans ceux du Christ viennent évoquer trois moments importants de la Passion : la comparution de Jésus devant le Grand Prêtre Caïphe, la condamnation à mort de Jésus par le Sanhédrin, le triple reniement de Pierre et son repentir au chant du coq. Ce qui a valu au sanctuaire, depuis le Moyen-âge, d’être appelé Saint-Pierre en Gallicante.

phot-israel-13


LA PISCINE DE BETHESDA

La piscine de Bethesda, située sur le chemin de la valle de Beth Zeta, est mentionnée dans l’évangile de Jean , au chapitre 5, comme le lieu d’un miracle de Jésus sur un paralytique. La description qui en est faite signale qu’elle était entourée de cinq portiques
À la suite de restaurations entreprises sur L’église sainte Anne en 1888, deux grandes piscines avec cinq portiques et de nombreux fragments de l’époque romaine ont été exhumées. Une fresque située sur l’un des murs représente un ange remuant l’eau (cet évènement est signalé dans le texte de l’évangile).

phot-israel-14


L’EGLISE SAINTE ANNE

Selon une tradition chrétienne orientale, la crypte est située sur le lieu de la maison d’Anne  et Joachim, les parents de la vierge Marie à Jérusalem, dans laquelle elle serait née Une église byzantine y a été construite du temps de l’impératrice Eudocie dédiée à la vierge Marie. Elle a été détruite par l’invasion perse de 614, puis reconstruite et de nouveau détruite en 1009 par AL Hakim L’église actuelle, de style roman, a été construite par les Croisés en 1140 et a tout de suite été dédiée à sainte Anne. Après la conquête de Jérusalem par Saladin, l’église est transformée en 1192 en école de droit coranique, puis tombe en ruines au cours des siècles

En 1856, après la guerre de Crimée, la France reçut l’église du Sultan Abd el Maji en remerciement de son aide à la Turquie

Sainte-Anne fut donc restaurée et l’État français la confia en 1877 à Monseigneur Lavigerie et à sa Société des Missionnaires d’Afrique.

phot-israel-15


LE DOME DU ROCHER

Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher  appelé parfois mosquée d’Omar à tort « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l’Islam », est un sanctuaire érigé sur ordre du calife sur le « Haram al-Charif », troisième lieu saint musulman après la Mecque et Médine où s’élève également la mosquée al-Aqsa

Le Dôme du Rocher abrite le « rocher de la fondation  », endroit où, selon la tradition musulmane, Mahomet serait arrivé depuis La Mecquee, lors de l’Israa, ou voyage nocturne et d’où il serait monté au paradis, lors du Miraj en chevauchant sa monture Bouraq La tradition biblique y situe également le mont Moriah, nom donné au massif montagneux sur lequel Abraham monta avec son fils afin de l’offrir à Dieu en sacrifice, puis sur lequel ensuite Salomonn bâtit l’ancien Temple de Jérusalem

Achevé en l’an 691 ou dans la seconde partie de l’année 692 (an 72 de l’hégire, il ne possède pas de minaret.

On retrouve les influences byzantine et perse sassanide qui sont les deux grandes sources d’inspiration de l’art islamique.

phot-israel-16


LA MOSQUEE EL AQSA

La mosquée al-Aqsa ou al-Aksaa été construite au VIIe siècle à Jérusalem

Elle fait partie, avec le Dôme du rocher , d’un ensemble de bâtiments religieux construit sur l’esplanade des mosquées  (Haram al-Sharif) qui est le troisième lieu saint de l’islam, après la Mecque et Médine . Il s’agit de la plus grande mosquée de Jérusalem, où 5 000 fidèles peuvent prier, le site dans sa totalité peut accueillir plusieurs centaines de milliers de personnes

Selon la tradition musulmane, la mosquée a commencé à être bâtie en 637 par le deuxième calife Omar ibn al-Khattâb à l’emplacement sacré d’où le prophète Mahomet s’était élevé au ciel lors du voyage nocturne.

phot-israel-17


LA PISCINE DE SILOE

Le problème majeur de Jérusalem aujourd’hui comme autrefois a toujours été la conduite de l’eau dans la ville. Perchée sur un rocher, la cité dépend entièrement de la source qui coule plus bas.
Le canal de Siloé part de cette source et il conduit l’eau jusqu’à l’intérieur de la ville grâce aux travaux souterrains du roi Ezéchias qui, au VIII siècle avant Jésus Christ, voulait assurer l’alimentation en eau de la ville en cas de siège assyrien. Cet exploit technique correspond à l’importance de l’eau pour une population qui ne pouvait survivre que grâce à elle. Le percement de la roche par deux équipes partie des deux points opposés, la source de Gihon et le bas de la ville, a représenté une prouesse technique extraordinaire qui impressionne
aujourd’hui encore.
Une copie de la stèle de l’époque, qui est au musée archéologique d’Istanbul, commémore la rencontre des ouvriers qui se dirigeaient au son.
L’émotion de cet événement nous touche encore, puisqu’il est encore possible de parcourir ce tunnel dans toute sa longueur à condition de progresser à travers l’eau dans l’obscurité.
La sortie à la lumière coïncidait avec la joie de cette piscine d’où partait la célébration de la fête des Tentes.

phot-israel-18


LES  SOUKS DE JERUSALEM

Le souk, marché de la vieille ville très pittoresque plein de couleurs et d’odeurs sous les voûtes antiques chaotique comme il se doit, avec ses centaines de petites boutiques, et ces gens qui achètent et négocient.

Toutes ces marchandises étalées parfois à même le sol, avec ici quelques vendeurs de falafels et shawarma (fast-food arabe), là quelques bédouines accroupies vendant fruits et légumes; l’odeur d’épices qui flotte dans l’air, et le son des musiques arabes qui se confond avec celui des vendeurs criant à tue-tête leurs spéciaux du jour…

phot-israel-19


LE MUSEE D’ISRAEL

Le musée national d’Israël est situé à Jérusalem sur la colline de Guivat Ram.
 Il est composé de différents bâtiments, mais aussi de jardins où l’on peut découvrir les oeuvres d’artistes exceptionnels.
Parmi les incontournables on notera le Sanctuaire du Livre qui abrite les manuscrits de Qumran (de la mer morte), la maquette géante de Jérusalem à l’époque du second Temple. On y trouve également beaucoup d’objets sur l’art juif, décliné à toutes les époques et dans de nombreux pays, ce qui permet de faire un tour d’horizon sur l’histoire du judaïsme et sa diversité.

phot-israel-20
phot-israel-21


LE JARDIN DE LA  TOMBE
Evangéliques

Le Calvaire de Gordon est situé à Jérusalem, en dehors des murs de la ville antique  et à proximité de la Porte de Damas au-dessus de la « falaise du crâne ». Depuis la fin du XIXe siècle ce lieu est considéré par certains comme celui où Jésus fut crucifié, en opposition au site traditionnel du Golgotha  dont la légende dit qu’il a été identifié au IVe siècle à la demande d’Hélène  la mère de l’empereur Constantin Ier

Juste à côté de la « falaise du crâne » un lieu appelé Tombe du jardin est beaucoup plus célèbre grâce notamment aux guides touristiques. Depuis 1894 et l’achat juste à côté de ce terrain, la tombe antique qui s’y trouve est en effet présentée comme la tombe de Joseph d’Arimathée dans laquelle, selon les évangiles, il aurait mis Jésus après sa crucifixion  avant que celui-ci ne « ressuscite » moins de deux jours après. ce site dont l’atmosphère calme et apaisante contraste avec celle de l’Église du Saint-Sépulcre

phot-israel-22


LE MEMORIAL YAD VASHEM

Le mémorial de Yad Vashem est un mémorial israélien situé à Jérusalem construit en mémoire des victimes juives de la Shoah perpétrée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Parlement israélien, la Knesset, a décidé sa construction en 1953 en votant la loi du mémorial.

« Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs une place (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés », Isaïe 56, 5.

Le mémorial se trouve dans la forêt de Jérusalem, sur le versant ouest du mont Herzl (mont du Souvenir) à 804 mètres d’altitude.

phot-israel-23
phot-israel-24


LE PLAN DE LA VIEILLE VILLE DE JERUSALEM

phot-israel-25


VUE GENERALE DU MONT DU TEMPLE OU DE L’ESPLANADE DES MOSQUEES

phot-israel-26


BETHLEEM


LA BASILIQUE DE LA NATIVITE

La Basilique de la Nativité à Bethléem est l’une des plus vieilles églises du monde, bâtie selon la tradition, sur le lieu présumé de la naissance du Jésus de Nazareth Elle a été érigée au IVe siècle par l’empereur romain Constantin Ier  le Grand et restaurée sous Justinien au VIe siècle

phot-israel-27
phot-israel-28


BETH SAHOUR – LE CHAMP DES BERGERS

Des bergers, personnes parmi les plus méprisées du peuple juif, se rendirent à la crèche pour adorer Jésus. Enveloppés par les lueurs d’une grande lumière, ils avaient appris d’un ange la joyeuse nouvelle selon laquelle celui qui était attendu pour apporter le salut était né.

Le sanctuaire, conçu par Barluzzi, se dresse sur un rocher qui domine les ruines. Il a la forme de dodécagone comprenant cinq absides à plan incliné afin de rappeler la structure d’une tente, comme les bergers de l’époque. La lumière qui pénètre dans le dôme de béton et de verre, illuminant l’intérieur évoque la lumière divine qui apparut aux bergers

phot-israel-29
phot-israel-30


LA GROTTE DU LAIT

Hors de la ville de Bethléem, non loin de l’église de la Nativité se trouve la « Grotte du Lait » (Grotte de Notre-Dame), appelée aussi « Grotte de la Vierge » ou encore jadis « église Saint-Nicolass » du nom de la chapelle au-dessus anciennement un monastère tenu par des Orthodoxes grecs

Depuis des siècles, toutes les femmes des environs, juives, chrétiennes et musulmanes, avaient une grande dévotion pour cette grotte, et il y en avait toujours quelques-unes qui venaient y faire leurs prières et recueillir les reliques dites autrefois « du saint-lait ». Aujourd’hui encore chacun peut la visiter

phot-israel-31
phot-israel-32


NAZARETH


LA BASILIQUE DE L’ANNONCIATION

La basilique de l’Annonciation est une basilique catholique  érigée au milieu du XXe siècle à Nazareth au nord d’Israël, sur le site que la tradition chrétienne catholique, depuis l’époque byzantine  a associé à celui de l’apparition de l’archange Gabriel à Marie (Lc 1,26-38). La tradition chrétienne orthodoxe a situé l’événement dans l’église Saint-Gabriel de Nazareth.

La cathédrale est rasée en 1263 par le sultan mamelouk Baybars. Lorsque la custodie franciscaine de Terre sainte s’établit définitivement à Nazareth en 1620, les moines franciscains sont autorisés à bâtir un monastère et une église à proximité de la grotte de l’Annonciation. En 1730  l’ordre des Franciscains obtient du sultan ottoman un firman afin de reconstruire un nouveau lieu de culte, qui survit jusqu’en 1954, date à laquelle ils décident de reconstruire une église plus grande

La nouvelle basilique est inaugurée en 1964 par le pape Paul VI  et consacrée en 1969. La basilique de l’Annonciation qui fait partie du domaine des Franciscains est désormais la plus grande des églises du Moyen-Orient et l’un des hauts lieux de la chrétienté.

phot-israel-33
phot-israel-34


LE  MONT DU PRECIPICE

L’évangéliste Luc nous raconte qu’après avoir adressé son sermon à la synagogue de Nazareth, Jésus fut conduit par ses concitoyens vers un précipice pour le jeter dans le vide (Lc 4, 29). Sur le plan géographique, la tradition médiévale situe ce passage au sommet d’un mont haut de 397 mètres, situé à environ 2 km au sud-est de Nazareth.
Une communauté de moines érigea à cet endroit un monastère dédié à la Vierge Marie

phot-israel-35


L’EGLISE SAINT GABRIEL ET LA FONTAINE  DE MARIE

L’Église Saint-Gabriel à Nazareth marque l’endroit où selon l’église orthodoxe, Gabriel avait annoncé  à Marie son immaculée conception, la naissance imminente du fils de Dieu. Tout comme son homologue catholique à la Basilique de l’Annonciation, à quelques miles de là, ce bâtiment est également relié avec le puits où Mary venait tous les jours puiser de l’eau, d’après le récit biblique.

Aujourd’hui, l’Église Saint-Gabriel dispose d’un espace de prière décoré de sculptures faites à la main, un podium et des symboles religieux peints.

phot-israel-36

La fontaine de la Vierge » particulièrement appréciée des Nazaréens. Pendant de nombreux siècles, les femmes du village, munies de jarres, venaient y puiser de l’eau, comme le fit également Marie selon la tradition.

Cette fontaine monumentale recevait l’eau provenant d’une source jaillissant à 160 mètres plus au nord

phot-israel-37


LA SYNAGOGUE  DE JESUS

Il vint à Nazareth où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit:

L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction,
pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur.

Il replia le livre, le rendit au servant et s’assit.  Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire: “Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Ecriture.”  Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche.

Et ils disaient: “N’est-il pas le fils de Joseph, celui-là ?”

phot-israel-38
phot-israel-39


CANA


L’EGLISE DES NOCES  DE CANA

Galilée est identifié comme la Cana galiléenne selon la tradition chrétienne. C’est là que Jésus accomplit le miracle du vin, au cours du mariage d’un humble couple, où il transforma l’eau en vin. Au 17ème siècle, le Vatican reconnut le site, et le pape confirma officiellement que  Kafr Cana était bien le lieu saint, qui fut alors ajouté aux autres sanctuaires chrétiens
phot-israel-40


AUTOUR DU LAC DE TIBERIADE


CAPHARNAUM

Le nom sémitique originaire de la ville était Kfar Nahum, à savoir le village kefar de Nahum (nom de personne) comme en témoignent les sources rabbiniques et une inscription trouvée dans la synagogue d’Hammat Gader.
Aussi bien dans les évangiles que dans les écrits de Joseph Flavius, le nom est traduit en grec Village situé sur les rives du Lac de Galilée, Capharnaüm a été choisie par Jésus pour son ministère public en Galilée. A partir de ce moment, son importance croît et son histoire se trame en fonction des événements de la première communauté chrétienne.

phot-israel-41
phot-israel-42


LE MONT DES BEATITUDES

L église se trouve sur une colline (le mont Eremos, ou mont des Béatitudes) entre Tabgha et Capharnaüm avec une vue remarquable sur le lac de Tibériade et la plaine de Génézareth . Les pèlerins reconnaissent depuis au moins le IVe siècle (après l’acte de tolérance de Constantin) cet endroit comme celui du Sermon sur la montagne.

Le Bienheureux Paul VI y a célébré la messe en 1964  et Saint Jean-Paul II  en mars 2000, au cours de leurs voyages pastoraux en Terre sainte -L’église a été construite en style néo-byzantin  en 1939 par Antonio Barluzzi selon un plan octogonal pour rappeler les huit béatitudes qui sont décrites dans l’Évangile selon saint Matthieu Leurs paroles sont inscrites sur chacun des huit vitraux se trouvant sur le tambour  qui soutient la coupole.

phot-israel-43


LA PRIMAUTE DE PIERRE


L’église de la primauté de Pierre est une église catholique sise à Tabgha , sur le versant nord-ouest du lac de Tibériade , à 3 km au sud des ruines de capharnaüm , en Terre sainte. Construite en 193 »  à l’endroit où selon la tradition le Christ confia à l’apôtre Pierre la garde de son église, elle remplace une chapelle du IVe ou Ve siècle dont il reste des traces. Les franciscains assurent les services religieux et pastoraux.

phot-israel-44
phot-israel-45


TABGHA


Tabgha est un site situé sur la rive nord-ouest de la mer de Galilée  (ou Lac de Tibériade), en Israël. La tradition biblique  y localise le miracle de la multiplication des pains  (Mc .6:30-44) et l’apparition du Christ ressuscité à Pierre et six autres disciples tel que raconté en Jn.21:1-23. Jusqu’en 1948 il s’y trouvait un village palestinien.

phot-israel-46
phot-israel-47


LE LAC DE TIBERIADE


LA CROISIERE

Un merveilleux moment de détente  sur le lac de Tibériade avec cette belle croisière
Le lac de Tibériade (mer de Galilée ou Kinneret en hébreu), d’une superficie de 166 km², avec ses 13 km de large, 21 km de long, ses 53 km de périmètre, ses 48 mètres de profondeur (Profondeur moyenne : 25,6 m ), est le plus grand lac du pays et c’est son réservoir d’eau douce le plus important.
Situé dans le nord-est d’Israël, à 213 mètres au-dessous du niveau de la mer, c’est le lac d’eau douce le plus bas de la terre et également le deuxième endroit le plus bas du globe terrestre après la mer Morte. Son débit annuel est de 700 000 000 m³ en entrée et 500 000 000 m³ en sortie.

phot-israel-48
phot-israel-49


LE BON POISSON DE  SAINT PIERRE

Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. »

Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.

Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.

Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois.

phot-israel-50  


BANIAS  -CESAREE DE PHILIPPE


Banias ou Panéas est un site archéologique qui s’est appelé Césarée de Philippe pendant la période romaine. Le site est situé sur le mont Hermon à la source de la rivière Baniyas, près d’une des sources du Jourdain. Il a donné son nom à la seigneurie de Banias un des fiefs du royaume de Jérusalem pendant les croisades. Le site est à l’est de la frontière internationale entre Israël et la Syrie

Le site a été un lieu de culte du dieu Pan  – Une caverne au nord du site s’appelle la « grotte de Pan ». Un temple dédié au dieu Pan se trouve proche de l’entrée de la grotte.

phot-israel-51


LE MONT THABOR


Du haut de ses 588 mètres, le mont Tabor domine les vallées alentour. « Le Tabor ressemble à un autel surélevé, que Dieu aurait construit en son propre honneur. De par sa forme particulière et sa situation, il semble déclamer de toute sa puissance un chant pétri de sensibilité. Tous ceux qui s’en approchent sont soudain envoûtés.

Du fait de son isolement des autres montagnes de Galilée, le mont Tabor semble, et ce de tout temps, beaucoup plus élevé qu’il ne l’est en réalité.  Le mont Tabor est mentionné dans les trois principales religions monothéistes

Tradition juive : Dans la bénédiction que prodigue Moïse à Zabulon et Issachar (Deutéronome 33/19), allusion est faite au mont Tabor, qui représente aux yeux des tribus alentours un lieu saint Il semblerait que le mont Tabor soit déjà vénéré par les Cananéens . À l’époque du Second Temple, on allumait des feux sur le sommet du mont, afin d’annoncer les débuts de mois et les jours de fêtes. Dans la tradition rabbinique, le mont Tabor a été épargné du Déluge.

Tradition chrétienne : Dans la tradition chrétienne (depuis le IV siècle), le mont Tabor est lié à l’événement de la Transfiguration. Bien qu’il ne soit pas explicitement mentionné dans le Nouveau Testament. le mont Tabor est lié à l’évènement depuis les temps anciens, et l’on trouve, en son sommet, plusieurs vestiges d’églises. Le mont Tabor fut occupé par un nombre non négligeable de moines et d’ermites. On vient se rappeler la Transfiguration de Jésus de Nazareth devant ses trois apôtres Pierre, Jacques et Jean. Des frères franciscains prennent possession des lieux, où ils construisent un monastère, auquel, en 1919, s’ajoutera la construction de la basilique actuelle.de Antonio Barluzzi

phot-israel-52
phot-israel-53


QUMRAM


Qumrân est un site archéologique  en surplomb de la rive ouest de la mer Morte, sur le territoire de la province romaine de Judée au moment où le site a été attaqué et détruit par les Romains (vers 68 /70 ). L’implantation a eu lieu pendant l’époque hellénistique

Le site est surtout connu comme étant le plus proche des grottes dans lesquelles les Manuscrits de la mer Morte ont été cachés dans des grottes situées sur des falaises abruptes et désertiques ou en dessous, dans la terrasse marneuse. Dans le « modèle standard » au sujet de la « secte de Qumrân », le site aurait été un centre essénien dès la création de ce mouvement dans la première partie du IIe siècle av. J.-C. où aurait été écrits les Manuscrits de la mer Morte retrouvés dans onze grottes à proximité

phot-israel-54


YARDENIT


Yardenit, le a rivière le Jourdain pour bon nombre de fidèles, est à la croisée des chemins qui mènent à d’autres lieux saints situés autour de la Mer de Galilée comme Capharnaüm, Tabgha et le Mont des Béatitudes.
Le bassin de baptêmes proprement dit  est situé au bord du Jourdain, niché au milieu de grands eucalyptus  et de la magnifique végétation des rives du fleuve.

C’est un lieu idéal pour se recueillir, en toute sérénité et dans le calme total. De confortables  aménagements spéciaux  sont disponibles pour les cérémonies religieuses, au bord du Jourdain. La visite de Yardenit sera pour chacun un des moments privilégiés et parmi les plus marquants d’un pèlerinage.

phot-israel-55


JERICHO  ET
LA MONTAGNE DE LA TENTATION


Jéricho est, selon le livre de Josué  la première ville du pays de Canaan  conquise par Josué et les Hébreux en 1493 av. J.-C . Le livre de Josué relate la prise de Jéricho et comment, le septième jour après l’arrivée des Hébreux, les murailles de Jéricho s’effondrèrent par la volonté de Dieu après le défilé sept fois autour de la cité pendant sept jours, de l’Arche d’alliance et de sept prêtres sonnant sept chofars (trompettes).

Dans le Nouveau Testament  Jésus-Christ guérit deux aveugles aux portes de Jéricho (Matthieu, 20). Une fois dans la ville, il y fait une surprenante rencontre avec Zachée  (Luc 19).

C’est sur la route de Jérusalem à Jéricho que Luc situe la “Parabole du bon samaritain “.

La tentation du Christ (ou les tentations, au pluriel) est un épisode de la vie de Jésus de Nazareth, telle que décrite dans les trois Évangiles synoptiques, qui relate le séjour de Jésus au désert et sa tentation par le Diable.

phot-israel-56
phot-israel-57


QASR EL YAHUD


Dès les premiers jours du christianisme, les pèlerins se rendant en Terre sainte ont visité le site où, selon le Nouveau testament, Jésus avait été baptisé. Pendant des siècles, des pèlerins ont aspiré à se plonger dans la même eau pour commémorer cet événement.

De nombreuses églises ont été construites au cours des siècles derniers, montrant l’importance du site, situé sur la route allant de Jéricho à Jérusalem. Le site est également important dans la tradition juive, puisqu’il est considéré comme le lieu où les enfants d’Israël ont traversé le Jourdain quand ils sont entrés en terre de Canaan.

phot-israel-58


MONASTERE SAINT GEORGES


Le Monastère Saint-Georges, un site méconnu, et pourtant extraordinaire qui vaut vraiment le détour. Le Monastère St Georges nommé d’après le moine célèbre Gorgias de Coziba qui vivait là, fut érigé au V° siècle à la période byzantine. A l’époque, des milliers de moines s’y étaient établis, rejoints lors de la période des fêtes et parfois aussi pour partager leurs repas, par les ermites vivant dans les grottes environnantes.

Ce monastère fut détruit en 614 par les Perses et dut attendre 1878 pour être reconstruit par les chrétiens orthodoxes avec à leur tête le moine grec Kalinikos.

Cette rénovation prit fin en 1901. Saint Georges fait partie des nombreux monastères d’origine byzantine qui sont éparpillés dans ces collines rocheuses
Vous emprunterez le  chemin que les pèlerins suivaient pour se rendre à Jérusalem
Marcher sur les pas de jésus

phot-israel-59


LE BON SAMARITAIN


La parabole du Bon Samaritain met en scène un voyageur, attaqué et laissé pour mort par des bandits.
Un prêtre et un Lévite, tous deux juifs, représentant l’orthodoxie religieuse de l’époque, passent à côté de lui et ne s’en préoccupent pas.
Or un Samaritain, représentant d’une population que les Juifs tiennent pour impie se montre capable de compassion envers cet inconnu grièvement blessé, qui n’est pas de sa religion.
Ce samaritain donnera du temps, prodiguera des soins et donnera de son argent pour sauver ce malheureux

phot-israel-60


TIMNA PARK


Le Parc est un site touristique situé à 25 Km au Nord d’Eilat. Il se trouve au centre de la Vallée d’Edom aux confins de la Vallée de l’Arava. Il s’étend sur 60 km carrés de surface en forme de demi-cercle et a été créé il y a une dizaine de millions d’années à la suite de l’activité tectonique qui est à l’origine de la dépression Syro-Africaine.

Le Parc offre aux visiteurs une ouverture géologique particulière et des perspectives rocheuses qui lient les sommets granitiques aigus aux collines tendres de sables colorés allant du blanc au rouge.

La visite du Parc peut se faire entièrement en voiture sur des pistes ou à pied avec des parcours de 3 à 8 heures. Vous trouverez également une copie du tabernacle lieu de prières pour les évangéliques

phot-israel-61
phot-israel-62


HAIFA  OU LE MONT  CARMEL


Le mont Carmel a été considéré comme un lieu offrant un accès vers YHWH, comme le suggère le livre d’Amos

Selon la Bible, le prophète Élie y résidait, d’où son autre nom de « mont Saint-Élie . C’est sur le mont Carmel, qu’affrontant les prêtres de Baal au nom du Dieu  d’Israël, il accomplit les miracles destinés à prouver aux Israélites l’inanité de leurs croyances idolâtres ou syncrétistes  Après sa victoire, les prêtres de Baal ont été mis à mort.

Le mont Carmel, littéralement en français « le vignoble de Dieu », est une montagne côtière d’Israël surplombant la mer Méditerranée. La ville de Haifa  se trouve en partie sur le flanc du mont Carmel . Le Mont Carmel est un lieu sacré pour les juifs et chrétiens. Il l’est également pour la foi Baha’i qui y a établi son centre mondial, administratif et spirituel.

Depuis des temps ancestraux, le Mont Carmel a été qualifié par les Baha’is, de « Montagne du Seigneur ». Il abrite le Mausolée du Báb à la coupole dorée, ainsi que la Maison universelle de justice. Tout autour de la Maison universelle de justice, sont construits, un centre d’études des textes, un bâtiment des archives et le Centre international d’enseignement.  Le Mausolée du Báb est l’un des symboles les plus particuliers de Haïfa. Il est entouré de spectaculaires jardins en terrasses sculptées dans la montagne.

phot-israel-63


CESAREE MARITIME


Lorsque l’empereur Auguste lui remet le territoire de ce havre côtier, Hérode entreprend d’y construire un port et une ville. Dédiée à l’empereur, la ville portera le nom de Césarée. Entre 22 et 9 av. J.-C.

Après la mort d’Hérode le Grand, la ville continua à prospérer . La Judée passa alors sous l’autorité de préfets romains,  La ville devint ensuite le lieu de résidence des procurateurs romains.

Césarée et le christianisme naissant : Le christianisme est implanté très tôt à Césarée. Le livre des Actes la mentionne à plusieurs reprises. Le diacre Philippe finit par en faire sa résidence permanente

C’est à Césarée qu’on assiste à la conversion et au baptême du premier païen, le centurion romain Corneille (Ac 10). Paul, victime de persécutions, séjourna deux ans à Césarée comme prisonnier après son arrestation dans le Temple de Jérusalem et sa comparution devant le Sanhédrin

phot-israel-64


JAFFA


Jaffa citée dans les tablettes de Tell al Amarna  de 1350 av. J.-C., Yapu) est la partie sud, ancienne de la ville de Tel Aviv-Jaffa en Israël .
C’est un des ports les plus anciens du monde sur la côte orientale de la mer Méditerranée

Dans le Nouveau Testament  et dans les Actes des Apôtres , Jaffa apparaît dans le récit sur l’apôtre Pierre  qui y a ressuscité la veuve juive Tabitha(ou Dorcas) et qui y a eu, dans la maison de Simon le Corroyer , la vision de l’égalité aux yeux de Dieu entre Juifs  et Gentils

phot-israel-65


EMMAUS NICOPOLIS


Emmaüs (encore appelée Nicopolis est un site archéologique en Israël situé à environ 30 km à l’ouest de Jérusalem. Le nom d’Emmaüs provient très probablement du mot hébreu « ḥamāt » (à l’état construit) ou « ḥamāta » en araméen, qui signifie «source chaude

On mit au jour les ruines des fortifications d’Emmaüs de l’époque hasmonéenne, des tombeaux juifs du Ier siècle et une belle église byzantine  : on peut visiter les  tombeaux et beaucoup apprendre sur le tombeau de jésus

Depuis 1993 la Communauté Catholique des Béatitudes habite sur place et est chargée de l’animation spirituelle du lieu saint d’Emmaüs.

phot-israel-66


EIN KAREM


Village natal de Saint Jean Baptiste et lieu de la Visitation

Le charmant village d’Ein Karem, situé sur les versants ouest de Jérusalem, est un site populaire pour les pèlerins, avec ses églises et ses monastères, ses cafés et ses restaurants romantiques, et les collines verdoyantes, idéales pour la randonnée.  Ein Karem a une signification particulière pour les pèlerins chrétiens. Elle est connue comme la ville natale de Zacharie et d’Élisabeth, les parents de Jean-Baptiste, et la place de la Visitation, où Marie, la mère de Jésus, visita sa cousine Élisabeth, avant la naissance de Jean.

La fontaine qui a donné son nom à l’ancien village (Ein Karem signifie la vigne). Elle est également connue comme la Source de Marie car, selon la tradition chrétienne, la Vierge s’est arrêtée ici pour boire, en allant visiter sa cousine

L’église franciscaine de la Visitation, qui commémore la visite de Marie à Élisabeth. Cette belle église de deux étages, achevée en 1955, a été bâtie sur des ruines de l’époque byzantine et des Croisés.

Au pied de la colline, de l’autre côté du village, vous arrivez à l’autre église des Franciscains, Saint-Jean baptiste À l’intérieur de l’église, se trouve une grotte qui est traditionnellement identifiée comme étant le berceau de Jean. Sur le mur de la cour de l’église, presque comme un miroir de l’église de la Visitation, on retrouve la chanson de l’action de grâce que Zacharie chanta à la naissance de John, le Benedictus

phot-israel-67
phot-israel-68


HEBRON


À la mort de Sara, le vieil Abraham, encore nomade doit faire l’achat d’une grotte funéraire pour y enterrer sa femme, Cette grotte, connue sous le nom de Makpéla, était située à la proximité de la ville d’Hébron. L’auteur biblique nous laisse bien voir qu’il s’agit ici de la première « conquête », en quelque sorte, d’un premier coin du pays que Dieu avait promis au patriarche.
C’est auprès de Sara qu’Isaac et Israël enterreront, plus tard, leur père Abraham

Jacob, vers la fin de son séjour en Égypte, nous apprend qu’Isaac et Rébecca, et Léah, une de ses femmes, y avaient aussi reçu leurs propres sépultures il demande donc, à ses fils de ramener ses os en Canaan et de les déposer à côté de ceux de ses pères. De tous les ancêtres de cette première période de l’histoire du peuple hébreu, seule Rachel, épouse bien-aimée de Jacob, fut enterrée à Bethléem et Joseph, à Sichem.

Trois grandes religions actuelles, soit le Judaïsme, l’Islam et le Christianisme, vont prier sur ces tombes patriarcales dans un sanctuaire bien connu sous le nom de « Haram el-Khalil », « lieu sacré de l’ami (de Dieu) » (Abraham), situé maintenant en plein cœur de la ville d’Hébron, au sud de Juda.

phot-israel-69


BEERSHEVA OU LE PUITS D’ABRAHAM


Le Puits d’Abraham est situé à côté de la rivière de Beersheba à l’entrée de la vieille ville. Il a été creusé par Abraham comme il est écrit dans la Genèse.

Le puits est situé dans le centre d’une cour. Il est de 3 mètres de diamètre et 26 mètres de profondeur. La partie supérieure est bordée de pierres que l’on croit être de l’époque byzantine. Après qu’Abraham ait construit le puits, les serviteurs d’Abimélec saisirent le puits et pour le lui rendre, Abraham a donné 7 brebis à Abimélec. Les deux hommes ont prêté serment à la place nommée Beer Sheba.

phot-israel-70


MEGGIDO


Megiddo est un des plus importants sites archéologiques d’Israël  Le site de Megiddo est situé à environ 90 km au nord de Jérusalem et à 31 km au sud-est de la ville de Haïfa. Le tel domine la vallée de Jezreel  au nord.

L’ancienne ville de Megiddo a été construite sur un tertre qui se dresse maintenant, à la suite de l’empilement de nombreuses couches archéologiques, à presque 21 mètres au-dessus de la plaine. Aujourd’hui, Megiddo est une importante jonction sur la route principale reliant le centre d’Israël avec la basse Galilée et les régions du nord. Le site fut habité de 7000 à 500 av. J.-C.
phot-israel-71


EIN GEDI


Ein Gedi se trouve sur la rive occidentale de la Mer Morte. Cet oasis nous offre un spectacle flamboyant de faune et de flore unique au monde.

On peut y faire des excursions en famille ou entre amis, et y découvrir des paysages à couper le souffle! Vous pourrez aussi vous promener entre les bouquetins semi-sauvages de cette réserve naturelle mondiale classée par les Nations Unis.  l’un des plus merveilleux sites d’Israël.

Ein Gedi signifie littéralement : “la source du bouquetin”. Les jeunes bouquetins de Nubie vécurent de tous temps près des sources d’Ein Gedi.  L’histoire du roi David se cachant dans les grottes pour échapper a Saul

phot-israel-72


MASSADA


Massada  « forteresse » est un site constitué de plusieurs palais et de fortifications antiques perchés sur un socle de granit, situé en Israël  au sommet d’une montagne isolée sur la pente est du désert de Judée.

Les falaises du côté est, surplombant la mer Morte, sont hautes d’environ 450 mètres ; à l’ouest elles atteignent une hauteur d’environ 100 mètres. L’accès au sommet du piton est très difficile.

Hérode le Grand aménagea la forteresse en trois vagues successives de travaux, entre 37 et 15 av. J.-C. comme refuge contre d’éventuelles révoltes intérieures et menaces d’une invasion égyptienne.

En 66, au début de la Grande Révolte contre les Romains, un groupe de rebelles juifs, les Sicaires du parti nommé zélotes, prirent Massada à la garnison romaine qui y était stationnée. En 70, ils furent rejoints par d’autres Juifs et leurs familles expulsés de Jérusalem lorsque la ville fut prise par les Romains.

Pendant les trois années suivantes, ils utilisèrent Massada comme base pour se défendre contre les Romains. Ils se suicidèrent en masse plutôt que de risquer une capture ou une défaite certaine. Les entrepôts avaient probablement été préservés pour montrer que les défenseurs avaient gardé la capacité de vivre et de choisir l’heure de leur mort. Le récit du suicide collectif semble avoir été rapporté à Flavius Josèphe par deux femmes qui ont échappé au suicide en se cachant dans une citerne avec leurs cinq enfants.

phot-israel-73


EILAT


Moïse étendit sa main sur la mer. Et l’Éternel refoula la mer par un vent d’orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les enfants d’Israël entrèrent au milieu de la mer à sec, et les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche. » (Exode 14, 21 – 22 )
Eilat  ville balnéaire  où il est agréable de passer ses vacances

phot-israel-74
phot-israel-75


TEL AVIV:LA VILLE QUI NE DORT JAMAIS

TEL AVIV  signifie « colline du printemps », bien qu’il n’y ait pas de colline dans cette ville.
Métropole jeune et moderne avec une population variée, Tel-Aviv ne fut fondée qu’en 1909. Les clubs, les bars, la communauté artistique dynamique, le milieu gay et les plages qui représentent le côté séculaire de Tel-Aviv attirent les artistes, les musiciens et les jeunes travailleurs.
 Son architecture Bauhaus classée au patrimoine l’UNESCO lui a valu son surnom de « ville blanche ». Marchez ou prenez une voiture ou un taxi pour vous rendre aux expositions culturelles du Musée Haaretz, du Musée d’Histoire où se trouve la salle où l’indépendance fut proclamée, au marché animé de Carmel et sur la promenade du front de mer du quartier historique de Jaffa

phot-israel-76