Accueil EVANGELIQUES
Imprimer cette page
Israël

NAZARETH

TIBERIADE

LE MONT CARMEL

JAFFA

CESAREE

St JEAN D’ACRE AKKO

MASSADA

QUMRAN

CAPHARNAUM

TABGHA

LA PRIMAUTE DE PIERRE

LE LAC DE TIBERIADE

LE MONT TABOR

YARDENIT/BANIAS

LE MONT DES BEATITUDES

NAZARETH

Nazareth, dominant la plaine fertile de Jezréel, semble vouée au culte de la Vierge Marie. Car c’est ici que l’ange Gabriel vint annoncer à Marie la naissance miraculeuse de Jésus-Christ.

Les Evangiles indiquent Nazareth comme la ville de Joseph et de Marie, et du lieu de la jeunesse de Jésus-Christ

Au gré des conquêtes et des reconquêtes, quatre basiliques furent élevées au-dessus de la grotte de l’Annonciation, la dernière et actuelle basilique, bâtie sur le site de l’ancienne église franciscaine de 1730. La ville du Christ, avec son souk et son lacis de ruelles à l’orientale, est aujourd’hui peuplée en majorité d’Arabes, aussi bien chrétiens que musulmans. Les murs de la basilique de l’Annonciation sont décorés de mosaïques, qui ont pour thème l’Annonciation, dons de communautés chrétiennes, venus des quatre coins du monde. L’église Saint-Joseph fut élevée en 1919 sur le site d’une église franque. Sa crypte abrite d’innombrables grottes considérées comme l’atelier du charpentier Joseph. Dans l’église de la synagogue – église grecque catholique – les pèlerins vénèrent les restes de la synagogue, où le Christ aurait dévoilé sa mission à ses compagnons.

TIBERIADE

Construite en 21 par Hérode Antipas, un fils d’Hérode le Grand, la ville doit son nom à l’Empereur Tibère. Après la destruction du Temple de Jerusalem, le foyer de la vie spirituelle juive se transporte vers le nord et Tibériade devient la capitale d’Israël et le centre des études rabbiniques. La ville est aussi un ancien évêché.

Le rabbin Moïse Maïmonide, y est enterré, aux côtés de son père Maïmon Ben Yossef HaDayan. La ville est prospère jusqu’au XIe siècle, puis pâlit à l’époque des Croisés.

La capitale de la Galilée est vénéré par les pelerins car sur les bordsdu lac le Christ enseigna, recruta ses premiers disciples et accomplit nombre de ses miracles.

Visiter le monastère grec orthodoxe sous la conduite d’un moine. Le parc archéologique de Hammat abrite des vestiges de synagogues remontant aux IIIe, VIe et VIIIe siècle. La plus ancienne a conservé un beau pavement de mosaïques. Au gré de promenades on découvre dans la ville, les tombes de nombreux docteurs de la religion juive.

LE MONT CARMEL

Le Mont Carmel est une montagne côtière en Israël surplombant la Mer Méditerranée. La ville de Haïfa se trouve en partie à flanc du Mont Carmel.

Selon la Bible, le prophète Elie y résida. C’est sur le Mont Carmel, qu’affrontant les prêtres de Baal au nom duDieu d’Israël, il accomplit les miracles destinés à prouver aux Israélites l’inanité de leurs croyances idolâtres ou syncrétistes. Après sa victoire, les prêtres de Baal sont mis à mort.

Un ordre religieux de l’Eglise catholique romaine, l’Ordre du Carmel, (Carmes et Carmélites), a été fondé sur le Mont Carmel au XIIè siècle par Saint Berthold (mort en 1195).

Le nom de Haïfa est mentionné dans le Talmud au IIIè siècle avant l’ère chrétienne. Conquise et intégrée àl’empire byzantin, elle fut ensuite successivement placée sous la domination des Perses et de l’empire arabe. En 1100, les Croisés font le siège de la ville avant de l’intégrer dans la Principauté de Galilée. Ce furent les Mamelouks qui reprirent les lieux en 1265 avant qu’elle ne soit progressivement désertée et abandonnée jusqu’au XVIIè siècle.

Haïfa, les jardins Bahaïs : Les Bahaïs sont un mouvement religieux qui prône l’harmonie entre les peuples. Pour eux, la terre n’est qu’un seul pays et ils sont citoyens du monde. Ils sont à peu près sept millions d’adeptes répartis sur 190 pays. La religion bahaï a vu le jour au milieu du XIXe siècle en Perse. Son fondateur est Baha’ullàh un noble persan, qui a proclamé en 1863 être le porteur d’une nouvelle révélation, un nouveau message divin, dont la finalité est d’établir l’unité de la race humaine.

TEL AVIV

Tel Aviv est une ville côtière situé au cœur de la plus grande métropole de l’État d’Israël.

Bien que l’hébreu Tel Aviv signifie littéralement « colline du printemps », cette désignation n’a absolument rien de descriptif (il n’est question ni de colline, ni de printemps), mais vient d’Ezéchiel où il est question d’un lieu-dit babylonien. Le nom a en fait été choisi pour son symbolisme (thème de la renaissance)

Métropole jeune et moderne avec une population variée, Tel Aviv ne fut fondée qu’en 1909. Les clubs, les bars, les musés la communauté artistique dynamique, les plages qui représentent le côté séculaire de Tel Aviv attirent les artistes, les musiciens et les jeunes travailleurs. Son architecture Bauhaus classée au patrimoine l’UNESCO lui a valu son surnom de « ville blanche ».

JAFFA

Le nom Yaffa ou Yaffo est probablement d’origine sémitique, Une légende juive l’associe à un des fils de Noé, Japhet qui aurait fondé le port 40 ans après le Déluge. Jaffa est mentionnée sur la liste de Thoutmôsis III et dans des papyrus égyptiens anciens.

Jaffa est un des ports les plus anciens du monde sur la côte d’est de la Mer Méditerranée. La tour de l’horloge turque où se dresse la tour de l’horloge érigée en 1906 pour marquer le 30ème anniversaire du règne du Sultan Abd El Hamid II, souverain de la Turquie.

Le marché aux puces se trouve à quelques pas. Promenez– vous dans les allées et fouillez dans les différents étalages. Ici on peut marchander.

L’église de Saint Pierre occupe le coin nord de la place. C’est une église franciscaine et a servi d’hostellerie pour les pèlerins depuis le 17ème siècle. Dans la cour intérieure de l’église vous trouverez une statue de Louis IX, roi de France, qui a fortifié Jaffa aussi bien que Césarée au temps des croisades. Napoléon a couché dans l’église lors de la conquête de Jaffa et l’on peut visiter la chambre où il a dormi. De la place Kedoumim descendez vers l’allée deSimon le Tanneur. Site de la maison de Joseph le Tanneur. Saint Pierre était un de ses invités et c’est dans cette maison qu’il eut la vision lui ordonnant de porter la bonne parole aux non Juifs .

CESAREE

Césarée est située sur le littoral méditerranéen, entre Haïfa et Tel Aviv. Les fouilles archéologiques effectuées au cours des années 1950 et 1960 ont mis à jour des vestiges datant de différentes époques, en particulier un ensemble de fortifications de la ville des croisés et le théâtre romain.

Fondée par le roi Hérode au Ier siècle avant l’ère chrétienne sur le site d’un comptoir grec et phénicien connu sous le nom de Tour de Straton, Césarée tire son nom du patron romain d’Hérode, César Auguste. L’historien juifFlavius Josèphe en donne une description détaillée. C’était une ville fortifiée, dotée du plus grand port de la côte orientale méditerranéenne, appelé Sebastos, le nom grec de l’empereur Auguste.

Césarée joua un rôle important au début de l’histoire chrétienne. C’est là que se déroula le baptême du centurion romain Cornelius (Actes 10 : 1-5, 25-28), où saint Paul s’embarqua pour ses voyages en Méditerranée orientale, et où il fut fait prisonnier et envoyé à Rome pour y être jugé (Actes 23 : 23-24).

Césarée est le site archéologique le plus impressionnant qui soit ouvert au public. On peut visiter le théâtre de l’époque romaine, le palais du roi Hérode, l’amphithéâtre, etc. On peut également traverser le fossé, pénétrer dans la ville des croisés restaurée et, du haut du podium, contempler le port.

SAINT JEAN D’ACRE – AKKO

La ville de Saint-jean-d’acre (Akko) est perchée sur un promontoire. La première ville fut fondée au cours de l’âge du bronze. Akko est mentionnée dans les anciennes sources écrites comme une ville importante de la côte nord du Pays d’Israël. L’abondance des découvertes, notamment les vestiges de fortifications mis à jour témoignent de l’occupation prolongée et ininterrompue du site à l’époque biblique. Acre appelée Ptolémaïs sous l’Antiquité .

elle fut mentionnée pour la première fois sous le règne du pharaon Thoutmosis III (-1479/-1425 av. J.-C.) et son nom apparaît également plus tard dans la Bible hébraïque sous le nom de Akko (Juges 1, 31), ainsi que dans le Nouveau Testament dans les Actes des Apôtres (21, 7a – Voyage de Saint Paul vers Jérusalem).

MASSADA

Massada est un site constitué de plusieurs palais et de fortifications antiques perchés sur un socle de granite, situé en Israël au sommet d’une montagne isolée sur la pente est du désert de Judée.

Massada est située à 18 km au sud d’Ein Gedi. On accède à ce nid d’aigle, dressé au bord de la mer Morte, par téléphérique ou par le “sentier du serpent” (1 heure de marche). Construite par le roi Hérode le Grand (40-4 av. JC), soutenu par Rome, pour servir de refuge contre ses sujets qui menaçaient de se soulever,

Massada fut occupée après sa mort par une garnison romaine, laquelle fut chassée, en 66 de notre ère, par lesZélotes, lors de la première révolte juive. En l’an 72, les soldats romains assiégèrent ce dernier bastion de la résistance juive.

Les assiégés préférèrent alors se sacrifier plutôt que de se rendre. Les remparts offrent une vue exceptionnelle surla mer Morte et les montagnes de Jordanie. La partie Nord du site comprend les vestiges les plus spectaculaires. Voir notamment les ruines du palais d’Hérode, la synagogue (la plus ancienne découverte à ce jour) et les bains rituels des Zélotes.

QUMRAM

Qumram est un site archéologique en surplomb de la Mer Morte. Il est constitué, d’une part, de vestiges de bâtiments qui auraient été occupés entre -100 et +70 par un groupe sectaire identifié au mouvement essénien , et d’autre part, de 11 grottes dans lesquelles on a retrouvé les plus anciens manuscrits hébraïques actuellement répertoriés, connus sous le nom de manuscrits de Qumram.

La découverte par hasard en 1947 de manuscrits anciens par des bédouins relance l’intérêt pour le site. Qumramest le nom du site en arabe moderne. Certains historiens pensent que le nom ancien du site était Sokoka, l’une des villes du désert mentionnée dans le livre de Josué.

Les esséniens sont probablement les auteurs des Manuscrits de la Mer Morte. Pourtant cette théorie ne fait pas l’unanimité: pour certains chercheurs, les manuscrits venaient en réalité de la bibliothèque du Temple de Jérusalem

CAPHARNAUM

Le site de l’ancien village de pêcheurs de Capharnaüm (en hébreu Kfar Nahum, le village de Nahum) est situé sur la rive nord-ouest du lac Kinnéret (la mer de Galilée), à 2,5 kilomètres au nord-est de Tabgha, et à quelque 15 kilomètres au nord de Tibériade.

Cette localité, mentionnée pour la première fois dans le Nouveau Testament, est abondamment citée dans les récits de l’ Evangile et désignée comme le lieu où vécut Jésus durant une grande partie de son ministère enGalilée. C’est là, selon le Nouveau Testament, qu’il guérit de nombreux malades et qu’il exorcisa plusieurs personnes possédées par des démons.

Quelques apôtres – Simon (appelé Pierre) et son frère André, Jacques, le fils de Zébédée et son frère Jeanvécurent dans ce village et Matthieu (Lévi, fils d’Alphée) y était percepteur d’impôts.

Des témoignages archéologiques indiquent que la localité fut créée au début de la dynastie asmonéenne (les monnaies les plus anciennes retrouvées sur le site datent du IIe siècle avant la période chrétienne). Elle était située près de la frontière de la province de Galilée, sur un embranchement de la route commerciale Via Maris. A l’époque du récit de l’Evangile, Capharnaüm comprenait un poste de douane et une petite garnison romaine commandée par un centurion.

TABGHA

Tabgha est une ville située sur la rive nord de la mer de Galilée, en Israël. La tranquille petite crique de Tabgha,sur la rive nord de la Mer de Galilée fut le décor d’un grand nombre d’épisodes des Evangiles, dont celui de la Multiplication des Pains et des Poissons. Les premiers Chrétiens ont marqué le site de ce miracle par une église qui possède d’admirables mosaïques. Celle qui représente les pains et les poissons indiquant l’emplacement où Jésusprononça la bénédiction du pain, est devenue un symbole révéré de ce lieu et du miracle lui-même

Le nom de Tabgha est d’origine grecque et signifie « les sept sources ». L’une, la Source de Job, jaillit dans le lac à une courte distance de là, en se dirigeant vers l’est, le long de la promenade

LA PRIMAUTE DE PIERRE

Jésus rencontre encore les disciples pour le “dernier petit-déjeuner.” A cet endroit il encourage Pierre à revenir à lui-même après son triple reniement en lui demandant trois fois si Pierre l’aime.

La tradition catholique relie cet évènement avec le nomination de Pierre comme chef de l’église. Le rocher à gauche est l’emplacement traditionnel où Jésus se tint pour appeler ses disciples.

LE LAC DE TIBERIADE OU KINNERETH

Mer de Kinneret dans l’Ancien Testament, parce que les Hébreux lui voyaient une forme de lyre, lac deGenésareth, mer de Galilée ou lac de Tibériade, c’est ici que Jésus a multiplié les signes adressés plus particulièrement aux disciples, choisis parmi les pêcheurs

Les rives du lac abritaient, au hasard des collines boisées et des petites plaines fertiles, de nombreux villages de pêcheurs et d’agriculteurs.

Elles ont servi de cadre aux paraboles du Royaume qui, dans l’Evangile de Matthieu, marque la fin du ministère de Jésus en Galilée. Une célébration sur ces mêmes rives reste inoubliable…

Les excursions dans des sites historiques et des réserves naturelles proches du lac ont un puissant pouvoir d’évocation des origines du christianisme et attirent d’innombrables pèlerins chrétiens. L’Evangile rapporte queJésus marcha sur les eaux du lac, qu’il y accomplit des miracles, notamment la multiplication des pains et des poissons à Tabgha.

Les rives du lac de Tibériade sont ponctuées de lieux saints chrétiens : le mont des Béatitudes, le site présumé du baptême, Tabgha, Capharnaum, Kursi, ou Migdal où vécut Marie-Madeleine. L’épave restaurée d’un bateau contemporain du Christ et découvert au fond du lac est exposée au kibbouts Ginnosar

La lumière, la transparence de l’eau et la douceur des collines de Galilée contribuent à l’impression de sérénité qui saisit le pélerin sur ces rives.

LE MONT TABOR

Situé à 588 mètres d’altitude, le mont Thabor domine la fertile vallée de Yzréel en Basse Galilée. Pour les chrétiens, il est d’abord et avant tout le lieu où la tradition commémore la Transfiguration du Christ que l’Eglise célèbre chaque année le 6 août

Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus. Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie. Car il ne savait que dire ; car ils étaient épouvantés. Et il vint une nuée qui les couvrit, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux

Par temps clair, on distingue parfaitement le Carmel à l’occident. Cet avantage stratégique du mont Thabor n’a pas échappé aux fils d’Israël déjà à l’époque des Juges. Vers le 12ème siècle avant JC, le livre des Juges nous raconte comment l’armée du roi de Canaan fut mise en déroute au pied du mont Thabor à l’époque de Déborah.

La transfiguration : Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ; et ses vêtements devinrent brillants et d’une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu’il n’y a point de foulon sur la terre qui puisse ainsi blanchir.

Nous apprenons également et selon la tradition juive, que le Thabor a été épargné au moment du déluge et que le Thabor se considère comme une « haute montagne ».

YARDENIT

Site de Baptême sur le Jourdain , Yardenit est le seul lieu officiel de célébration de baptêmes pour les pèlerins chrétiens, à l’endroit où le Jourdain sort de la Mer de Galilée pour aller se jeter dans la Mer Morte.

Yardenit, pour bon nombre de fidèles, est à la croisée des chemins qui mènent à d’autres lieux saints situés autour de la Mer de Galilée.

Le bassin de baptêmes proprement dit est situé au bord du Jourdain, niché au milieu de grands eucalyptus et de la magnifique végétation des rives du fleuve. C’est un lieu idéal pour se recueillir, en toute sérénité et dans le calme total. De confortables aménagements spéciaux sont disponibles pour les cérémonies religieuses, au bord du Jourdain.

La visite de Yardenit sera pour chacun un des moments privilégiés et parmi les plus marquants d’un pèlerinage. Or, en ces jours-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. A l’instant où il remontait de l’eau il vit les cieux se déchirer et l’Esprit, comme une colombe, descendre sur lui. Et des cieux vint une voix : Tu es mon Fils bien aimé, il m’a plu de te choisir.

BANIAS

La vision des paysages verdoyants qui entourent la rivière de Banias efface à jamais l’idée – erronée- qu’Israël est un désert Dans cette réserve naturelle du nord, la neige et la pluie qui tombent sur le Mont Hermon à 2800mètres d’altitude fournissent les eaux fraîches des sources du Jourdain. Sur ses rives poussent des touffes de menthe, les mûriers sauvages, et les saules, à l’ombre de majestueux platanes d’orient,

Les pèlerins sont toujours saisis, émus par la force de cette image suggérée par le paysage grandiose

Les Grecs identifiaient le site avec ses bassins ombragés, ses cascades et ses ruisseaux, comme la résidence de Pan, le demi-dieu malicieux amoureux de la nature

A l’époque romaine, Hérode le Grand construisit un temple près de la source et son fils Philippe embellit et agrandit ce qui était devenu une ville, nommée Césarée de Philippe. C’est ce nom qui apparaît dans le Nouveau Testament pour Banias, là où Jésus demanda à Pierre de fonder son Eglise

Face à la paroi monumentale de la falaise de Banias, la parole de Jésus a un sens exceptionnel, imagé, fort. Jésus dit à Pierre: ” Tu es comme le mont Hermon. Le tremblement de terre peut en faire écrouler une partie minime de la façade, Tu n’es pas une petite pierre. Tu es solide comme la montagne. Sur toi je bâtirai mon Église qui aura l’immensité et la robustesse de ce mont Hermon”.

LE MONT DES BEATITUDES

Comme l’indique son nom, il s’agit de la colline sur laquelle Jésus a prêché le « Sermon sur la Montagne »L’étendue des terres environnantes forme un amphithéâtre naturel en pente douce vers la rive du lac, ainsi il est probable que Jésus ait parlé au pied de la colline, ce qui n’enlève rien à la beauté de l’église qui se dresse sur son sommet.

1 Voyant la foule, Jésus gravit la montagne, et après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. 2 Alors il ouvrit la bouche et leur enseigna ces paroles 3 « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux. » ! 4 « Heureux les affligés, car ils seront consolés. » 5 « Heureux les humbles, car ils hériteront la terre. » 6 « Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. » 7 « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. » 8 « Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu. » 9 « Heureux ceux qui apportent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu.»10 « Heureux ceux qui sont persécutés au nom de la justice, car le Royaume des Cieux est à eux ! »