VILLES MARIALES FRANCE Imprimer cette page

 


LOURDES


Basilique de l’Immaculée-Conception de Lourdes

« Allez dire aux prêtres de faire bâtir ici une chapelle. »

La basilique de l’Immaculée-Conception est la première en date des basiliques de Lourdes , plus important centre de pèlerinage de France.

Consacrée en 1876 elle est dite « basilique supérieure » pour la distinguer des basiliques « inférieure » (Basilique notre Dame du rosaire ) et « souterraine » (Basilique saint Pie X ), toutes trois faisant partie du complexe des sanctuaires  

Située au-dessus de la Basilique notre dame du rosaire  qui fut édifiée plus tard, l’ensemble surplombant la Grotte de Massabielle où est  apparue la Vierge Marie  à Sainte Bernadette Soubirous  , 

la Basilique  a été construite de 1866  à 1871 et consacrée en 1876.

lourdes-pmf


LA GROTTE DE MASSABIELLE 

Le rocher dans lequel la Grotte est creusée s’appelle Massabielle, ce qui signifie «vieille roche». Dans cette masse de 27 mètres de haut, la Grotte mesure 3,80 mètres de hauteur, 9,50 mètres de profondeur et 9,85 mètres de largeur.

Elle se compose de trois ouvertures inégales : la plus grande est devenue un lieu de célébration de la messe. Au-dessus, un peu à droite, se situe une niche ogivale de deux mètres de hauteur. C’est l’endroit où la Vierge Marie apparut à Bernadette entre le 11 février et le 16 juillet 1858. La statue, de 1,88 mètres de hauteur, représente l’Apparition dans l’attitude qu’elle a prise lorsqu’elle a dit : «Je suis l’Immaculée Conception». Elle fut installée dans cette niche le 4 avril 1864. Don de deux lyonnaises, elle fut réalisée par Joseph Fabisch, professeur à l’école des Beaux Arts de Lyon.

Sur le sol, à gauche face à la Grotte, l’emplacement exact où se trouvait Bernadette est matérialisé par une plaque : «Ici priait Bernadette le 11 février 1858». Au fond de la Grotte, à gauche de l’autel, on peut voir jaillir la source que Bernadette mit au jour sur les indications de la Vierge le 25 février 1858. Cette eau est aujourd’hui canalisée vers les fontaines, les piscines et le chemin de l’eau. Derrière l’autel, se trouve une urne où chacun peut déposer ses intentions de prière. Devant l’autel, une plaque rappelle la venue du pape le 15 août 1983.

lourdes-grotte-1228641800


HEUREUX NOS PELERINS A LOURDES : NOMBREUX GROUPES  TOUTES  LES ANNEES DEPUIS 1986 

cepce-burkina-faso-lourdes

lourdes-oct-2016-guinee-1


BARTRES : VILLAGE DE LA NOURRICE DE BERNADETTE – Marie Aravant, née en 1824 a épousé Basile Laguës, né en 1810.

C’est dans ce petit village, que Bernadette Soubirous, à peine âgée de sept mois, fut confiée en octobre 1845 à une nourrice. Cette dernière, Marie Lagües, venait de perdre son petit garçon et recherchait un nourrisson.

Bernadette y passa d’abord neuf mois puis fit un court séjour à Lourdes chez ses parents et fut ramenée à Bartrès jusqu’à son 21ème mois. Par la suite, deux à trois fois par an elle venait passer quelques jours chez sa nourrice.

En septembre 1857, elle a 13 ans lorsque sa nourrice ayant besoin d’aide la fait revenir près d’elle pour garder ses jeunes enfants et lui confier le soin de quelques brebis et de quelques vaches.

 Bernadette est ensuite rentrée dans sa famille à Lourdes en 1858, l’année des apparitions de la vierge.

eglisestjeanweb


SAINTE BERNADETTE

bernadette_soubirous

TOUT SAVOIR SUR  SAINTE BERNADETTE   :  https://fr.lourdes-france.org/approfondir/bernadette-soubirous

TOUT SAVOIR SUR LOURDES  :   http://fr.lourdes-france.org


ROCAMADOUR


Premier choc, la cité, qui est en fait un minuscule village à la réputation mondiale, vue depuis l’Hospitalet ! Bâtie en paliers successifs à flanc de falaise, elle s’accroche sur 120 mètres au-dessus d’un canyon où coule l’Alzou.

 Ses maisons, ses toits et ses églises semblent faire partie du rocher.

Quel génie a donc imaginé et construit Rocamadour ? Votre visite vous le révèlera peut-être. Déjà, au Moyen Age, Rocamadour suscitait l’admiration. Au XIIème siècle, les pèlerins parcouraient l’Europe entière pour venir prier ici. Le village détenait les reliques de Saint-Amadour (fameux ermite qui a trouvé la solitude à Rocamadour). Il était également le sanctuaire vénéré de la Vierge Noire.

Vous entrez dans la cité par la porte du Figuier avant de suivre la rue de la Couronnerie : l’unique rue de Rocamadour, très animée avec ses boutiques et ses restaurants. Vous parvenez ensuite devant un escalier monumental (233 marches !) qui vous amène au parvis où se pressent sous la roche 8 églises et chapelles.

A voir absolument : la chapelle Notre-Dame. Vous y découvrirez la Vierge Noire, frêle silhouette de bois. Enfin, dominant les sanctuaires et le village, le Château dont les remparts se visitent, offre un panorama vertigineux sur la cité.

rocamadour-vue-ensemble2


LA CHAPELLE  NOTRE DAME 

C’est le cœur du Sanctuaire. Sous le rocher, aux pieds de Notre-Dame, le pèlerin atteint son but. 

La statue de Notre-Dame, sculptée dans un bois de noyer, date du XIIème siècle. Vierge romane, « en majesté », Marie est le « trône de la Sagesse ».

 Elle présente l’enfant Jésus sur son genou gauche, et l’offre sans le retenir.

Au sommet de la voûte, la cloche miraculeuse est l’objet le plus ancien du Sanctuaire. Elle sonne toute seule lorsque Notre-Dame de Rocamadour intercède pour quelque marin en détresse

notre-dame-de-rocamadour

TOUT SAVOIR SUR ROCAMADOUR  :   http://www.visitesanctuairerocamadour.fr/


LE PUY EN VELAY


 Le visiteur qui, arrivant par la rue des Tables, se trouve aux pieds des grandes marches, est d’emblée saisi par la beauté de la cathédrale qui semble lui ouvrir ses bras comme le ferait une mère accueillant son enfant. Elle l’attend et vient vers lui, passant aussitôt du statut de monument qu’on visite à celui de personne qui se met à vivre. Le visiteur, sans même s’en apercevoir, passe, quant à lui su statut de touriste à celui de pèlerin. Il n’est plus là par hasard

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de saint Jacques de Compostelle, la cathédrale Notre Dame du Puy est fascinante à plus d’un titre :

  • Suspendue dans le vide, elle ressemble à un gigantesque vaisseau dont la prou l’élance vers les pèlerins pour les accueillir en son cœur, par un escalier qui suit le rocher, passe sous la nef et permet d’arriver devant le chœur.
  • De style roman, construite à la période gothique, elle accueille harmonieusement des éléments baroques, en particulier dans le chœur marial. Elle est riche de plusieurs influences : byzantines, italiennes, mozarabes, et pourtant son harmonie est apaisante et réconfortante.
  • L’un des plus hauts lieux marial d’Europe au moyen âge et conçue comme un immense reliquaire, elle est le sanctuaire de la Vierge Noire. La statue la plus connue, de facture très « éthiopienne », offerte, parait-il,  par Saint Louis, a été brûlée à la révolution française puis remplacée par la statue actuelle, du XVIIème siècle.

Le sanctuaire d’origine, remplacée par cette cathédrale romane, avait été érigée parce qu’une femme, veuve, puis un paralytique, s’étant couchés sur la pierre dite « des fièvres » et qui se trouve dans une petite chapelle qui jouxte le chœur marial, se sont relevés…guéris ! L’évêque du Puy, saint Vosy, secondé par l’architecte saint Scutaire ont alors érigé ce sanctuaire sur les ruines d’un ancien temple païen. 

1-le-puy-en-velay-261


LA CATHEDRALE DU PUY EN VELAY

gr-65-chemin-saint-jacques-cathedrale-le-puy-en-velay

TOUT SAVOIR  SUR LE PUY EN VELAY : http://www.catholique-lepuy.fr/Le-sanctuaire-cathedrale-de-Notre.html


ARS SUR  FORMANS : LE SAINT CURE D’ARS


«Si nous n’avions pas le sacrement de l’Ordre, nous n’aurions pas Notre Seigneur. Qui est-ce qui l’a mis là, dans le tabernacle ? Le prêtre. 

Qui est-ce qui a reçu notre âme à son entrée dans la vie ? Le prêtre.

 Qui la nourrit pour lui donner la force de faire son pèlerinage ? Le prêtre.

 Qui la préparera à paraître devant Dieu, en lavant cette âme pour la dernière fois dans le sang de Jésus-Christ ? Le prêtre, toujours le prêtre.

 Et si cette âme vient à mourir [à cause du péché], qui la ressuscitera, qui lui rendra le calme et la paix ? Encore le prêtre… Après Dieu, le prêtre c’est tout… Le prêtre ne se comprendra bien que dans le ciel»*.

 Ainsi parlait Jean-Marie Vianney, chargé par son évêque de rétablir dans le village d’Ars, une situation religieuse précaire. 

Il s’y employa tout au long de sa vie avec humilité. Sa foi dans le ministère du prêtre fut totale.

Né en 1786, saint Jean-Marie Vianney a réveillé la foi dans le petit village d’Ars où il avait été envoyé. Saint patron des prêtres, il est une immense figure de simplicité et de foi.

Le curé d’Ars meurt d’épuisement le 4 août 1859. Il repose dans sa chère église qu’il ne cessa d’embellir, «parce que rien n’est trop beau pour Dieu »


LE SAINT CURE D’ARS

5897471


L’EGLISE D’ARS

L’ancienne église, dite du Saint Curé. C’est une église d’époque romane (chœur, base du clocher et murs de la nef) remaniée au XVIIe. Le Curé d’Ars engagera de nombreux travaux durant ses 41 ans de présence à Ars.

 Elle est aujourd’hui pratiquement dans l’état où elle se trouvait à la mort du saint Curé.

1517880-2024006


SAINT JEAN MARIE VIANNEY : CURE D’ARS

111aa10

TOUT SAVOIR  SUR LE CURE D’ARS  :   http://www.arsnet.org/


PARAY LE MONIAL


LA BASILIQUE

En 971, le Comte Lambert demande à Saint Mayeul d’implanter un monastère. Édifice majeur de Paray-le-Monial, cette église romane, restaurée au XIXème siècle, est un fleuron de l’art roman bourguignon, édifié pour la Gloire et la louange de Dieu. 

Dès l’extérieur, la façade arbore une remarquable simplicité. Le narthex et la tour de droite datent de la première église. Le chevet présente un harmonieux étagement d’arrondis. Le cercle est un symbole céleste ; il marque l’espace sacré des édifices religieux,en contraste avec les parties angulaires, symboles d’unification.

paray-le-monial-28573-25_w800


LA CHAPELLE DE LA COLOMBIERE : une chapelle jésuite

La chapelle fut construite par les jésuites dont la présence à Paray-le-Monial remonte à 1619, peu de temps après la béatification de Claude La Colombière en 1929. 

Directeur spirituel de Marguerite-Marie, Claude La Colombière fut canonisé en 1992, après la venue du pape Jean-Paul II.

paray-le-monial-28573-64_w800


SAINTE MARGUERITE-MARIE ET LE PERE CLAUDE

portrait_marguerite_marie  st_claude-tableaucolombiere

TOUT SAVOIR  SUR  CES SAINTS :  http://www.sacrecoeur-paray.org/decouvrir-paray-le-monial/sainte-marguerite-marie/


NEVERS


LE COUVENT SAINT GILDARD

Devant le nombre croissant de vocations et l’exiguïté des locaux, Monseigneur Dufrête, évêque de Nevers fait l’acquisition du plateau Saint-Gildard, hors les murs de Nevers. C’est là que l’on va construire un noviciat , sur l’emplacement d’une ancienne abbaye , connue au XII siecle , Saint Gildard de Nevers . Il n’en subsiste alors que la chapelle Saint-Gildard, mais en ruine : le chœur renferme un pressoir, l’enclos est envahi par la vigne, le tout est noyé dans la végétation.

 La première pierre est posée en juin 1853  Trois ans plus tard, le 15 juillet 1856 , les religieuses entrent dans le couvent Saint-Gildard. La chapelle a été reconstruite.

102875192


LA CHASSE DE BERNADETTE  A NEVERS 

Depuis le 3 août 1925, le corps de Bernadette repose  dans une châsse de verre située dans la chapelle de l’ancien couvent Saint-Gildard, à Nevers. 

Le site est celui de la maison-mère des Soeurs de la Charité, appelée maintenant “Espace-Bernadette-Soubirous-Nevers”. Sur le visage et sur les mains de Bernadette ont été déposés de très fins masques de cire.

 «Les pèlerins qui défilent à Nevers devant la châsse où demeure ce corps en attente de la résurrection perçoivent là un témoignage de cette destinée : la lumière y a jailli de la nuit, et le bonheur, du malheur, comme la Gloire de la Croix du Christ».

1280px-bernadette_soubirous-sarcophagus-2

TOUT SAVOIR SUR LE SANCTUAIRE  DE NEVERS  :  http://www.sainte-bernadette-soubirous-nevers.com/


LISIEUX


LA BASILIQUE  SAINTE THERESE DE LISIEUX 

Sainte Thérèse  de Lisieux  ayant été béatifiée en 1923  et canonisée en 1925 , il fut décidé de construire une grande Basilique  vouée au pèlerinage dans la ville où elle avait vécu et où elle était morte. 

En effet, la dévotion à la nouvelle sainte attirait rapidement des foules de plus en plus importantes.

Ce projet, lancé par l’évêque de Bayeux et Lisieux , Mgr Lemonnier , reçut le soutien total du pape Pie XI  qui avait placé son pontificat sous le signe de sainte Thérèse. 

Il a été entièrement financé par des dons et souscriptions spécifiques venus du monde entier.

Les travaux ont commencé le 30 septembre 1929 , la première pierre étant posée ce jour par le cardinal Charost , légat du pape. Ils furent supervisés par deux architectes de père en fils, les Cordonnier

. Les travaux continuèrent au ralenti entre 1939 et 1944 à cause de la Seconde guerre mondiale . Rendu au culte à la fête de l’Ascension en 1951, le monument ne fut terminé qu’après la guerre.

La basilique a été bénite le 11 juillet 1937 , par le cardinal Pacelli, légat du pape et futur Pie XII puis consacrée le 11 juillet 1954  par l’archevêque de Rouen, Mgr Martin Michel

7008745323_8a65637243_b


LE CARMEL DE LISIEUX

Le Carmel de Lisieux fut fondé en 1838. Lorsque Thérèse Martin y entra le 9 avril 1888, il s’y trouvait vingt-six sœurs (âge moyen 47 ans).

On y priait 6 h 30 dans le chœur des religieuses (dont 2 h d’oraison), on y travaillant pour gagner sa vie (pauvrement), 2 heures de récréation commune.

 Les jeûnes y étaient sévères. On se levait à 5h45 même en hiver. On se couchait vers 23 heures.

la chasse de Sainte Thérèse se trouve dans la petite chapelle

photo_carmel_villes_sanctuaires-com


LA CHASSE  DE SAINTE THERESE DE LISIEUX AU CARMEL

lisieux-ste-therese


LES RELIQUES DES PARENTS DE SAINTE THERESE DE LISIEUX  DANS LA CRYPTE DE LA BASILIQUE : LOUIS ET ZELIE MARTIN

1512_1


SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS ET SES PARENTS SAINTS LOUIS ET ZELIE MARTIN

sainte-therese-lisieux

47144983

TOUT SAVOIR  SUR NOS  SAINTS   :   http://www.therese-de-lisieux.catholique.fr/-Bienheureux-Louis-et-Zelie-.html


PARIS


LA CHAPELLE NOTRE DAME DE LA MEDAILLE MIRACULEUSE

un haut lieu de prière et de pèlerinage qui attire de nombreux fidèles  venus du monde entier,  désireux de se recueillir et demander la protection de la Vierge Marie. Ce sanctuaire est situé à Paris  au 140  rue du bac 

En plein cœur de la ville, luit une lumière « d’un éclat ravissant ». Marie est là, les bras grands ouverts, les mains rayonnantes de grâces.   

entrons  au cœur de la Chapelle du 140 rue du Bac pour entendre une parole que Dieu veut nous adresser à travers l’expérience spirituelle privilégiée de Sainte Catherine Labouré.

001chapelle-rue-du-bac


LA CHASSE DE CATHERINE LABOURE

chasse_de_ste_catherine


SAINTE CATHERINE LABOURE

catherine-laboure

TOUT SAVOIR   SUR SAINTE  CATHERINE LABOURE  : http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com/histoire-dune-famille/catherine-laboure/


LE SACRE COEUR

Depuis la nuit des temps, Montmartre a été un lieu de culte : les Druides gaulois, les Romains avec les temples dédiés à Mars et Mercure, l’Église Saint-Pierre, la plus ancienne de Paris, reconstruite près de l’Abbaye Royale de Montmartre au XIIè siècle par le roi Louis VI et sa femme Adélaïde de Savoie… Enfin, le Sacré-Cœur, érigé à la fin du XIXè siècle. Aujourd’hui, ce haut-lieu de prière demeure fidèle à sa tradition : Dieu y est bien présent !

SITE :  http://www.sacre-coeur-montmartre.com/francais/histoire-et-visite/article/histoire

sacre-coeur


LA CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS 

La cathédrale Notre-Dame de Paris, en forme courte 

Notre-Dame, est la cathédrale de l’archidiocèse , en France. Elle est située dans l’est de l’ile de la cité . 

Sa construction, commencée sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully , s’est étendue sur plus de deux siècles, de 1163 au milieu du XIVe siècle. 

Le style n’est donc pas d’une uniformité totale : la cathédrale possède ainsi des caractères du gothique 

. Les deux rosaces qui ornent chacun des bras du transept sont parmi les plus grandes d’Europe , et mesurent chacune 13 mètres de diamètre. Elle fut lors de son achèvement l’une des plus grandes cathédrales d’Occident. 

Après la tourmente révolutionnaire, la cathédrale a subi de 1844 à 1864 une restauration importante et parfois controversée dirigée par l’architecte Viollet le Duc , qui y a incorporé des éléments et des motifs inédits.

La cathédrale est depuis sa construction un des monuments les plus emblématiques de Paris. Longtemps plus haute construction de la ville, elle tient une place symbolique de premier rang dans son image. 

À la fois édifice religieux et culturel, elle a souvent été au cœur de l’histoire de France. Elle fut église paroissiale royale au Moyen Âge, et c’est d

ans la cathédrale que se sont notamment déroulés l’arrivée de la Sainte couronne en 1239, 

le sacre de napoleon le 2 décembre  1804 ou encore que fut chanté un Magnificat  lors de la liberation de paris  le 26 août 1944 en présence du General  De Gaulle . 

L’église accueille aujourd’hui plus de vingt millions de visiteurs par an (dont quatorze qui entrent dans la cathédrale), ce qui en fait le monument le plus visité de Paris et de toute l’Europe.

 Bénéficiant d’un dynamisme nouveau et vivace, elle a fêté en 2013 le 850 eme  anniversaire de  sa construction

cathedrale-notre-dame-seine-630x405-c-thinkstock

LA FACADE  DE LA CATHEDRALE  NOTRE DAME DE PARIS

800px-notre_dame_de_paris_dsc_0846w


D’AUTRES LIEUX SAINTS EN FRANCE A VISITER : Vous pouvez les découvrir  sur le site internet  des villes sanctuaires  :  http://www.villes-sanctuaires.com/

indexvilles-sanctuaires

ALENCON | CHARTRES | COTIGNAC | LA SALETTE | LE MONT SAINT MICHEL | PONTMAIN | SAINT MAXIMIN ET LA SAINTE BAUME | SAINTE ANNE D’AURAY | THIERENBACH | VEZELAY